MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Dans aucun pays du Monde il n’y a un tel vocabulaire de marginalisation des minorités, qu’elles soient politiques ou sociétales, en vertu des diktats de la "Démocratie" qui impose la loi d'une majorité, certes légale, mais non légitime, d’un point de vue morale, car elle peut être idiote, obtenue sous le coût d’un enfumage  bien rodé, destiné aux naïfs d’un Système à bout de souffle…

... Et vous avez : communautarisme, diversité, populisme, islamisme radical,  radicalisation et le dernier né, terrorisme, dont le Pouvoir exploite politiquement les conséquences, avec le concours de médias affidés, tout  en  niant délibérément les causes, par exemple la destruction de l’Etat libyen….

Histoire d'une nébuleuse qui tue l'Afrique

 

 

FRANÇAFRIQUE : Histoire d'une nébuleuse qui tue l'Afrique

 

"Une goutte de pétrole vaut une goutte de sang"Georges CLEMENCEAU

 

Par Séraphin PRAO YAO

 

La France est-elle une démocratie ou a-t-elle dérivé ? Quelle vaste question ! A priori, la réponse sur toutes les lèvres est celle-ci : oui la France est une démocratie. Certes, en France, on ne trouve pas de Goulag, certes, en France, on ne compte pas de camps de travail obligatoire, pour autant, ce grand pays est une démocratie par apparence.

 

En Afrique par exemple, la France a une grande histoire avec un certain nombre de pays. Les liens tissés avec l’Afrique pèsent si fort sur l’ensemble des relations de la France avec les pays en développement qu’aucun réexamen de la politique en direction du Sud ne peut se faire sans oser aborder de front les questions posées par ces liens privilégiés.

 

Nous aborderons dans cette réflexion la question de la "Françafrique". Pour ce faire, notre travail s’articulera autour de trois axes principaux.

 

-        Dans un premier temps, dans le seul dessein de ne point provoquer un dépaysement intellectuel, et d’échapper à la répétition des schémas et modèles, il serait judicieux de dresser l’historique de la "Françafrique".

 

-        Dans un deuxième temps, nous présenterons le fonctionnement de la "Françafrique". Il en ressort qu’elle a des effets nocifs pour l’économie africaine dans son ensemble.

-        Dans un troisième temps, nous verrons qu’il est urgent de combattre la "Françafrique" puisqu’il est fondé qu’elle sape l’épanouissement économique et politique des pays africains.

QU’EST-CE QUE LA "FRANÇAFRIQUE"

La "Françafrique" n’est pas un mot inventé par l’académie française, ni par un grammairien de renom.

 

C’est un terme impropre dans la forme comme dans le fond. Il s’apparente à un effort d’accoler deux mots : la France et l’Afrique. Or il s’agit d’un pays et un continent très lointain que seule l’histoire peut réunir.  

 

Selon nos recherches sur le sujet, c’est l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Félix HOUPHOUËT-BOIGNY qui inventa l’expression France-Afrique en 1955, pour définir les relations d’amitiés qu’il voulait établir avec la France. Il sera transformé par François-Xavier VERSCHAVE, pour devenir "Françafrique".

 

Pour François-Xavier VERSCHAVE, on peut définir la "Françafrique" comme "une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’Aide publique au développement.

 

La logique de cette ponction est d’interdire l’initiative hors du cercle des initiés. Le système autodégradant se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie".

On voit donc que la "Françafrique" agit avec plusieurs acteurs (économiques, militaires et politiques) entre un seul pays, la France et un continent, l’Afrique, le tout dans des réseaux.

 

Historiquement, en 1958, l’union française est remplacée par la "Communauté" dans la constitution de la 5e République. Celle-ci est conçue comme une association entre un Etat souverain, la France, et des Etats africains disposant de l’autonomie interne.

 

Le général DE GAULLE, quand il accède à la présidence de la République, doit affronter une situation internationale nouvelle, celle où les colonies de la France au sud du Sahara affirment leur volonté d’accéder à l’indépendance. DE GAULLE fait mine d’accepter.

 

Mais DE GAULLE n’a pas oublié que l’intégration économique entre la France et son empire colonial a atteint sa forme la plus achevée dans les années cinquante, à la veille de la décolonisation. Par exemple, en 1960, 30% des exportations françaises étaient réalisées dans le cadre de l’empire.

 

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, ces relations étaient restées, pour reprendre l’expression de Catherine COQUERY-VIDROVITCH, "un combiné de régime militaire et d’économie de pillage Sur le plan macro-économique la raison d’être de la colonie était de rapporter à la métropole.

 

L’objectif est d’importer à bas prix des marchandises médiocres mais vendues à l’Africain le plus cher possible, en échange de biens primaires d’exportation contre une rémunération au producteur la plus faible possible".

 

Pour avoir toujours le contrôle sur son empire colonial, Charles DE GAULLE charge, dès 1958, son plus proche collaborateur, Jacques FOCCART, de créer un système de réseaux qui emmaillotent les anciennes colonies dans un ensemble d’accords de coopération politique, économique et militaire qui les placent entièrement sous tutelle.

 

Bref, un système élaboré d’installation de forces parallèles. Et puis il y a eu l’ingénieuse idée de créer le franc CFA, qui est en réalité un instrument magnifique de convertibilité en Suisse d’un certain nombre de richesses africaines.

 

En définitive, après les indépendances, la relation entre la France officielle et les Etats africains s’est transformée en une sorte de relation incestueuse et infectieuse.

 

La véritable amitié entre la France et les pays africains est constituée d’une organisation formée par une coalition hétéroclite composée de présidents africains et de multinationales dont le but final est de maintenir au pouvoir des dirigeants corrompus afin d’orchestrer le pillage systématique des fabuleuses richesses de l’Afrique.

 

Ce système d’origine réactionnaire, droitière, conservatrice, arrière-gardiste, est en vérité un instrument de la stratégie néocoloniale française

 

La "Françafrique" a plusieurs composantes : la coopération militaire, l'aide au développement, la diplomatie et le franc CFA. Elle s’est incrustée avec un ensemble d’accords de coopération politique, économique et militaire.

 

La "Françafrique" a pour but de rendre compétitive l’économie française en lui fournissant les ressources naturelles dont son économie a besoin. Se souvient-on que l’économie est la lutte contre la rareté. En ce point se dessine le principe essentiel de la "Françafrique" : assurer la survie de la France.

 

Dans les faits, les réseaux politiques, mafieux et de filières occultes, se partagent le gâteau africain. Il s’agit d’aider quelques entreprises françaises, aidées par la diplomatie française en Afrique à exploiter les ressources naturelles des pays francophones.

 

Ainsi, l’Afrique devient le pré-carré de toutes les compromissions et de tous les coups tordus, un espace protégé où l’impunité est assurée aux puissants.

 

En clair, la "Françafrique" agit par les coups d’Etat afin d’imposer des présidents dociles qui permettront aux entreprises françaises d’exploiter abusivement les ressources naturelles de l’Afrique. C’est ainsi que les multinationales instrumentalisent des conflits régionaux ou locaux pour obtenir ou conserver des marchés et des concessions.

 

Sur le plan militaire, la "Françafrique" s’est transformée en "Mafiafrique", une sorte de mondialisation de relations criminelles. C’est bien elle qui a éliminé Ruben Um NYOBÉ du Cameroun, SYLVANUS OLYMPIO du Togo (le 13 janvier 1963), Barthelemy BOGANDA de la Centrafrique.

 

Thomas SANKARA du Burkina Faso, Patrice LUMUMBA de l’ex-Zaïre, Marien NGOUABI du Congo Brazzaville, Steve BIKO de l’Afrique du Sud, KRAGBÉ GNAGBÉ, Ernest BOKA de Côte d’ivoire.

Souvenons-nous que le Nigérien HAMANI DIORI qui voulait vendre son uranium ailleurs qu’en France, a été déposé manu militari.

 

En 1978, la France intervenait militairement au Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) en soutien au dictateur Joseph Désiré MOBUTU, contre les 3000 rebelles du Front de Libération Nationale Congolaise (FLNC).

 

Aujourd’hui encore, la France ne désarme pas, elle est plus active que par le passé. Coups d’Etat en Guinée-Bissau (septembre 2003) et à Sao-Tomé- et-Principe (juillet 2003), tentatives de putsch au Burkina Faso et en Mauritanie (octobre 2003).

 

renversement de M. Charles TAYLOR par une rébellion au Liberia (août 2003), remous politiques au Sénégal (année 2003), déstabilisation de la Côte d’Ivoire (depuis septembre 2002)... l’Afrique de l’Ouest semble s’être durablement installée dans la crise politique.

 

C’est cette "Françafrique" qui a chassé le Président Pascal LISSOUBA du pouvoir au Congo Brazzaville parce qu’il a eu le malheur de demander 33 % de royalties sur le pétrole au lieu des 17 % de SASSOU NGUESSO.

 

Que d’opérations sur notre continent pour déstabiliser nos Etats : opération "Tacaud" dans la guerre du Katanga (Zaïre) en 1978, opération "Barracuda" contre Bokassa en 1979, opération "Epervier" en 1986 au Tchad, opération "Turquoise" au Rwanda en 1994, opération "Azalée" en 1995 au Comores,[..] opération "Licorne" en 2002 en Cote d’Ivoire.

 

Sur le plan économique, la guerre des ressources naturelles fait rage. En Afrique, ELF tire environ 70 % de sa production, et d’où le nouveau groupe TotalFinaElf tire encore 40 % de sa production. Depuis des décennies, les compagnies pétrolières interviennent dans la vie politique et économique des pays concernés.

 

Si ce n’est pas la mise en place ou le cautionnement des régimes responsables de violations massives des droits humains ou l’alimentation et encouragement des circuits de corruption, à l’étranger (surtout en France), c’est la destruction de l’environnement qui est en cause.

 

En 2006, le groupe pétrolier Total a publié un bénéfice net ajusté record de 12,585 milliards d’euros, soit le plus gros bénéfice jamais enregistré par une entreprise française. Ses revenus ont progressé de 12% à 153,802 milliards d’euros.

 

La croissance du bénéfice du groupe a suivi ces dernières années la hausse des cours du brut. De 7 milliards en 2003, le bénéfice de Total a dépassé légèrement les 9 milliards en 2004 avant d’atteindre un précédent record de 12,003 milliards en 2005.

 

Depuis sa fusion en mars 2000, le groupe Total-Fina-Elf est devenu la première entreprise privée française et le quatrième pétrolier mondial : 50 milliards de francs de profits, 761 milliards de chiffre d’affaire (soit la moitié du budget de la France).

 

Ce monstre industriel est surtout actif en Asie (notamment en Birmanie) avec Total, en Afrique du Nord (particulièrement en Libye) avec Fina et en Afrique noire (Angola, Congo Brazzaville, Gabon, Cameroun, Tchad...) avec Elf.

 

Au même moment, selon le classement des Nations unies, le Nigeria et l’Angola, les deux principaux producteurs africains de pétrole se trouvent actuellement au rang des nations les plus pauvres, plus précisément les plus appauvries par trois décennies d’exploitation pétrolière.

 

Cette tendance militaro-affairiste concerne à l’occasion d’autres multinationales : Bolloré-Rivaud (transport maritime), Bouygues (bâtiment), Castel (bières), Thomson (électronique), Suez-Lyonnaise-Dumez (eaux), Dassault (aviation).

 

Vincent BOLLORÉ est l’un des acteurs économiques principaux de la "Françafrique". On y découvre tous les liens politico-financiers de Vincent BOLLORÉ qui est aussi directement bénéficiaire de l’aide économique au développement de la France aux pays africain, entretenant ainsi des relations étroites avec les dictatures d’Afrique.

 

La dépendance de la France pour des produits dont le poids dans la balance commerciale est très lourd (pétrole, cuivre), mais aussi des produits stratégiques (manganèse), silicium, platine, chrome, molybdène, éponge de titane, cobalt, ... le poussent à piller notre sous-sol avec l’aide de nos présidents.

 

Sur le plan financier et monétaire, la France impose une zone monétaire et une monnaie à ses anciennes colonies. La zone franc est née officiellement en 1946.

 

En réalité, ses principales caractéristiques étaient apparues entre les deux guerres. Jusqu’alors, la colonisation ne s’était accompagné d’aucune tentative de mise en valeur systématique des territoires d’outre-mer.

 

La formation d’une zone économique impériale, protégée de la concurrence extérieure et fondée sur la complémentarité des productions coloniales et métropolitaines, passait par la création d’un espace monétaire commun.

 

Les premières dispositions dans ce sens furent prises lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale avec l’instauration d’une réglementation des changes valable pour l’ensemble des résidents de l’empire et la centralisation des réserves en devises au profit de la France.

 

Les liens monétaires avec les colonies furent rationalisés et systématisés après la guerre avec la création des francs des colonies françaises d’Afrique (C.F.A).

 

Si de toutes les structures étatiques de gestion coloniale, la zone franc est celle qui a le mieux survécu à la décolonisation, c’est parce que ses mécanismes permettent aux entreprises françaises d’opérer dans cette zone sans risque notable.

 

Ces mécanismes assurent la libre transferabilité des capitaux dans la zone et la suprématie de la France dans son fonctionnement. Avec la zone franc, la France garde le contrôle du système économique de ses anciennes colonies. C’est cette vassalisation monétaire que nous appelons le "CFAFRIQUE", un autre pan de la "Françafrique".

 

L’Afrique est le seul continent qui soit encore à la mesure de la France, à la portée de ses moyens, le seul où elle peut encore, avec cinq cents hommes, changer le cours de l’histoire.

 

Le débat sur la "Françafrique" n’est pas tranché, malgré la répétition paresseuse des tout-faits. C’est qu’il concerne, qu’on veuille ou non, l’image de la société française et par conséquent les intérêts qu’elle hiérarchise.

 

Ce qui est certain, le miroir s’est brisé où la France aimait à contempler sa vertu. Le Sud s’est disloqué, l’Afrique s’est marginalisée, le Nord s’est recomposé, le dialogue entre pays riches et pays pauvres a volé en éclats.

 

La "Françafrique" tue le continent africain en silence sans qu’aucune puissance n’en parle. Sous nos yeux, des peuples souffrent, sous nos yeux, l’Afrique est pillée et meurtrie.

 

Dans leurs activités en Afrique, les multinationales du pétrole illustrent clairement un processus de socialisation des pertes et de privatisation et capitalisation des profits. Au-delà du pillage systématique des ressources naturelles et même halieutiques de l’Afrique, les multinationales ont une habitude dévergondée de s’inviter dans la politique africaine.

 

Cette immixtion des multinationales - comme des règles de la mondialisation économique - dans la sphère publique africaine a provoqué un amalgame entre droit public et droit privé.

 

Du coup, presque tous les chefs d’Etat africains ne se considèrent pas comme des présidents de la République, garants de l’intérêt général, mais agissent plutôt comme des présidents de conseil d’administration.

 

En conséquence, la gestion du pétrole, de l’or ou du diamant, la vente des produits agricoles et des ressources naturelles (minerais, bois) donnent lieu à des comportements claniques, voire d’allégeance féodale, de la signature des contrats d’exploitation des matières premières (commissions) jusqu’à la répartition des fortes valeurs ajoutées dégagées lors des ventes sur le marché mondial.

 

La gestion de la manne pétrolière au Gabon au Congo Brazzaville et en Angola en est une parfaite illustration. Sur ce continent, jamais il n’y a eu autant de "batailles", de pathologies, de pillage de l’économie et du sous-sol.

 

Par exemple en côte d’ivoire, la défense des intérêts français se mesure, elle, à l’importance que prend l’appétence de certaines multinationales françaises à exercer leur contrôle sur les outils de production et les services publics (électricité, télécommunications, bâtiments et travaux publics), sans pour autant que la population locale voie la couleur des dividendes, ni profite des fruits de la croissance.

 

Cette même "Françafrique" a aussi aidé des présidents corrompus des Etats néocoloniaux, fondés sur une économie de rente, de pillage, de prélèvement de la richesse des matières premières ou de détournement de l’aide publique au développement.

 

Le Gabon et le Congo Brazzaville, malgré leur pétrole abondamment exploité par Total, n'ont jamais décollé économiquement. Ces pays ont même été contraints de demander à accéder au statut de PPTE (pays pauvre très endetté).

 

Au Tchad, depuis l’extraction de la première goutte de pétrole, les compagnies anglo-américaines, françaises et Malaisiennes ont perçu 653 milliards de dollars. Il n’est resté que 62 millions de dollars pour le Tchad.

 

Au Nigeria, deuxième producteur de pétrole d’Afrique, avec des réserves de 2500 millions de barils, 80% de la population vivent avec moins d’un dollar par jour.

 

Nous avons la honte chevillée au corps à l’idée de concevoir qu’un continent au sous-sol aussi riche et fertile soit humilié et violé.

 

Si le pétrole est à la une, on oublie plus souvent dans les médias de rappeler la situation des populations des pays qui possèdent du pétrole dans leur sous-sol, et se voient soumises au pouvoir de ces multinationales pétrolières.

 

La "Françafrique" doit être combattue de toutes nos forces car la France n’est pas notre messie. Une fois que l’on abandonne les discours lénifiants, les falsifications, les mensonges et la propagande en sa faveur, il reste les faits : Cette dictature des puissances préconise la misère comme gestion des pays déjà ou encore pauvres.

 

Il est urgent, dans l’intérêt de la France et de l’Afrique, de refonder les relations qui lient ce grand continent et ce pays. Conçue d’abord pour conserver à la France une zone d’influence en Afrique, ensuite pour accroître son rayonnement culturel et renforcer ses parts de marché, la politique de coopération est aujourd’hui à la croisée des chemins.

 

Par un effet de miroir, la faillite du modèle de croissance néo-colonial en Afrique noire à ceux-là même qui s’en accommodaient jusqu’ici la confusion des objectifs, l’inadaptation des structures, le gaspillage des moyens qui ont caractérisé cette politique pendant près de 50 ans

.

Le président français, Nicolas SARKOZY avait promis le changement mais il a opté pour le conservatisme et l’immobilisme.

 

Lors de la présentation de son programme en matière de politique étrangère, le président français déclarait que "L’Afrique n’est pas notre pré-carré" et "Il nous faut les (Africains) débarrasser des réseaux d’un autre temps, des émissaires officieux qui n’ont d’autres mandats que celui qu’ils s’inventent.

 

Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. Il faut définitivement tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés, notamment avec nos partenaires africains et arabes".

 

Afin d’éviter la prolifération des comportements extrémistes, terreau du terrorisme international, la France, donneuse de leçons, doit revisiter sa position et jeter ses lunettes coloniales.

 

Dans un milieu assez épuisé intellectuellement, n’oublions pas de noter ce que disait le président burkinabé Thomas SANKARA le 27 juillet 1987 devant ses pairs à la tribune de l’OUA (aujourd’hui UA ou Union africaine) : "Il y a crise aujourd’hui parce que les masses refusent que les richesses soient concentrées entre les mains de quelques individus.

 

Il y a crise parce que quelques individus déposent dans des banques à l’étranger des sommes colossales qui suffiraient à développer l’Afrique....Il y a donc lutte et l’exacerbation de cette lutte amène les pouvoirs financiers à s’inquiéter.

 

On nous demande aujourd’hui d’être complices de la recherche d’un équilibre. Equilibre en faveur des tenants du pouvoir financier. Equilibre au détriment des masses populaires. Non ! Nous ne pouvons pas être complice …"

"Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission"
Celui qui lutte peut gagner ! Celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu !

Informations supplémentaires