MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La Communauté européenne du charbon et de l'acier

 

Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier ,CECA,  a été signé à Paris le 18 avril 1951 par la Belgique, la France, l'Italie, la République fédérale d'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas. Initié par Jean Monnet, il avait une validité de 50 ans , il est entré en vigueur le 23 juillet 1952. La CECA n'existe donc plus depuis le 22 juillet 2002.

La proposition de sa création, annoncée par Robert Schuman , lors de son discours le 9 mai 1950  journée de l'Europe, alors ministre des affaires étrangères français, fut très rapidement acceptée par tous les pays qui ratifièrent le traité en moins d'un an.

Son principe s'inspire fortement du rapport Salter Allied Shipping Control qui avait mis en place la coordination des intérêts alliés pendant la première guerre mondiale.

L'idée en était d'éviter les luttes d'intérêts entre pays en y substituant par des affrontements d'emploi des ressources entre groupes  c'est ainsi la commission du fer qui fait valoir ses intérêts contre ceux de la commission du blé, et non la France les siens contre l'Angleterre, ce qui ne nuit pas à l'union. Bertrand Russell rend hommage à cette répartition dans ses Essais sceptiques et y voit la forme d'organisation internationale de l'avenir.

Constituant la principale richesse des pays occidentaux, l'acier avait joué un rôle important dans la Seconde Guerre mondiale fabrication des armes.

Le projet consiste à mettre en commun la production et la consommation de l'acier et du charbon entre la France et l'Allemagne pour ensuite créer une organisation européenne ouverte aux autres pays d'Europe.

Ce projet a notamment un but politique, car en signant cette alliance quelques années après la fin de guerre, les deux pays font alors preuve de leur coopération et donc de leur réconciliation au moins économique.
Derrière l'aspect purement économique, la volonté est de réunir les anciens ennemis encore meurtris par la Seconde Guerre mondiale, en contrôlant les productions de charbon et d'acier qui sont à la base de l'industrie de guerre.

Le traité instaure un marché commun du charbon et de l'acier, supprime les droits de douanes et les restrictions quantitatives entravant la libre circulation de ces marchandises , il supprime également toutes les mesures discriminatoires, aides ou subventions, qui seraient accordées par les États signataires à leur production nationale.

Le principe de libre-concurrence, tout en permettant aux États de garder un contrôle sur leur approvisionnement, permettant le maintien des prix au plus bas niveau possible, est adopté.

La mise en place du traité s'est faite en plusieurs étapes. Les deux principales sont 

la création de la Haute Autorité présidée initialement par Jean Monnet, dont le siège était à Luxembourg 

la mise en place d'une période d'adaptation pour les industries nationales.

La CECA était déjà annonciatrice de l'Union européenne et de ses institutions 

La Haute Autorité , composée de 9 membres, organe supranational chargé d'élaborer les politiques relatives au charbon et à l'acier, est l'ancêtre de la Commission européenne. La Haute autorité est fusionnée en 1965 avec les commissions de la CEE et de l'Euratom en 1967 en une commission unique, par le biais du Traité de fusion des exécutifs,

Un Conseil des ministres qui regroupait les représentants des six pays,

Une Assemblée composée de membres désignés par les parlements nationaux. Celle-ci sera ensuite commune à la CEE et l'Euratom pour ensuite donner naissance au Parlement européen,

Une Cour de Justice chargée de trancher les litiges éventuels.

Tous ces organes ont évolué et se retrouvent dans la structure des institutions européennes actuelles.
Le marché fut finalement entièrement ouvert le 18 février 1953 pour le charbon et le minerai de fer et le 1er mai 1953 pour l'acier.


Ce traité n'est aujourd'hui plus en fonction. Il a connu plusieurs modifications. Mais il reste historiquement la première démarche menant à l'Union Européenne.

Informations supplémentaires