MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Le dernier refuge de l'élite africaine

LA FRANC-MAÇONNERIE : "LE DERNIER REFUGE DE L’ELITE AFRICAINE"

Par Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu Lascony

Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il me semble que la franc-maçonnerie a été initiée en Angleterre par des Anglais caucasiens pour régler leurs problèmes sociétaux, et aucun paragraphe du "Catéchisme d’Anderson" ne devait résoudre les conflits qui opposent les nègres.

Et si ma mémoire ne me fait toujours pas défaut, lorsque la franc-maçonnerie spéculative a été fondée au début du 18e siècle, le sort des nègres était déjà scellé par le code noir, et qu’aucun maître maçon ne s’était insurgé contre cette institution barbare dont tirait profit l’Europe entière.

Alors, que vont chercher tous ces nègres dans une confrérie qui à la base, n’a pas été créée pour eux ?

Vous me direz que l’abolitionniste Français Victor SCHOELCHER, était franc-maçon, mais il avait préféré dédommager les négriers (injustice que je n’ai jamais digérée en tant que nègre).

Je compte parmi mes amis Européens caucasiens, quelques francs-maçons, et d’après les explications que j’ai reçues d’eux, c’est une philosophie qui favorise leur épanouissement et contribue en même temps à leur équilibre personnel.

Sauf que chez les nègres, en tout cas, chez ceux que je connais, aucun signe de sagesse et de maturité n’est perceptible. Bien au contraire, c’est la vanité, l’arrogance et le mépris qu’ils manifestent au quotidien.

Je ne remarque ni élévation intellectuelle, ni spirituelle chez eux. Je connais très peu de francs-maçons Africains qui s’imprègnent des valeurs que professe leur obédience, à savoir, la fraternité, la solidarité, l’honnêteté.

J’en veux pour preuve au Congo-Brazzaville, pays dont je suis originaire, deux francs-maçons notoires (LISSOUBA et SASSOU NGUESSO) qui se sont canardés pendant 6 mois en 1997, lors d’une guerre civile qui a fait plus de 20 000 morts, victimes innocentes d’un conflit qui ne les concernait en rien.

Ce pays dont l’élite est aujourd’hui constituée à 80 % de francs-maçons, ne s’est jamais aussi mal porté. Chez les francs-maçons caucasiens, bien que les valeurs ne soient toujours pas respectées à la lettre, on peut au moins voir apparaître, un peu partout en Europe, des réalisations qui font leur fierté et celles de leur pays.

En Grande-Bretagne (berceau de la franc-maçonnerie), les maîtres maçons peuvent se prévaloir d’y avoir su imposer des règles qui préservent leur pays des déchirements ethniques, car il ne faut pas croire que le tribalisme est une exclusivité africaine.

Les Ecossais, les Gallois, les Irlandais et les Anglais ne se portent pas tous dans leur cœur, et pourtant, on est loin d’assister chez eux (exception faite de l’Irlande du Nord) à des guerres civiles fratricides qui sont devenues le lot quotidien des Africains.

Les francs-maçons Britanniques caucasiens peuvent également se prévaloir d’avoir érigé des édifices splendides tels que le palais de Westminster, son Abbaye, les Cathédrales de Saint-Paul à Londres.

Celle de Canterbury, le Marble Arch, les arcades de Regent street, les galeries de Piccadilly, les Guy et Saint-Thomas hospitals, et bien d’autres grands monuments qui attirent les visiteurs Outre-Manche.

Mais qu’en est-il de nos francs-maçons tropicaux, ces carnassiers, tellement assoiffés de pouvoir, qu’ils sont prêts à mettre leur pays à feu et à sang ?

Si ma mémoire, une fois de plus, ne me fait toujours pas défaut, chez les francs-maçons caucasiens, le débat est très élevé, et les « frères » s’opposent avec des arguments solides.

Mais qu’en est-il des « frères » Africains, ceux pour qui la canonnière est le seul remède au conflit ? Cela ne prouve-t-il pas suffisamment, que l’élite Africaine, aussi franc-maçonne soit-elle, est plus prompte à se détruire et à détruire qu’à construire ?

Tous les jours, une loge maçonnique ouvre ses portes sous les tropiques, avec à sa tête, un Pol Pot noir, dont les mains sont totalement recouvertes de sang.

Au lieu de livres philosophiques, ils préfèrent méditer sur des mémentos dans lesquels on apprend à trafiquer les constitutions des républiques bananières, afin de se maintenir ad vitam æternam au pouvoir.

Non, la franc-maçonnerie n’est pas une science, ni une philosophie, ni une école de pensée destinée à résoudre les problèmes des nègres, mais celle des Caucasiens. Voilà pourquoi je n’en serai jamais un adepte.

A la place, je préférai intégrer le vaudou, le bouiti ou le kikoumbi, car leurs adeptes sont bien plus probes que nos francs-maçons locaux et caucasiens.

N’est-ce pas les donzo (confrérie des chasseurs du Mali) qui ont pondu la première chartre des droits de l’homme (Chartre du Kuruka-Fugan), en 1236, après la bataille de Kirina, celle qui opposa Soumaoro Kanté à Soundiata Keita. Et pourquoi l’élite africaine va-t-elle chercher les solutions ailleurs ?

En tant qu’historiographe et chercheur, j’ai séjourné dans pas mal d’îles des Caraïbes, et là-bas, j’ai appris que toutes les révoltes d’esclaves marrons qui ont triomphé sur les négriers n’ont abouti que grâce à leurs religions ancestrales.

BOOKMAN, MAKANDAL, Toussaint LOUVERTURE et Jean-Jacques DESSALINES, tous pionniers de l’indépendance de la première république noire (Haïti), n’étaient-ils pas adeptes du vaudou ? Alors pourquoi vouloir se fourrer dans une confrérie dont les vrais codes et valeurs échappent aux nègres ?

Je n’ai pas pour habitude l’auto-flagellation, en ne relevant que les défauts de mes congénères nègres, et de faire l’apologie des autres peuples. Il existe dans tous les peuples, des êtres probes et immoraux.

Parmi les francs-maçons caucasiens, dont j’ai énuméré les bienfaits, se comptent également des pourriticiens, qui pour garantir leurs intérêts personnels, cautionnent des régimes sanguinaires partout en Afrique et ailleurs.

Les TARALLO, SIRVEN et autres, se sont bien comportés en prédateurs en Afrique, et pourtant ils portaient tous le tablier au rectangle.

Mais je serai moins sévère avec ceux-là, parce qu’ils n’avaient aucune raison de défendre les intérêts des autres. A chacun sa patrie, à chacun ses intérêts. Nous revenons donc à la vraie devise de l’être humain, celle qui célèbre l’égoïsme : "Chacun pour soi, Dieu pour tous".

L’Homme a beau établir des règles, quand celles-ci ne l’arrangent plus, il est le premier à les ignorer. La franc-maçonnerie est peut-être une philosophie généreuse, mais il n’empêche que ses adeptes ne sont que des hommes, donc des profanes.

Les "humanistes" ou les "frères", comme ils aiment qu’on les appelle, n’ont jamais résolu de conflit en Afrique.

Aucun dictateur Africain franc-maçon, toute loge confondue, n’a jamais été exclu de sa loge, à cause d’abominables souffrances infligées à son peuple. Je ne vois donc pas où est l’humanité ou la fraternité, dont se réclament les francs-maçons.

Oui ! Pendant la première guerre mondiale, les francs-maçons se sont dressés contre la tyrannie pour préserver la démocratie.

Certains l’ont payé de leur vie, mais cela s’est passé en Europe, pas ailleurs. Blaise DIAGNE, premier nègre député au parlement Français, était franc-maçon.

Il avait pour maître et "ami", Georges CLEMENCEAU. C’est à lui que fut confiée la tâche d’aller recruter ses frères, pour servir de chair à canon en Europe.

Malheureusement, la seule récompense de la France pour DIAGNE fut de l’enterrer dans le caveau des oubliettes. Blaise DIAGNE ne repose pas au Panthéon comme ses contemporains. Quelle honte ! (pour lui, bien sûr !).

En intégrant la franc-maçonnerie, l’élite Africaine espère obtenir le prestige qu’elle ne peut se procurer en menant des actions concrètes.

Citez-moi un seul dirigeant franc-maçon Africain qui ait donné suffisamment à manger, de l’éducation, de la sécurité, du logement à son peuple, et je vous dirais que je me suis trompé. Non, il n’y a point de salut pour le nègre dans la franc-maçonnerie.

Free-mason ou Maçon-libre (traduction littérale) est celui qui doit bâtir en toute liberté. Les premiers francs-maçons étaient des bâtisseurs de cathédrale.

Les francs-maçons de chez nous ne bâtissent rien, ils pillent et détruisent leur pays. L’exemple de mon pays est patent. C’est l’un des rares pays qui comptent plus de politiciens que d’entrepreneurs.

N’ayant pas suffisamment le courage d’affronter les affres de l’exil, mes compatriotes qui, pourtant, vivent dans des sociétés développées, où l’ANPE et les agences d’intérim sont accessibles à tout le monde, se précipitent massivement à la mangeoire.

Au moindre Forum sur la "Paix", les voilà qui se font beaux (costume et cravate de mauvais goût) pour faire les yeux doux aux tenants du pouvoir.

Bon Dieu, il est si difficile de se réveiller le matin et d’aller travailler de nos jours ? Pauvre Congo, riche en pétrole et de citoyens paresseux. Nous Sommes le Congo !

Cessons d’Avoir Peur ! Pour un Etat de Droit au Congo ! "Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission" Celui qui lutte peut gagner ! Celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !

Patrick Eric Mampouya

Informations supplémentaires