MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Conséquences de la Traite négrière transatlantique

Introduction

Les conséquences de la plus grande tragédie de l'Histoirre humaine par l'ampleur et par la durée sur les sociétés européennes et américaines sont connues dans leurs grandes lignes.

Mais comportent encore des zones d'ombre qui appellent la poursuite des analyses comptables du capitalisme négrier de la part des historiens français, anglais, américains, pour pouvoir quantifier les bénéfices tirés des trois siècles d'économie esclavagiste aux Amériques.

 Toutefois, il est possible de tracer des contours suffisamment précis pour en mesurer l'ampleur par la suite

Tel est l'objet de ce dossier. Les conséquences del'Esclavage pour l'Occident ont également une dimension sociale et morale, et un nom... le Racisme. Pendant les trois siècles de Traite, comme le notait déjà l'abbé Grégoire en 1808 /

--On a calomnié les Nègres, d'abord pour avoir le droit de les asservir...

...Ensuite pour se justifier de les avoir asservis, et parce qu'on était coupables envers eux-..

Cette posture raciste a- t-elle disparu en France, en Grande Bretagne et aux Etats-Unis d'Amérique.... Ce combat n'est pas encore gagné...

                   wwwxxxwwwxxxwwwxxxwwwxxxwwwxxxwww

..En fait, le moment actuel est pour nous fort sévère, car à chacun d'entre nous, une question est posée et posée personnellement......

…Ou bien, se débarasser du passé comme un fardeau encombrant et déplaisant qui ne fait qu'entraver notre évolution...

...Ou bien l'assumer virilement et faire un point d'appui pour continuer notre marche en avant;...

     Sommaire

Donc, demander réparation 165 ans après, ne pose pas de problème d'un point de vue légal.

Par ailleurs le CRAN rappelle qu'une des raisons de l'imprescribilité d'un crime contre l'humanité, est qu'à cause de l'énormité des dommages causés, une longue période de temps est souvent nécessaire à la population qui en a été victime, pour se reconstituer et être capable de porter plainte.

https://www.youtube.com/watch?v=CZy6RHMUg2U&list=RDVTzAsWXpedc&index=25

Informations supplémentaires