MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Irak, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

Equateur      

 

 

 

Géographie

 

Situé en Amérique du Sud, de part et d'autre de la cordillère des Andes qui traverse le pays du nord au sud, l'Équateur est limité par le Pérou ,au sud et à l'est, le long d'une frontière de 1 420 km, la Colombie ,au nord, avec une frontière longue de 590 km, et l'océan Pacifique à l'ouest. Le territoire équatorien comprend également les îles Galápagos.

 

D'un point de vue géographique, climatique et humain, l’Équateur peut se diviser en quatre régions naturelles .

 

La Costa  est une région côtière au climat tropical humide vers le nord, semi-aride au sud. Elle forme une plaine longue de 800 km, s’étalant des versants de la cordillère des Andes jusqu’à l’océan Pacifique.

 

Le courant de Humboldt et l'upwelling associé font des eaux équatoriennes une zone de fortes ressources halieutiques, en particulier dans le sud du pays.

 

La Costa est également une zone de culture de la banane, principalement pour l'exportation, ainsi que d'autres produits tropicaux mangue, canne à sucre etc. La principale ville de cette région est Guayaquil, important port sur le Pacifique et ville la plus peuplée du pays.

 

LaSierra est la partie du pays située en altitude, dans la cordillère des Andes. En Équateur, la cordillère est divisée en deux chaînes parallèles, chacune comprenant plusieurs volcans avoisinant ou dépassant les 5 000 m.

 

Le point culminant du pays est le Chimborazo ,6 310 m, dans la Cordillère Occidentale mais le Cotopaxi ,5 897 m, plus haut volcan actif du monde, situé dans la Cordillère Orientale est également très emblématique.

 

Ces deux cordillères sont séparées par une dépression dite couloir interandin, dont l'altitude est d’environ 2 500 m. La Sierra s’étend sur 600 km depuis Tulcán, à la frontière colombienne, jusqu’à la région de Loja au Sud.

 

Cette région, qui bénéficie d'un climat tempéré, est historiquement la plus peuplée mais a vu à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle sa population rattrapée puis dépassée par celle de la Costa. Les principales villes sont Quito, capitale du pays, au nord, et Cuenca, au sud.

 

L’Oriente  est une région peu accessible, peu peuplée, sillonnée de différents affluents du fleuve Amazone ,dont le Napo. Cette région au climat tropical humide, qui fait partie de la forêt amazonienne, concentre la quasi-totalité des ressources pétrolières de l'Équateur.

 

Les Îles Galápagos sont un archipel considéré comme patrimoine de l'humanité pour la diversité de ses espèces. L'origine des îles est volcanique.

Population

 25 % des Equatoriens descendent des Incas et autres ethnies appartenant aux populations amérindiennes d’origine. 55 % sont métis et proviennent d’unions entre Indiens et Européens. 10 % ont des ancêtres espagnols , créoles . Les 10 % restants sont d’origine africaine.

L’espagnol est la langue officielle. Mais une minorité d’indiens parle encore le quetchua. La religion dominante est le catholicisme, pratiqué par 94 % de la population. 6 % des Equatoriens sont protestants.

La population croît au rythme très modéré de 2,2 % par an. L’indice de fécondité est pourtant de 3,5 enfants par femme. Mais la mortalité infantile est élevée et la famine touche les populations les plus défavorisées.

Quito  une des villes les plus hautes du monde , 2800 m d’altitude, a été édifiée par les espagnols, sur l’emplacement d’un ancien site indien.
C’est un centre à la fois culturel, financier et industriel de L'Equateur dont, Guayaquil est le principal centre portuaire et commercial.

Histoire

Les peuples installés dans le pays tombent sous la domination Inca au XVe siècle, avant de passer sous la coupe espagnole au XVIe siècle.

Rattaché à la vice-royauté du Pérou en 1563, l’Equateur est ensuite intégré à la Nouvelle-Grenade à partir de 1739.

Le début du XIXe siècle est marqué par les premières revendications indépendantistes. Dès 1822, grâce au général Sucre, le pays s’émancipe de l’Espagne et s’associe avec la Colombie et le Venezuela pour former la Grande Colombie.

Mais dès 1830, l’Equateur proclame son indépendance. Les débuts de la république sont difficiles. Le pays est très instable sur le plan politique.

Destitué pour  incapacité mentale , le dernier président en date, Bucaram Ortiz, a été remplacé par Fabian Alarcon, président intérimaire jusqu’en août 1998.

Le coup d’état mené par les communautés indiennes a débouché au début 2000, sur l’accession au pouvoir de Gustavo Naboa.

Depuis la fin des dictatures militaires en 1979, l'Équateur a connu une importante instabilité politique, qui atteint son paroxysme à la fin des années 1990 et au début des années 2000 , le président Abdalá Bucaram est destitué en 1997 pour  incapacité mentale , remplacé par Fabián Alarcón.

 

Les élections de 1998 voient l'élection de Jamil Mahuad, mais rapidement le président Mahuad est fragilisé par l'effondrement du système bancaire du pays, et par l'hyperinflation qui le conduit à abandonner le Sucre et à  dollariser  l'économie.

 

Jamil Mahuad démissionne en janvier 2000 à la suite d'importants mouvements populaires, marqués en particulier par une forte participation de la CONAIE et des partisans de Lucio Gutiérrez.

 

Le vice- président Gustavo Noboa lui succède jusqu'en 2003, date où Lucio Gutierrez lui succède, avec le soutien de plusieurs partis de gauche dont le mouvement indigène Pachakutik.

 

Menant une politique d'austérité et accusé par ses anciens alliés de faire la politique du FMI, Gutiérrez ne peut faire face à un important soulèvement populaire et démissionne le 20 avril 2005, ce qui en fait le troisième président élu consécutif à se trouver dans l'incapacité de terminer son mandat. C'est son vice-président Alfredo Palacio qui lui succède jusqu'à la fin du mandat le 15 janvier 2007.

 

Les élections générales des 15 octobre et 26 novembre 2006 donnent gagnant Rafael Correa, économiste de gauche avec 56 % des voix au deuxième tour, contre Álvaro Noboa, homme d'affaires membre du Parti roldosiste équatorien.

 

Conformément à sa promesse électorale, Correa annonce lors de son investiture le 15 janvier 2007 la tenue d'un référendum le 18 mars 2007 dans le but d'autoriser la création d'une assemblée nationale constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution.

 

Ce dernier s'est finalement tenu le 15 avril 2007. Les électeurs équatoriens se sont à cette occasion prononcés en faveur de l'élection d'une Assemblée constituante.

Rafael Correa, président de l'Équateur depuis 2007.

 

L'alliance électorale qui soutient le président Correa s'était abstenue de présenter des candidats lors de l'élection législative qui se déroulait parallèlement à l'élection présidentielle.

 

L'absence de députés de la mouvance présidentielle au sein de la chambre des représentants, majoritairement orientée à droite, a créé des tensions notables entre les pouvoirs exécutif et législatif durant les premiers mois du mandat présidentiel.

 

L'épisode le plus marquant de ce conflit larvé s'est soldé par la destitution de 57 des 100 députés qui composaient la chambre des représentants. Ces derniers avaient tenté de destituer le président du Tribunal électoral à la suite de son annonce d'autoriser la tenue du référendum concernant l'élection de l'Assemblée constituante.

 

L'organe de contrôle électoral avait réagi en destituant à son tour le groupe de députés dont une partie s'est exilée en Colombie.

 

Le 30 septembre 2007, l'Alianza Pais  qui soutient le projet du président Correa, a obtenu 70 % des suffrages lors de l'élection de l'Assemblée constituante. L'Alliance pays totalise quatre-vingts des cent trente députés chargés de la rédaction de la nouvelle constitution.

 

Le projet de constitution, élaboré par cette constituante, a été approuvé par référendum le 28 septembre 2008 avec 64 % de votes favorables contre 28 % de votes défavorables. Référendum constitutionnel équatorien de 2008.

 

Le 30 septembre 2010, une crise politique entraîne une mutinerie de la police. Le président Rafael Correa est mis en danger, mais les militaires rétablissent la situation.

 

Le 16 août 2012, l'Équateur accorde l'asile politique Jullien Assange, fondateur de Wikileaks, malgré des pressions du Royaume-Uni qui rappelle qu'Assange est accusé de Sexe par surprise en Suède et qu'il est l'objet d'un mandat d'arrêt international 

 

Rafael Correa a été réélu président le 17 février 2013 avec 57,17% des voix

Etats Unis

Informations supplémentaires