MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

lL y aura bientôt  40 ans, c’était en Mai 1967

 

 

Sommé ou invité suivant l'échiquier, à prendre position dans le grand chambardement politico-médiatique en cours, imperturbable je garde le cap, le plus sûr moyen de ne pas m'éloigner de l'essentiel...

 

...Notre Histoire, en vous invitant à la lecture d'une lettre adressée au Maire de Pointe à Pitre, en prévision du 40è anniversaire de la tuerie survenue dans sa Ville, les 26 et 27 Mai 1967.

 

Que le peuple de la Guadeloupe se souvienne, que la diaspora caribo guyanaise se mobilise en la circonstance, pour rappeler à ce Monde que l'Homme ne vit pas que de pain.

 

Monsieur le Maire,

 

Il y aura bientôt  40 ans, c’était en Mai 1967…

L’homme et militant politique, et non le politicien, doit savoir prendre du recul, et se donner le temps de la réflexion, afin d’aller dans ses actions vers l’essentiel, et pour votre serviteur, les problématiques du Monde Nègre, ses perspectives d’avenir... son Histoire précisément…

 

 ...Mai, pour nous Caribéens est un mois chargé de souvenirs  mélangé d’espoir mais aussi de fortes douleurs que le temps qui passe n’a pas estompées.

 

 Et voilà qu’en ce matin du 26 Mai 1967, il avait fait un soleil radieux sur cette bonne terre de la Guadeloupe que vous diront les gens de l’époque.

 

Seulement  ce jour là, et pour la journée suivante du 27, beaucoup de ces patriotes guadeloupéens, auront vu leur destin s’achever brutalement, tombés sous les balles d’un colonialisme féroce et triomphant en territoire caribéen.

 

 Qu’avaient-ils fait ces hommes, ouvriers du bâtiment  de leur état, descendus dans la rue, pour réclamer une modeste augmentation de salaire pouvant assurer une meilleure existence à leurs familles.

 

 Seulement voilà, c’étaient des Nègres, et  avec ces gens là, on ne discute pas, hier c'était le fouet, et aujourd'hui en terre coloniale on fait parler la mitraille.

 

 Combien ont-ils disparu au cours de ces jours noirs du 26 et 27 Mai 19967…peu importe le nombre, mais je me rappellerai toujours, juste terminé un cycle universitaire, que le pouvoir colonial avait saisi  ce drame de l’Histoire de la Guadeloupe, pour décapiter tous les mouvements nationalistes de nos pays, en particulier  le GONG dont l’action à terme aurait conduit à la souveraineté de ce territoire.

 

Au prix certes, d’une saignée nationaliste salutaire, qui fait partie de la médecine politique, à l'occasion d' une de ces guerres coloniales éclair, bien pensées, conduites par des hommes volontaires et motivés, amoureux de la liberté , suivis et soutenus par un peuple qui aurait compris tout l'enjeu de ce combat décisif 

 

De nos jours, le TPI, Tribunal, Pénal International) aurait été saisi pour Crime contre l’Humanité, mais comme par définition ce forfait est imprescriptible on ne peut enfouir dans l’oubli à jamais, ces victimes de la barbarie du 26 et 27 Mai 1967 à  Pointe à Pitre.

 

D’autant plus, fait inquiétant, que les guadeloupéens semblent avoir été touchés au regard de cette tragédie très contemporaine, d’après mes investigations sur le terrain et dans la diaspora, par un étrange autisme  collectif s’apparentant à une forme de syndrome de Stockholm...

 

 ...Les anciens ne se rappellent plus, les jeunes n'en n'ont pas eu connaissance, pas la moindre stèle de souvenir, alors, quel contraste...

 

... Que chaque année nos frères maghrébins de l’Algérie se souviennent de la nuit noire à Paris du 17 Octobre 1961 qui avaient conduit leurs aînés à braver la police pour soutenir les indépendantistes du FLN...

 

...A chacun sa mémoire de l’Histoire, des méthodes, et des résultats de la période coloniale, en tout cas  on ne prépare pas l'avenir  en piétinant le passé avec autant de légèreté.

 

C’est pourquoi Monsieur le Maire, connaissant votre humanisme, et la connaissance de l’Histoire, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir inscrire le drame rapporté à l’ordre du jour de la prochaine séance du Conseil municipal de la Ville, tendant à prendre une délibération qui rend hommage aux victimes des 26 et 27 Mai 1967.

 

 Il va s’en dire dans ce cadre que toute manifestation pourrait être opportunément organisée, associant les peuples de la Guadeloupe la Martinique et la Guyane à ce douloureux souvenir.

 

 Par la suite une stèle devrait être érigée pour marquer l’Histoire J’invite ce jour les élus responsables des exécutifs du Conseil général et Régional de la Guadeloupe la Martinique et la Guyane à s’associer activement à ce souvenir en leur tenant une copie de cette lettre qui sera publiée

 

 En vous  demandant de réserver à cette  démarche la suite positive qu’elle estime avoir droit Je vous remercie par avance, et,

 

 Vous prie de croire Monsieur le Maire, en l’assurance de mes meilleurs souvenirs, et mes sentiments respectueux 

                                                                                  Léonce LEBRUN

Courrier du 25 Avril 2007 

Informations supplémentaires