MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Le vivre ensemble...fin

 

Nous en sommes arrivés à l’épilogue avec cet ultime message de diffusion générale, et je ne pouvais rêver meilleure sortie que le rapport du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) à l’attention du Parlement, faisant état de la sous représentation des « non-blancs » dans les différentes activités culturelles de ce pays, ce qu’on subodorait déjà…

Mais la nouveauté ressort de cette extraordinaire incohérence d’une Institution d’Etat faisant référence explicitement à des citoyens, dont la couleur de peau serait « blanche »

Or depuis toujours mon combat a porté sur la dénonciation de cette hérésie, héritée de l’Histoire colonialiste, qui a classé les personnes par couleur de peau, pour mieux camoufler la prétendue supériorité de certaines…

Force est de constater que nous sommes en pleine contradiction, par rapport à cette propagande, adoptée par certains dans la mouvance caraïbéenne, qui revendiquent la suppression du mot « race » à remplacer par quoi, j’attends une réponse intelligente de ces gens qui prônent une pseudo réconciliation, et l’abandon de cette revendication universelle qu’est Les réparations.

Nous avons là réunis, tous les ingrédients du big bang cérébral

Car pour moi les choses sont claires, il n’y a pas plus de jaune, de rouge, de noir, que de blanc, et autres gens de couleur, il y a l’espèce humaine remontant dans la nuit des temps, avec pour chaque groupe ses caractéristiques propres concédées par la nature, ne dégageant aucune supériorité par rapport aux uns et aux autres, ayant tous les mêmes exigences d'oxygène, d'eau et de lumière du soleil…

Et donc la persistance de ce vocabulaire racial de convention ne cesse de m’interpeller sur la sincérité de cette propagande politique du « vivre ensemble » à rapprocher de cet attrape- nigaud du front républicain car à la sortie, il y a forcément des perdants qui ont abandonné leur conviction au vestiaire.

A ce stade, permettez-moi de rependre, une citation du message… La confiance découlant des échanges d’un Chef d’Etat avec le responsable de son service de sécurité…

« « Major, je ne vous aime pas, je crois savoir que ce sentiment est partagé, mais par ces temps de crise, vous êtes le seul Officier à qui je peux confier l’avenir de notre pays, et je dirais même la sécurité de ma propre famille » »

Sublime, ces deux hommes ne feront de vacances ensemble, mais ils partagent de la confiance, et un profond respect qui autorisent à briser leur animosité, tenant compte des responsabilités de chacun…

Et je mets en lumière toute la problématique qui oppose les « hôtes souchistes » aux diasporas africaines et caraïbéennes, qui sont explicitement classées dans la catégorie de « non blancs » versées au sous-groupe de la Diversité pour l’avancement et autre promotion, taxées ouvertement de communautaristesdont on ignore le pourquoi le comment et le contenu…

En bref, on ne nous fait pas confiance, nous ne sommes pas respectés, ce qui conforte mon hypothèse, que « ces gens là sont tolérés, mais non accueillis » l’Histoire est ce qu’elle est et on ne pourra jamais établir une symbiose entre le lait, et l’acide sulfurique (SO4 H2) dont bien entendu j’écarte les situations personnelles marginales..Promotions alibi couples mixtes, etc

Et voilà que la « République une et indivisible » tombe lourdement

A ce propos, Césaire Aimé qui était maître des bonnes formules, disait que nous étions des « français entièrement à part » peu importe…

Car il convient de noter que nos mouvances, caraïbéennes, africaines,(tout continent confondu) sont les premières victimes des incivilités qu’on relève dans cette société complexe et de plus en plus complexée, les rapports discriminatoires internes font légions…

Mais attention, il ne convient pas de sombrer dans la victimisation permanente comme certaines communautés en font de leur Histoire un fonds de commerce juteux, une overdose mémorielle...

Notre combat difficile, est politique, idéologique et doit être gagné avec la tête, et non en rasant les murs ou courir après des strapontins politiques de misère dans le PLM ( Paris Lyon Marseille) pour démontrer aux Occidentaux ,tôt ou tard ,que tous les NEGRES ne sont pas des « demeurés » ces « damnés de la Terre » titre d’un ouvrage de l’éminent Frantz Fanon…

Et je ne résiste pas à l’envie de vous offrir l’écoute, de ces deux extraits de musique de film, qui nous donnent une idée de la valeur du vivre ensemble

https://www.youtube.com/watch?v=vizCmXNkVhk&list=RDvizCmXNkVhk#t=57 Europe

https://www.youtube.com/watch?v=opP4PcZ7aN4 Pacifique

C'est fou que j'aime ces airs ,magistral, somptueux, plein de courage, d’espoir ,d'amour, mais aussi de souffrance, de tristesse et d’humilité qui forcent à la réflexion sur la nature et le destin de l’Homme…

Nous sommes en Normandie, en ce début du 6 Juin 1944, mer légèrement agitée, où va se jouer sur ces plages l’une des plus grandes aventures militaires de l’ère moderne, imposée par les circonstances.

La fantastique armada alliée vient d’ouvrir les hostilités sur les positions ennemies contre les tireurs allemands bien calés dans leurs bunkers, ne faisant aucun cadeau à ces jeunes qui ne connaissent pas encore la vie, ne pourront plus jamais dire à une femme, ces mots… wu di mwin wu aimé mwin, di mwin wété … puisse que tu me dis que tu m’aimes dis moi de rester… des propos prononcés des milliards de fois dans notre monde, signe d’un bonheur terrestre aléatoire…

A 7h30 des milliers de soldats sont morts, dans son Quartier Général à Londres, le Général Eisenhower , Chef suprême de l’Opération qui suit minute par minute le déroulement de ce débarquement risqué, sait que les nouvelles sont mauvaises, les hommes bloqués n'avancent pas, et découragé il veut arrêter cette boucherie, une véritable catastrophe, mais il en sera dissuadé par Montgomery futur Maréchal britannique et son compatriote, le Général américain Patton, « la grande gueule »…

Nous en connaissons la suite, tout en ignorant les raisons qui ont poussé l’Etat major de Berlin à ne pas lancer dans cette bataille décisive les avions de la célèbre Luftwaffe et ces redoutables panzers (chars de combat) ce qui aurait pu avoir comme conséquence de modifier le cours des évèments et peut être même le sens de l'Histoire ,ainsi vont les mystères de la guerre…

Les durs combat du Pacifique nippo-américains déjà évoqués par ailleurs, qu’ai-je retenu de cette épopée rapportée par L’Histoire avec ses zones d’ombres bien entendu …

Des hommes d’honneur, portés par un courage hors du commun, tombés en héros, qui ont su de chaque côté du front (alliés, allemands) respectés les lois de la guerre qui conduisent à partager les morts, les veuves, les orphelins, les souffrances de tous ordres…

Et de ce côté de l’Atlantique, on nous dit qu’ils sont morts pour la LIBERTE, une bien curieuse notion de la Liberté pour certaines Nations impliquées au conflit, qui ont eu la mémoire bien courte…avaient hurlé…plus jamais ça…

Car on constate que depuis Mai 1945 des milliers de Sénégalais, d’Algériens d’Indochinois ont été massacrés pour cette même LIBERTE qu'ils revendiquaient, des Africains ayant échappé à la loi des armes suivant la stratégie imposée par le Colonisateur, en vendant leur âme nationaliste au diable…

Et donc, j'affirme sans hésitation, que par rapport à ces êtres disparus en ce matin du 6 Juin 1944, que malgré le temps qui passe je garde un immense respect, nul besoin de fanfaronner le 8 Mai, avec moins de 3% d'effort de guerre à l’époque, et une absence remarquée à la Conférence de Yalta ( Février 1945) réunissant Soviétiques, Américains, et Britanniques...

...l’Homme de l'Occident du 21è siècle malgré ses sciences , ses techniques ,et technologies est un nain prétentieux, suffisant ,arrogant, dépourvu d’humanité, peu courageux, qui a inventé ou adopté « les frappes aériennes » voir sans être vu, tué sans être tué, scénario il est vrai approuvé par des élus(es) dits de gauche, car par manque de munitions, le travail se termine au sol à l'arme blanche, dans un corps à corps mortel, malheur au vaincu...Force et Honneur, telle est la devise des légions romaines...

Bref, il digère difficilement les retours isolés de bâton, tout en affirmant être « civilisé » avec l'art de manipuler négativement les masses.

Mais comment nous, Nègres, venant d’Afrique de la Caraïbe et ailleurs, avons atterri dans un ensemble contre nature, malgré les dénégations hypocrites, qui remonte aux années 1970, hormis les sombres périodes de l’Histoire de ce pays…

Pour bien comprendre, sans rentrer dans les détails, auquel cas je vous renvoie à l’Histoire, plus particulièrement la période de 1789 à 1875 pour les amateurs, les Français dits de souche évoluent avec une mentalité, qui remonte bien avant Clovis (482-511) que les journées révolutionnaires de 1789 à 1794 n’ont pas changée …

Le monarque est certes guillotiné en Janvier 1793 mais l’esprit ,le sentiment monarchique, n’ont pas disparu, une Bourgeoisie s’est installée avec tous les apparats, sous couvert d’une République habillée d’aristocratie et cette cohorte d’élus dits démocrates , dont certains se prenant pour « l’élu » remplacent allègrement dans leurs zones de responsabilité, les seigneurs, ducs, comtes ,et autres barons d’antan …

Avec un sentiment de supériorité individuelle et collective renforcé depuis 1875 suivant l'avènement de la troisième République, époque des conquêtes dites coloniales, qui de nos jours perdure…

Et nous, venant de la Caraïbe ou d’ailleurs , installés massivement en Europe depuis les années 1970 ( lire sur l’affiche du mois,  génération bumidom  avons hérité de nos parents d’une éducation, à base de respect, d’humilité, mais vis-à-vis de qui, en fait du béké  l’esprit de servitude esclavagiste n’ayant pas disparu pour nos aînés...

...Sauf chez grand- mère heureusement, auquel cas je me « bronzerais » le jour sur nos superbes plages de la Martinique, et le soir dans les boîtes, enivré de Kompa de zouk, entre autres plaisirs en terre exotique, loin des aléas du combat politique pour notre émancipation, mais de vous à moi dans un tel contexte je serais un bien pauvre crétin ayant raté sa vie et la sortie...

Mais le destin en a voulu autrement, et me réserve encore quelques bonnes surprises politiques, avant que me soit coupé l'oxygène à titre définitif, sait-on jamais...

Avec notre naïveté légendaire, des assimilés de l'Histoire colonialiste nous sommes des sardines tombées dans un bassin de requins, sommés individuellement et collectivement de subir en toutes circonstances les dispositions de « l’Article 1 » d’une législation virtuelle, très spéciale...

Mais voilà qu'à titre personnel, pour vivre hors de l'eau, j'applique méthodiquement depuis longtemps la stratégie du caïman, de l'écrevisse et du naja.

Et aux promoteurs du « vivre ensemble » je leur oppose le  savoir vivre  , qui exige la connaissance et le respect de l’autre, et non à sens unique…

Retrouvez la nouvelle page d’AFCAM avec mon blog, le dossier « Les Réparations » l’affiche du mois, et les explications qui suivront prochainement d’une réduction de deux tiers de la messagerie du site…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires