MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

L'origine de la richesse de l’Occident

 

La richesse de l’Occident a été établie sur l’exploitation de l’Afrique

Par Richard Drayton

La Grande-Bretagne fut la principale nation esclavagiste du monde moderne

 

 

Dans The Empire Pays Back , un film documentaire diffusé sur Channel 4  lundi dernier, Robert Beckford a invité les Anglais à examiner ce passé.

 

Pourquoi, demande-t-il, la Grande-Bretagne n’a-t-elle demandé aucune excuse pour la mise en esclavage des Africains, comme elle l’a fait pour la famine irlandaise de pomme de terre .

 

Pourquoi n’y a-t-il aucun monument public substantiel de pénitence nationale équivalent au musée de l’Holocauste de Berlin .

 

Pourquoi, plus crucialement, n’y a-t-il aucune reconnaissance de la façon dont la richesse extraite de l’Afrique et des Africains a rendu possible la vigueur et la prospérité de la Grande-Bretagne moderne .

 

N’y avait-il pas une raison pour la Grande-Bretagne de payer des réparations aux descendants des esclaves africains .

 

Ce sont des questions opportunes en cet été où Blair et Bush, leurs mains encore humides du sang irakien, ont cherché à se peindre en sauveurs de l’Afrique. L’initiative de la remise de dettes du G8 a été tournée avec succès comme acte d’altruisme occidental.

 

Les généreux maîtres n’ont jamais pris la peine d’expliquer que, pour en bénéficier, les gouvernements doivent accepter les « conditions », lesquelles incluent celle de laisser les sociétés à profit s’emparer des services publics.

 

Ce n’était pas un cadeau ; c’était ce que les banquiers d’affaires appelleraient un « échange de dette-pour-action », l’action étant ici la souveraineté nationale.

 

Le morceau le plus sucré de l’affaire était que l’argent dû, déjà plus que remboursé en intérêt, avait servi principalement à acheter les importations industrielles en provenance de l’Occident et du Japon, et du pétrole des nations qui déposent leurs bénéfices à Londres et à New York. C’est seulement en écriture comptable que cet argent a jamais quitté le monde riche.

 

Personne n’a considéré que la dette de l’Afrique était insignifiante comparée à ce que l’Occident doit vraiment à l’Afrique.

 

Les experts de Beckford ont estimé la dette de la Grande-Bretagne aux Africains du continent et de la Diaspora de l’ordre de trillions de livres.

 

Bien que ce chiffre fût un repère utile, sa base a été erronée. Pas parce qu’elle était excessive, mais parce que la vraie dette est incalculable.

 

Car sans l’Afrique et ses prolongements dans la Caraïbe de plantation, le monde moderne comme nous le connaissons n’existerait pas.

 

Les bénéfices du commerce d’esclaves et du sucre, du café, du coton et du tabac sont seulement une petite partie de l’histoire. Ce qui a importé était comment la traction et la poussée de ces industries ont transformé les économies d’Europe occidentale.

 

Les opérations bancaires anglaises, l’assurance, la construction navale, la fabrication de laine et de coton, la fonte de cuivre et de fer, et les villes de Bristol, Liverpool et Glasgow, se sont multipliées en réponse au stimulus direct et indirect des plantations d’esclaves.

 

Le livre chef-d’œuvre de Joseph Inikori, Africans and the Industrial Revolution in England [3], montre comment les consommateurs africains, libres ou esclaves, consolidèrent l’industrie manufacturière naissante de la Grande-Bretagne.

 

Comme Malachy Postlethwayt, l’économiste politique, l’a candidement exprimé en 1745 : « Le commerce anglais est une superstructure magnifique de commerce américain et de puissance navale sur une fondation africaine. »

 

Dans The Great Divergence , Kenneth Pomeranz a demandé pourquoi l’Europe, plutôt que la Chine, fut la première à faire une percée dans l’économie industrielle moderne. À ses deux réponses - charbon abondant et colonies du Nouveau Monde -

 

il aurait dû ajouter l’accès à l’Afrique de l’ouest. Car les Amériques coloniales furent davantage la création de l’Afrique que celle de l’Europe : avant 1800, bien plus d’Africains que des Européens traversèrent l’Océan atlantique.

 

Les esclaves du Nouveau Monde étaient essentiels aussi, assez étrangement, pour le commerce européen vers l’Est.

 

Car les négociants avaient besoin de métaux précieux pour acheter les articles de luxe asiatiques, retournant à domicile avec des bénéfices sous forme de textiles ; c’est seulement en échangeant ces tissus en Afrique pour des esclaves qui devaient être vendus dans le Nouveau Monde que l’Europe a pu obtenir de nouveau l’or et l’argent qui permirent au système de continuer à fonctionner.

 

Les compagnies d’Inde de l’Est ont mené finalement à la domination de l’Europe sur l’Asie et à son humiliation de la Chine au 19ème siècle.

 

L’Afrique a non seulement soutenu les premiers stades du développement de l’Europe. Son huile de palmier, son pétrole, son cuivre, son chrome, sa platine et en particulier son or, furent et sont encore cruciaux à l’économie de l’Europe.

 

Seule l’Amérique du Sud, au zénith de ses mines d’argent, dépasse l’Afrique par sa contribution à la croissance de l’approvisionnement global en lingots.

La pièce de monnaie guinea  rendait hommage, par son nom, aux origines ouest africaines d’un flot d’or. Selon cette optique, la livre britannique, depuis 1880 aurait dû être rebaptisé le rand, car la prospérité de la Grande-Bretagne et la stabilité de sa monnaie ont dépendu des mines d’Afrique du Sud.

 

Je parierais qu’une grande part de l’or des chambres fortes du FMI qui était supposé payer la réduction de la dette de l’Afrique avait été à l’origine volé à ce continent.

 

Ils sont nombreux, ceux qui aiment attribuer la mauvaise gouvernance et la faiblesse des économies africaines ainsi que les famines et les maladies au leadership africain d’après 1960. Mais la fragilité de l’Afrique contemporaine est une conséquence directe de deux siècles d’esclavage, suivis d’un autre de despotisme colonial.

 

La « décolonisation » non plus n’a pas été tout ce qu’elle a semblé : la Grande-Bretagne et la France ont essayé de corrompre le projet entier de souveraineté politique.

 

Il est remarquable qu’aucun de ceux en Grande-Bretagne qui parlent de la dictature et des kleptocrates africains semblent conscients du fait que Idi Amin est arrivé au pouvoir en Ouganda par l’action secrète britannique, et que les généraux du Nigeria ont été soutenus et manoeuvrés à compter de 1960 à l’appui du pétrole de la Grande-Bretagne intéresse.

 

Il est amusant, aussi, découvrir le Telegraph et Daily Mail - qui il y a juste une génération supportaient la Rhodésie de Ian Smith et l’apartheid sud-africains – être à présent si préoccupées des droits de l’homme au Zimbabwe.

 

La tragédie de Mugabe et des autres est qu’ils ont trop bien appris des Anglais comment gouverner sans vrai consentement populaire, et comment mettre la loi au service de l’impitoyable intérêt privé. Le vrai appétit de l’Occident pour la démocratie en Afrique est moins réel qu’il semble.

 

Nous parlons de la tragédie du Congo sans mentionner que ce fut un homme d’Etat britannique, Douglas-Maison d’Alec, qui était d’accord avec le président des USA en 1960, que Patrice Lumumba, le premier ministre élu du Congo, devait « tomber dans un fleuve des crocodiles ».

 

L’esclavage et le colonialisme africains ne sont pas histoire antique ou étrangère ; le monde qu’ils ont fait est autour de nous en Grande-Bretagne. Ce n’est pas simplement en termes économiques que l’Afrique soutient une expérience moderne de privilège  britannique.

 

Si la signature de l’Afrique n’avait pas été visible sur le corps du Brésilien Jean Charles de Menezes , aurait-il été abattu à la station de métro Stockwell . Le léger frisé des cheveux, sa peau beige pâle, émirent quelque chose mal interprétée par la police comme danger étranger.

 

Dans ce sens, son assassinat par coups de feu était le jumeau du meurtre à coups de hache d’Anthony Walker à Liverpool, et des plus de 100 décès des personnes de couleur dans des circonstances mystérieuses alors qu’elles étaient sous la garde de la police, en prison ou à l’hôpital depuis 1969.

 

Cet univers du risque, une partie de l’expérience noire, est la survie de l’esclavage. Le revers de la médaille est ce que W.E.B. DuBois a appelé le « salaire de la blancheur », le monde de la sûreté, fidélité, la bienvenue que les personnes à la peaux pâle considèrent comme allant de soi.

 

La psychologie du racisme fonctionne même parmi ceux qui croient en l’égalité humaine, façonnant des résultats inégaux dans l’éducation, l’emploi, la justice pénale. Par sa lumière, ces clubs tout blancs tels que le G8 continuent à se réunir dans le confort.

 

Au début de l’année, Gordon Brown a dit à des journalistes en Mozambique que la Grande-Bretagne devrait cesser de faire des excuses pour le colonialisme. La vérité est, bien que, que la Grande-Bretagne n’a jamais même fait face au côté sombre de son histoire impériale, encore moins commencé à présenter des excuses.

 

Dr. Richard Drayton,

 

Professeur d’histoire impériale et extra-Européenne depuis 1500 à l’Université de Cambridge. Son livre The Caribbean and the Making of Modern World , a été publié en 2006.


Références bibliographiques:
 

 L’Empire rembourse.

 

 Channel 4 est une chaîne de télévision anglaise.

 

 Les Africains et la Révolution Industrielle en Angleterre.

 

 La Grande Divergence.

 

 Le Guinea ,Guinée, est une unité monétaire d’Angleterre, officiellement utilisée dans ce pays de 1663 à 1816. Pièce en or, le Guinea devait son nom à l’or volé par les Anglais en Afrique. Le Guinea fut la première pièce de monnaie en or pressée en Angleterre.

 

Même s’il n’est plus officiellement en vigueur, le Guinea n’a jamais complètement cessé d’être utilisé dans des transactions financières ou commerciales en Angleterre, notamment pour les achats d’œuvres d’art ou de chevaux. (http://www.nationmaster.com/encyclopedia/Guinea-coin).

Le mot Guinée lui-même, proviendrait du nom de la ville de Djenné au Mali (pays riche en or), ou du mot berbère aguinaou qui signifie noir (Hugh Thomas, The Slave Trade, Simon & Schuster : New York, p. 38).

 

 Jean Charles de Menezes est un frère brésilien, électricien de 27 ans, qui fut abattu le 22 juillet 2005, de sept coups de feu par la police anglaise alors qu’il était immobilisé au sol par un policier londonien. Cf. Article du Guardian du mercredi 22 octobre 2008

(http://www.guardian.co.uk/uk/2008/oct/22/7)

Informations supplémentaires