MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Voici venu le temps

 

A ces honorables internautes qui me reprochent de ne pas tomber activement dans le combat politique local et national, je leur redis que dans la vie on arrête des priorités qui doivent être assumées d’une façon implacable en toute connaissance de cause, mais je les rassure de ne pas vivre sur Mars ( la planète) la preuve…

 

Bal fini, misik dan sac, une expression peut être d’antan, bien de chez nous qui se traduit par…le bal est terminé, les instruments sont rangés, que je ramène en politique … le théâtre des élections municipales est terminé, voici venu le temps de la réflexion et du bilan, un bilan qui sera évoqué ce Vendredi 18/04 à l’ECAC de Lyon.

Car la mécanique politique, d’une parfaite logique n’a pas besoin d’être sorti d’une IEP (institut d’étude politique) de grandes écoles ou autre université pour maîtriser son mode de fonctionnement…

 

La première observation irréfutable est caractérisée par la fin du clivage droite/gauche, les politiciens de toutes mouvances concourent à la conquête du Pouvoir, l’occupation du patrimoine et des lambris dorés de la République, aux frais du contribuable, appuyés en cela par un électorat versatile et incohérent…

 

Chacun se prétend dépositaire de la Vérité..

 

…La Vérité… et nous voici reportés il y a plus de 2000 ans en terre de Palestine, terre de miracle, terre de bonheur, mais aussi terre de souffrance, à l’occasion d’un procès célèbre, où l’homme de Bethléem déclarait que son royaume n’était pas de ce monde , qu’il était venu pour dire la Vérité..

 

…Ponce Pilate, juge et parti, Gouverneur de la Judée, représentant de l’Empire romain en Palestine, lui demanda…Qu’est -ce que la Vérité…il n’y eut jamais de réponse, un silence total face un publique excité, réclamant du sang…

 

En faite , la vérité n’appartient à personne et à ces politiciens, il serait de bonne religion qu’ils cultivent la modestie, et fassent le distinguo entre la légalité et la légitimité, car pour les vainqueurs avec la participation d’un taux aussi faible d’électeurs inscrits, il n’y a pas de quoi pavoiser face à cette parodie de démocratie, alors à quand la prise en compte des bulletins nuls…cauchemar en cuisine électorale , une abstention ramenée à 10%...avec internet et les réseux sociaux, ce serait la fin des enfumages de tous bords...

 

Il y a encore beaucoup de points à soulever en particulier ce serpent de mer qu’est le communautarisme qui n’a pas encore donné de signe politique caractérisé évident…

 

Alors pour la suite de ce débat républicain, AFRICA 50, vous donne rendez-vous à l’Espace Culturel Africain et Caribéen ,au 42 avenue Berthelot Lyon 7è, ce Vendredi 18 Avril 2014 à 18 heures

 

Léonce Lebrun  

Informations supplémentaires