Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Saint-Vincent-et-les Grenadines

 

Saint-Vincent-et-les Grenadines parfois abrégé par le sigle SVG, est un État de la  Caraïbe, situé entre Sainte-Lucie et la Grenade.

 Il fait partie, comme ces deux dernières, et six autres États de la région, de l'Organisation des États de la Caraïbe orientale à laquelle il a adhéré en 1981.

Cet État est composé de l'île principale de Saint-Vincent et d'un chapelet d'îles plus petites , les Grenadines,  situé au sud.

Les principales sont , du nord au sud,  Bequia, Baliceaux, Moustique, Canouan, Mayreau, Tobago Cays, Union et Petit Saint-Vincent. Cette dernière île marquant la limite avec la Grenade.

Graphie

  •  Saint- Vincent-et-les-Grenadines ,  avec un trait d'union entre chaque mot comme pour les noms toponymiques officiels français est notamment utilisé par l'IGN, l'UEet l'OIT ,  cette forme est recommandée  par l'arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales qui indique en outre la variante  Saint- Vincent .

  •  Saint-Vincent-et-les Grenadines , par juxtaposition de Saint-Vincent  et les Grenadines , est notamment utilisé par l'ISO, l'INSEE et la diplomatie suisse.

  •  Saint-Vincent-et-Grenadines  est utilisé par l'ONU.

Histoire

Alors que les Britanniques ont été les premiers à revendiquer la possession de Saint-Vincent en 1627, les Français furent les premiers colonisateurs européens de l'île puisqu'ils ont établi leur première colonie à Barrouallie sur le côté sous le vent de Saint-Vincent peu avant 1700.

 Les Indiens Caraïbes ont agressivement empêché la colonisation européenne de Saint-Vincent jusqu'au 18ème siècle.

 Des esclaves africains, qu'ils soient naufragés ou échappés de Sainte-Lucie ou la Grenade et la recherche d'un refuge à Saint-Vincent, se sont croisés avec les Indiens Caraïbes pour devenir les black Caribs.

 À partir de 1719, des colons français ont importé les cultures du café, du tabac, l'indigo, le maïs et du sucre dans des plantations employant des esclaves africains.

 Saint-Vincent, a été cédée à la Grande-Bretagne lors du traité de Paris , 1763 , restauré à la domination française en 1779 et cédée une nouvelle fois aux Britanniques en vertu du traité de Versailles , 1783

Le conflit entre les Britanniques et les Caraïbes  a continué jusqu'en 1796, lorsque le général Abercrombie a écrasé une révolte fomentée par le français radical Victor Hugues. Plus de 5 000 Caraïbes  ont finalement été expulsés vers Roatán, une île au large de la côte du Honduras.

L'esclavage a été aboli en 1834, les pénuries de main-d'œuvre dans les plantations ont attiré des immigrants portugais dans les années 1840 et d'Inde dans les années 1860.

 Les conditions sont restées très dures pour les anciens esclaves et les travailleurs agricoles immigrés, conséquence des prix mondiaux du sucre qui ont laissé l'économie stagnante jusqu'au tournant du siècle.

De 1763 jusqu'à l'indépendance, Saint-Vincent est passé par divers statuts coloniaux sous les Britanniques. Une assemblée représentative a été autorisé en 1776, Colonie de la Couronne en 1877, un conseil législatif est créé en 1925, et le suffrage universel des adultes est accordé en 1951.

Au cours de cette période, les Britanniques ont fait plusieurs tentatives infructueuses d'affilier Saint-Vincent avec les autres îles du Vent pour gouverner la région grâce à une administration unifiée.

 La plus notable a été la Fédération des Indes occidentales, qui s'est effondrée en 1962. Saint-Vincent a obtenu le statut d'État associé le 27 octobre 1969 la dote du contrôle complet sur ses affaires intérieures.

 Suite à un référendum en 1979, Saint-Vincent-et-les-Grenadines est la dernière des îles du Vent à accéder à l'indépendance, obtenue le 27 octobre 1979.

Les catastrophes naturelles ont frappé le pays durant le XXe siècle. En 1902, le volcan La Soufrière de Saint-Vincent a explosé, tuant 2 000 personnes. Beaucoup de terres agricoles ont été endommagés, et l'économie s'est détériorée.

 En avril 1979, La Soufrière de Saint-Vincent est entrée en éruption de nouveau. Bien qu'il n'y ait pas eu de morts, des milliers de personnes ont dû être évacuées, et il y a eu des dommages sur les exploitations agricoles.

 En 1980 et 1987, les ouragans ont dévasté les exploitations de bananes et les plantations de noix de coco, 1998 et 1999 ont vu une saison d'ouragans très actifs, avec l'ouragan Lenny en 1999, causant d'importants dégâts sur la côte ouest de l'île.

Le 25 novembre 2009, un référendum est organisé qui propose de remplacer la Constitution en vigueur depuis 1979. Approuvé par seulement 43,13 % des suffrages, il est rejeté car il aurait fallu une majorité des deux tiers pour qu’il soit adopté.

 Son adoption aurait entraîné l’abolition de la monarchie et aurait donné plus de pouvoir à l’opposition. C’est le premier référendum de ce genre à être organisé par l'Organisation des États de la Caraïbe orientale.

Politique.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est une démocratie parlementaire membre du Commonwealth. Elle est une monarchie, indépendante depuis le 27 octobre 1979, dont le chef de l'État formel est le souverain du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, à l'heure actuelle la reine Élisabeth II.

Institutions

La reine est représentée, dans l'archipel, par un gouverneur général, nommé par le gouvernement, et dont les fonctions sont essentiellement protocolaires , par exemple, nomination d'un vice-Premier ministre, avec l'avis du Premier ministre.

À l'heure actuelle, ce gouverneur général est sir Frederick Ballantyne , depuis le 2 septembre 2002.

Le pouvoir exécutif est assuré par un gouvernement dirigé par un Premier ministre. Le Premier ministre est formellement désigné par le gouverneur général, qui, à l'image de ce qui se passe au Royaume-Uni, nomme à ce poste le leader du parti politique ayant remporté la majorité en sièges lors des élections.

Le pouvoir législatif est aux mains d'un parlement unicaméral , une chambre des représentants de 24 membres, élus au suffrage universel et de 6 membres nommés par le gouverneur général , 4 sur proposition du Premier ministre, 2 sur proposition du chef de l'opposition parlementaire.

 La durée du mandat des députés et sénateurs est de 5 ans, mais le Premier ministre dispose de la faculté de provoquer de nouvelles élections , et nominations de sénateurs consécutives, à tout instant.

Le pouvoir judiciaire, dans l'archipel, est très inspiré par le système judiciaire britannique.

 Il y a 11 tribunaux répartis en 3 districts judiciaires, coiffés par une cour suprême, qui n'est toutefois pas le dernier recours judiciaire puisqu'existe la possibilité de recours au Conseil privé de la reine , Her Majesty's Most Honourable Privy Council, article anglophone.

Il n'existe pas de collectivités locales dans l'archipel, les six paroisses étant directement administrées par le gouvernement.

Composition du gouvernement

Gouvernement formé le 31 mars 2001 et remanié le 17 mai 2005.

  • Premier ministre, ministre des Finances, du Plan, du Développement économique, du Travail, de l’Information, des Grenadines et des Affaires judiciaires , Ralph Gonsalves

  • Attorney General , ministre de la Justice,  , Judith Jones Morgan

  • Vice-Premier ministre, ministre des Transports, des Travaux publics et du Logement , Louis Straker , nommé le 17 mai 2005

  • Ministre des Affaires étrangères, du Commerce et du Commerce international ,  Mike Browne , nommé le 17 mai 2005,

  • Ministre de la Sécurité nationale, du Service public et du Développement aéroportuaire, M. Vincent Beache

  • Ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports ,Clayton Burgin , nommé le 17 mai 2005,

  • Ministre de l’Agriculture, des Terres et de la Pêche ,  Girlyn Miguel ,

  • Ministre du Développement social, des Coopératives, de la Famille, de la Condition féminine et des Affaires religieuses , Selmon Walters

  • Ministre de la Santé et de l’Environnement , Douglas Slater

  • Ministre des Télécommunications, des Sciences de la Technologie et de l’Industrie ,Jerrol Thompson

  • Ministre du Tourisme et de la Culture , Renée Baptiste

  • Ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, des Terres et de la Pêche  Montgomery Daniel

  • Ministre délégué auprès du ministre des Finances et du Plan, en charge du Plan et des Terres domaniales , Conrad Sayers

Partis politiques

L'archipel a longtemps été dominé par deux partis politiques, le People's Political Party , PPP, fondé en 1952 par Ebenezer Joshua, parti qui s'est auto-dissous en 1984, et le Saint Vincent Labor Party , SVLP , fondé en 1955 par Milton Cato.

Le PPP a remporté les élections législatives de 1957 à 1966, tandis que le SVLP a gagné les élections de 1967, puis celles de 1974 et 1979 , premières élections après l'indépendance,

En 1984, à la surprise générale, le New Democratic Party , NDP, dirigée par James Fitz-Allen Mitchell a remporté les élections, obtenant 9 sièges sur les 15 de la chambre des représentants. James Mitchell et le NDP avaient déjà dirigé le pays de 1972 à 1974.

En 1989, le NDP remporta la totalité des 15 sièges de la chambre.

Les élections de 1994 ont vu un timide retour de l'opposition, dans une  coalition de l'unité  qui a obtenu 3 sièges.

Les élections de 1998 se sont traduites par un net rééquilibrage ,  le NDP gagnant une majorité étroite de 8 sièges, tandis que le Unity Labour Party en remportait 7.

 À noter que le découpage des circonscriptions électorales a conduit à la victoire en sièges d'un parti n'ayant remporté que 45 % des suffrages, tandis que le parti perdant en sièges était en fait gagnant en termes de nombre d'électeurs.

Le 27 octobre 2000, James Fitz-Allen Mitchell démissionna, après plus de seize ans passés au poste de Premier ministre, et fut remplacé par Arnhim Eustace, membre de la même formation.

Le 28 mars 2001, changement de majorité ,le NDP ne gagne que 3 sièges, tandis que l'ULP en remporte 12, conduisant ainsi son chef, Ralph Gonsalves, à devenir Premier ministre dès le 30 mars.

Subdivisions

Paroisses de Saint-Vincent-et-les Grenadines

La paroisse est la division administrative de 1er niveau de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Ces paroisses sont au nombre de six  /

  • 5 paroisses sur l’île de Saint-Vincent 

    • Charlotte , chef-lieu Georgetown,

    • Saint-George chef-lieu Kingstown, également capitale de l'État,

    • Saint- Andrew chef-lieu Layou,

    • Saint-Patrick , chef-lieu Barrouallie,

    • Saint-David , chef-lieu Chateaubelair,

  • 1 paroisse composant la plus grande partie au Nord de l’archipel des Grenadines, 

    • Grenadines , chef-lieu Port Elizabeth sur l'île de Bequia, la plus au Nord et la plus proche de Saint-Vincent .

Toutes ces paroisses ont une façade maritime, il n'y en a pas qui soit entièrement dans les terres.

Géographie

Saint-Vincent-et-les Grenadines est un état insulaire situé dans les îles sous le vent dans la Caraïbe. Il consiste en une île principale, l'île Saint-Vincent auquel s'ajoute environ les deux tiers situés au nord de l'archipel des Grenadines.

La superficie totale du pays est de 389 km², dont 344 km² pour la seule île Saint-Vincent. La capitale, Kingstown est situé sur Saint-Vincent.

Saint-Vincent

Saint-Vincent est la plus grande île du pays et est d'origine volcanique.

La côte sous le vent de l'île , est,  est très rocheuse, tandis que la côte au vent , ouest,  est constituée de nombreuses plages de sable fin.

Le point le plus haut de l'île est la Soufrière qui culmine à 1234 m.

Grenadines

Le pays inclut près des deux-tiers des îles Grenadines.

Principales îles Grenadines

Du nord au sud  /

  • Bequia

  • Petite Nevis

  • Île à Quatre

  • Bettowia

  • Baliceaux

  • Moustique

  • Petite Moustique

  • Savan

  • Petite Canouan

  • Canouan

  • Mayreau

  • Les Tobago Cays

  • Union

  • Petit Saint Vincent

  • Palm

Économie

L'économie de Saint-Vincent-et-les Grenadines dépend principalement du tourisme et de l'agriculture.

Agriculture

L'agriculture est un secteur économique important de Saint-Vincent-et-les Grenadines avec une part estimée à 10,6 % du PIB.

La culture la plus importante est celle des bananes, bien qu'elle soit en déclin par rapport au début des années 1990 où elle représentait 21 % du PIB , contre 8 % en 2005. Cette culture a notamment souffert des effets des tornades de 1994,1995 et 2002.

L'archipel est aussi le plus grand producteur mondial d’arrow-root.

Pêche

Le secteur de la pêche reste relativement peu développé avec une quantité de poisson péchée estimée à environ 900 tonnes par an.

Drogue

Saint-Vincent-et-les Grenadines serait le plus gros producteur de marijuana de la  Caraïbe. Cette production associée à sa position géographique feraient du pays une de plate-forme de distribution de drogues en provenance d’Amérique latine.

Tourisme

Le tourisme et les activités induites représentaient environ 25 % du PIB en 2000. En 2005, environ 160.000 touristes ont visité le pays. Les îles Grenadines concentrent la majorité de l'activité touristique.

Le gouvernement a beaucoup investi dans le développement des infrastructures touristiques, notamment les aéroports et les infrastructures portuaires de plaisance.

Finance

Avant 2001, le secteur de la finance n'était quasiment pas réglementé. Le pays était alors recensé par le GAFI comme un pays non coopératif.

 Sous la pression des États et des bailleurs de fonds internationaux, le pays s'est doté d'une règlementation pour lutter contre le blanchiment et le financement d'activités illégales.

Fin 2001, on comptait dans l'archipel 10 075 sociétés offshore, 896 trusts, 38 banques, 35 représentants légaux, 5 fonds de placement et 1 compagnie d'assurance.

Dette publique

La dette publique de Saint-Vincent-et-les Grenadines est importante. 25 % du budget national est consacré au service de celle-ci. La dette publique était estimée à 73 % du PIB en 2001 et pourrait représenter 107 % du PIB en 2011.

Transports en commun

D'un prix modique, les ferries sont les autobus des Grenadines. On les emprunte pour régler un problème administratif, faire ses courses, rendre visite à la famille

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy