MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Les objectifs du 10 Mai

 

Le collectif afro caraïbéen AFRICA 50 a lancé le processus de mobilisation dans la perspective de la journée de mémoire du 10 Mai prochain que je relaye…

A ce sujet il est important et opportun de rappeler que ce 10 Mai qui est apparu dans le paysage des commémorations depuis 2006, ne peut en aucun cas être considéré comme une fin en soit, mais un outil décrété par l’Etat en vertu son pouvoir discrétionnaire.

Que ce 10 Mai n’est pas représentatif dans l’arsenal symbolique des luttes afrocaraïbéennes, car ce sont les femmes et les hommes qui font l’Histoire, et pour l’ère contemporaine, nous avons fait cette Histoire à Paris en cette journée mémorable du 23 Mai 1998..

Sans cette massive manifestation correspondant au 150è anniversaire de la libération juridique des Africains réduits à l’état d’esclave dans nos territoires de la Guyane, la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, chacun ayant sa date spécifique de Mémoire et de Souvenir, et le Sénégal, jamais notre drame n’aurait paru au devant de l’actualité, contrairement à d’autres mouvances, mais c’est un débat différent..

Et comme le rappelait à juste titre le regretté Cédric DAN, toute la période incriminée portant sur plusieurs siècles, nous a enlevé toute personnalité et la substance de notre Dignité.

Car comme le disait le philosophe, « « le bourreau tue deux fois, la deuxième fois par son silence » » et moi de rajouter « «sa capacité à récupérer l’Histoire à son profit » » à l’aide des récits malveillants de certains « historiens » affidés.

Et donc il nous appartient, observateurs avertis, de mettre tout en œuvre pour casser cette mécanique assimilationniste, pendant qu’il est encore temps, en ramenant le concept de « patrie des droits de l’homme » à sa juste mesure, sans langue de bois, de propos allant dans le sens du poil, enveloppés de complaisance...

C’est précisément l’intérêt du 10 Mai comme outil du rétablissement de la réalité et la vérité historique, sachons nous montrer à la hauteur de l’Evènement dont nous sommes toutes et tous concernés, quelle que soit la mouvance raciale et d’origine…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires