MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Le Maghreb

 

Région d'Afrique du Nord, correspondant à la partie occidentale du monde arabe, comprise entre la Méditerranée, le désert libyque, le Sahara et l'océan Atlantique.

Le terme Maghreb ,en arabe al-Djazirat al-Maghrib, -la presqu'île du couchant-, -Occident--, par opposition au Machrek, l'Orient arabe a longtemps désigné les trois pays d'Afrique du Nord-Ouest, Maroc, Algérieet Tunisie, auxquels s'ajoutent aux extrémités orientale et occidentale la Libyeet la Mauritanie.

À ces cinq États regroupés depuis 1989 au sein de l'Union du Maghreb arabe ,UMA,s'intègrent également le territoire contesté du Sahara-Occidental, situé entre la Mauritanie et le Maroc, et occupé par ce dernier depuis 1979.

Les six pays ont une superficie totale de plus de 6 millions de km2, avec de fortes disparités d'un pays à l'autre. Le Maghreb forme depuis plus d'un millénaire une unité géographique, linguistique et religieuse.

 

Population et Société


Le Maghreb comptait plus de 70 millions d'habitants en 1997. Sa population, très inégalement répartie, était essentiellement concentrée auMaroc et en Algérie. La Tunisie venait loin derrière, suivie de la Libye et de la Mauritanie.

La population a augmenté rapidement dans les trente dernières années, atteignant plus de 3 p. 100 de croissance démographique par an entre 1960 et 1990. Celle-ci dépassait encore 2 p. 100 dans la plupart des pays en 1997, avec un taux record pour la Libye ,3,5 p. 100.

Dans l'ensemble, elle devrait encore doubler dans les vingt-cinq prochaines années, d'autant que plus de 40 p. 100 de la population maghrébine a moins de quinze ans.


Ces tendances démographiques ont suscité une énorme demande au niveau des services ,logement, santé, éducation et emploi. Au
Maroc, par exemple, 250 000 nouveaux demandeurs d'emploi sont arrivés sur le marché du travail en 1997, et plus du tiers de la tranche d'âge de quinze à vingt-cinq ans était sans emploi.

En Algérie, une situation identique n'a fait qu'exacerber les problèmes politiques.

La situation démographique au Maghreba également incité un grand nombre de ses habitants à émigrer en Europe occidentale, renforçant les craintes, au sein de l'Union européenne ,UE, d'une immigration incontrôlée.

 

Villes principales


L'augmentation de la population au Maghreb s'est accompagnée d'un important exode rural. En 1960, le taux moyen d'urbanisation se situait au-dessous de 25 p. 100, variant selon les pays , de 3,4 p. 100 en Mauritanie à 36 p. 100 en Tunisie.

En 1997, il atteignait près de 50 p. 100 en Algérie, enMauritanie et au Maroc, 54 p. 100 en Tunisie et environ 70 p. 100 en Libye. La plupart des grandes villes sont entourées de logements insalubles. Un grand nombre de quartiers historiques sont également devenus des ghettos , comme la Casbah d'Alger, occupés par ceux qui ont récemment quitté les campagnes.


Presque toutes les villes du
Maghreb sont concentrées sur les côtes. Parmi elles figurent les cinq capitales , Nouakchott -Mauritanie- Rabat -Maroc- Alger -Algérie-, Tunis -Tunisie- et Tripoli -Libye- ainsi que Casablanca -Maroc, la plus peuplée des villes - et le plus grand port - de la région ,3,2 millions d'habitants en 1990.

Des centres régionaux tels qu'Agadir et Tanger -Maroc- Oran -Algérie- et Benghazi -Libye- sont aussi implantés sur le littoral. Les seules agglomérations importantes à l'intérieur des terres sont les deux capitales historiques du Maroc, Fès et Marrakech, et Constantine enAlgérie


Langues

Totalement islamisé, le Maghreb est aussi largement arabisé. L'arabe littéraire est devenu la langue officielle dans tous les États. Mais l'arabe maghrébin est la langue la plus couramment parlée. La plupart des pays ont adopté des politiques d'arabisation soutenues.

Le français, imposé par le colonisateur ,sauf en Libye, est encore utilisé dans les affaires, l'enseignement (secondaire et supérieur) et l'administration, mais son usage tend à diminuer.

La forte minorité berbère a conservé sa propre langue, qui n'a aucun lien avec l'arabe. Ses différents dialectes sont parlés dans les montagnes et en zones rurales, du Maroc à la Libye.

L'Algérie et la Libye ont en commun la présence sur leurs sols d'un petit nombre de Touaregs, un peuple berbère nomade qui vit entre le Sahara et le Sahel, et dont la langue est le tamasheq.

Leurs lointains cousins mauritaniens, les Sanhadjas se sont métissés avec les populations arabes et africaines : ces Maures parlent le hassanya.

Au sud de la Mauritanie, la vallée du Sénégal est principalement peuplée par les Négro-Africains qui parlent wolof, soninké ou halpular ,la langue des Peuls, Quelques-uns parlent aussi le bambara. ,Voir Afrique, langues .


Religions

L'islam est la religion commune des pays duMaghreb, où 99 p. 100 de la population est musulmane. Autrefois, les communautés juives étaient importantes au Maroc, enAlgérie, en Tunisie et en Libye.

Mais depuis les indépendances, la plupart des juifs ont émigré en Europe occidentale ou en Israël, même s'ils subsistent encore en très petit nombre dans quelques grands centres urbains et sur l'île tunisienne de Djerba. De même quelques chrétiens expatriés vivent aussi dans les cinq pays.


La grande majorité des musulmans du
Maghreb sont sunnites de rite malékite, et d'inspiration soufie. De nombreuses confréries se sont développées au fil des siècles. Certaines ont acquis un pouvoir temporel aussi bien que religieux....

C'est le cas de la Tidjaniya ,née dans le Sud algérien et très répandue en Afrique de l'Ouest. Les senoussis ,d'obédience chiite sont implantés en Libye.

Aujourd'hui, les pratiques d'un islam modéré sont remises en question par les courants fondamentalistes ,chiites comme sunnites.

L'Organisation de l'Unité Africaine

Informations supplémentaires