MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

 

Le partage de l'Afrique

 

 

Le partage de l'Afrique, ou la course à l'Afrique, correspond à la multiplication des revendications conflictuelles européennes sur les territoires africains durant la période du Nouvel Impérialisme, entre les années 1880 et le début de la Première Guerre mondiale.

 

La seconde moitié du XIXe siècle verra la transition d'un impérialisme informel, caractérisé par une influence militaire et une dominance économique, vers une gouvernance centralisée.

 

 Les tentatives de médiation dans cette course aux empires, comme la conférence de Berlin -1884 - 1885 entre le Royaume-Uni, la République française et l'Empire allemand, ne réussiront pas à accorder ces revendications de puissances concurrentes.

 

 Ces conflits sur l'Afrique font partie des principaux facteurs qui ont mené à la Première Guerre mondiale.

 

La percée sur le continent

 

.L'accès au continent africain aux explorations occidentales et son exploitation ont commencé sérieusement à la fin du XIXe siècle. En 1835, les Européens avaient cartographié la plupart du nord-ouest de l'Afrique.

 

 Parmi les explorateurs les plus célèbres, on peut citer David Livingstone, qui cartographia de vastes étendues de l'intérieur du continent et Serpa Pinto, qui traversa l'Afrique australe et l'Afrique centrale lors d'une expédition difficile, cartographiant la majeure partie de cette partie du continent.

 

 Des expéditions laborieuses dans les années 1850 et 1860 menées par Richard Burton, John Speke et James Grant ont reconnu la région des Grands Lacs et la source du Nil. Vers la fin du siècle, les Européens avaient dressé des cartes du Nil depuis sa source, des cours du Niger, du Congo et du Zambèze, et le monde occidental réalisait maintenant les vastes ressources de l'Afrique.

 

Cependant, à l'aube de cette course à l'Afrique, seulement 10% du continent étaient sous le contrôle de nations européennes.

 

 En 1875, les plus grandes possessions étaient l'Algérie, qui avait été conquise par la France à partir des années 1830 - en dépit de la forte résistance d'Abd el-Kader et la rébellion des Kabyles dans les années 1870,  la Colonie du Cap, tenue par le Royaume-Uni et l'Angola, tenu par le Portugal.

 

Les progrès technologiques facilitaient l'expansionnisme outre-mer. L’industrialisation permettait de rapides avancées dans les transports et les communications, spécialement dans la marine à vapeur, le transport ferroviaire et le télégraphe.

 

 Les progrès médicaux étaient aussi importants, surtout dans les médicaments contre les maladies tropicales. Le développement de la quinine, un traitement efficace contre la malaria, permis de pénétrer dans les vastes zones tropicales.

 

Causes de la ruée

L'Afrique et le marché global

Rivalités stratégiques

 

La politique mondiale de Bismarck

 

Le clash des impérialismes rivaux

 

.La American Colonization Society et naissance du Libéria

Une succession de crises internationales menant à la Première Guerre mondiale

 

Le canal de Suez

 

La conférence de Berlin -1884-85-

 

Occupation britannique de l'Égypte et de l'Afrique du Sud

 

La crise de Fachoda

 

Crises au Maroc

 

The colonial encounter

 

La production des cultures de rentes

 

Conscience et expositions coloniales

 

Le - lobby colonial -

 

Chauvinisme dans la propagande coloniale

 

Le massacre des Namaka et des Herero 

 

Conclusions du partage du Continent africain

 

 

Belgique

État indépendant du Congo appelé aussi Congo belge ,actuellement République démocratique du Congo.

 

France

 

L’Algérie

Tunisie

Protectorat du Maroc

Afrique occidentale qui réunissait /

la Mauritanie,

le Sénégal,

le Soudan ,devenu Mali,

la Guinée,

la Côte-d'Ivoire,

le Niger,

la Haute-Volta , devenue Burkina Faso

et le Dahomey ,devenu Bénin.

Afrique équatoriale qui réunissait /

le Gabon,

Moyen Congo ,devenu la république du Congo,

l'Oubangui-Chari , devenu la République centrafricaine.

et le Tchad

Cameroun , une partie du Cameroun actuel

Côte des Somalis , devenu Djibouti

Madagascar

Comores

 

Allemagne

 

Kamerun , avant les Français et les Anglais

Afrique orientale , actuellementBurundi, Rwanda, et la partie occidentale de la Tanzanie

Sud-Ouest africain , devenu Namibie

Togoland , actuellement Togo et la partie est du Ghana

 

Italie

 

Libye

Érythrée

Somalie , devenu une partie de la Somalie actuelle

 

Portugal

 

Angola et le Cabinda , l'une des provinces de l'Angola

Mozambique

Guinée-Bissau

Cap Vert

São Tomé et Príncipe

 

Espagne

 

Sahara , désormais Sahara occidental , composé de /

Río de Oro

Saguia el- Hamra

Maroc

Ceuta

Melilla

Tarfaya , Cap Juby

Ifni

Guinée équatoriale, avec en plus de la partie continentale 

Bioko

Annobón

 

Grande-Bretagne

 

Égypte

Soudan anglo-égyptien , actuellement le Soudan

Somalie  , une partie de la Somalie actuelle

Afrique orientale composé de /

Kenya

Ouganda

une partie de la Tanzanie

Zanzibar , aussi partie de l'actuelle Tanzanie

Afrique du Sud /

État libre d'Orange

Transvaal

Colonie du Cap

KwaZulu-Natal

Gambie

Sierra Leone

Nigeria

Cameroun , divisé est rattaché au Nigeria et au Cameroun

Protectorat du Bechuanaland , aujourd'hui Botswana

Rhodésie du Sud , aujourd'hui Zimbabwe

Rhodésie du Nord , actuellement Zambie

Côte-de-l'Or , colonie britannique,  actuelGhana

Nyasaland , now Malawi

 

États indépendants

 

Liberia, fondé par l'American Colonization Society en 1847

Éthiopie , Abyssinie, qui a vu ses frontières modifiées par l'Érythrée italienne et la Côte des Somalis actuellement Djibouti.

Soudanindépendant sous le règne de Mahdi entre 1885-1899

 

La décolonisation de l'Afrique

Informations supplémentaires