MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Les dangers de la Planète

 

Voici revenu le temps de la réflexion, mais aussi des combats idéologiques portant sur les principes et autres concepts, car à l’occasion de cette rentrée, à moins que l’on ait le cerveau dans les socquettes, on doit admettre que notre Planète n’est pas au mieux, que certains terriens marchent sur la tête.

Et voilà en effet qu’en ce mois de Septembre 2012, l’Afrique s’apprête à recevoir sur l’un de ses territoires, une de ces grandes messes désuètes et inutiles, permettant surtout à l’ex –puissance coloniale de conforter son précarré, à l’occasion d’un discours imbécile et hypocrite, mais qui renforce le caractère impérialiste du Système, car l’impérialisme n’est ni de droite, ni de gauche, mais se nourrit en l’espèce de la naïveté des responsables politiques au pouvoir.

Car après avoir discrédité l’ONU sur le dossier ivoirien et manupulé le Conseil de Sécurité sur la réalité du conflit interne libyen, un dirigeant du Monde occidental, invite la communauté dite internationale en état de légitime défense, à investir le sol syrien, sous le prétexte imaginatif, que les responsables de l’exécutif de la Syrie auraient recours à l’utilisation d’armes chimiques pour gagner cette guerre civile… en matière de diplomatie géopolitique on ne fait pas mieux dans la nullité…

Face à une telle déclaration guerrière des questions se posent, simples,… avec quel moyen économique, sur quelle base juridique et surtout suivant quel processus militaire…

Sur ce dernier point la réponse va de soit, depuis l’invention de la poudre à canon, les hommes sont de moins en moins courageux, alors la nouvelle philosophie stratégique de l’Occident avec son bras armé l’OTAN a été le recours aux frappes aériennes, en somme voir sans être, avoir un droit plus ou mois légal de tuer, sans aucune perte dans ses rangs, pas de partage de la souffrance humaine, des dégâts matériels et de la misère des populations qui s’en suit.

Mais attention, le véto sino- russe à juste titre sur l’imbroglio syrien n’est pas une clause de style, pour s’en convaincre je renvoie les belligérants virtuels à l’affaire du Canal de Suez en 1956,  à l’occasion de laquelle, américains et soviétiques ont bien fait comprendre à l’axe franco – britannique de mettre au plus vite un terme à leur prétention sur le dit canal, c’était pourtant à l’époque de la guerre froide, et nous connaissons la suite…

Alors un homme averti ….

Comme je vous l’ai dit en ouverture, certains marchent sur la terre… et le sujet n’est pas clos loin s’en faut…

Et je soumets à votre réflexion le dossier de la dette haïtienne, sur la base d’un transfert ci- dessous

Sans oublier l’affiche d’AFCAM pour Septembre 2012, et bien entendu la lecture de mon dernier éditorial intitulé Une Histoire du Monde Nègre, pour lequel vous clichez sur le lien joint ci-dessous

http://www.afcam.org/index.php? option=com_content&view=article&id=2804%3Aune-histoire-du-monde-noir&catid=1%3Aeditorial&Itemid=23

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires