MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

"Le Bois Caïman", considéré comme l’acte fondateur
HAITI, ce 14 août 2014 ramène le deux-cent-vingt-troisième (223e) anniversaire de la cérémonie du Bois Caïman qui a eu lieu dans la nuit du 14 au 15 août 1791.Considéré comme l’acte fondateur de la révolution et de la guerre de l’indépendance, cette cérémonie est le premier acte du premier grand soulèvement d’esclaves de la colonie française de Saint-Domingue

Cette insurrection s'est déroulée la nuit du 22 au 23 août 1791. "Le Bois Caïman" est la cérémonie scellant le premier pas vers la création de la Première République Nègre indépendante du monde: Haïti.

Au-delà de tout le symbolisme qui l’entoure, la cérémonie vodou du Bois Caïman est avant tout l'acte rassembleur qui a permis à quelques centaines d’esclaves de prendre conscience de leur force commune et d’oser défier l’ordre établi, une véritable leçon d’Unité que tout haïtien conséquent doit garder en mémoire pour le Bien de notre Nation.

Si les mots « Liberté, Egalité, Fraternité », notre devise nationale, ont été aussi utilisés lors de la révolution française, les concepts qu’ils expriment se retrouvent à l’origine même du mouvement de révolte initié le 14 août 1791 à Saint-Domingue.

La cérémonie du Bois-Caïman marque le début d’une lutte contre l’inacceptable, l’inhumaine condition de vie de centaines de milliers d’esclaves, d’une lutte pour l’accession à la Liberté qui est un droit fondamental de l’Homme, d'une lutte pour regagner sa Dignité d’Etre Humain.

223 ans plus tard, chaque haïtien jouit de l’Héritage laissé par ceux qui, comme Boukman, Cécile Fatiman, Jean-François, Biassou ont eu le courage de réclamer leurs droits, de se battre pour que leurs enfants ne soient pas des esclaves mais des Femmes et des Hommes qui se projettent dans l'avenir, Libres de leurs mouvements, Libres de construire leur destin.

Comme l’a si bien dit Winston Churchill, «un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre».

Nous avons donc, envers nous-mêmes, un devoir de mémoire.

La commémoration de la cérémonie du Bois Caïman devrait nous inciter à prendre conscience de notre identité, de notre unicité et de notre force lorsque nous sommes unis.

Haïti, un seul Pays, un seul Peuple !

Le 27/08/2014

Informations supplémentaires