MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

En pleine campagne électorale  des minorités ethniques sont visées directement par certains qui opèrent un rapide raccourci entre immigration et insécurité...

Mais en quoi ces minorités constituent une menace pour les institutions républicaines, et on finit par penser que leur regroupement tant redouté, peut constituer une force  politique non négligeable pour la défense des droits des personnes concernées, d’où la manouvre de les repousser dans la mouvance du  Communautarisme, synonyme de dévaluation sociétale…

Ce 24 Août 1572

 

Un temps qui passe, avec un souvenir vivace…

Il y a plus de 20 ans en Juin 1993, j’organisais à Lyon, les premières assises nationales de nos associations, avec comme objectif de mettre en place, un Haut Comité,  Organe qui serait le fer de lance de notre Emigration, capable de soutenir un dialogue avec les pouvoirs publics à quelque niveau, un objectif qui avait été compris et soutenu par l’Exécutif municipal de l’époque, -estampié de droite-

 

Que reste-il de ce gigantesque programme, car à vrai dire je soupçonnais déja le poids du bing bang cérébral au regard de nos projets et autres aspirations politiques, comme en témoigne mon dernier message à l’occasion de la dissolution du Comité d’organisation des assises que vous retrouvez à l’affiche d’AFCAM pour Juin 2014.

 

Et comme militant et observateur, une question me taraude…que me reste-t-il pour engager nos peuples de la Caraïbe sur la route de la vitoire… diligenter et commander d' une main fer, une féroce insurrection armée, qui de la Martinique gagnerait la Guadeloupe et la Guyane, j’en ai le profil et les aptitudes, car il faut se méfier de ces civils qui affectionnent, le sens tactique, le courage, la force de ces légions romaines d’antan…

 

Oui mais, une lutte anticolonialiste est conduite avec des hommes, debout, responsables, dignes, confiants, loyaux, en fonction de la dangérosité de l’opération, or à ce jour, le compte n’y est pas, alors ce sera peut être dans une autre vie…

 

Car la guerre qui  n’est pas une partie de plaisir, provoque des morts de chaque côté du front, et suivant ma conception de la vie, tout homme qui tombe au combat a droit au respect, et conduit en terre avec dignité, mais désolé, ce n’est pas ce scénario que nous avons observé en Côte d’Ivoire, Libye, Mali, Centre Afrique…

 

Pour l’Occident les morts n’ont pas la même valeur, voilà un élément du débat qu’il va falloir approfondir.

 

Et nous voilà en terre nationale avec des citoyens déboussolés, qui ont subi depuis des mois, un matraquage de promesses, un enfumage en règle déversé par des politiciens de tousbords qui ont pour seuls objectifs, le pouvoir ,les avantages, et les lambris dorés des palais de la République…

Des politiciens, pour certains qualifiés de "cumulards", oubliant que pour tout et chacun, nous avons rendez-vous ine fine avec ce dernier carré du boulevard des allongés, pour paraphraser le Président Clémenceau…

 

Pour d’autres qui ignorent délibérément le distinguo entre la légalité qui leur est reconnue par le droit découlant du suffrage universel au titre d’une bien curieuse démocratie, et la légitimité un satisfaicit  d’affection que concède le corps électoral, toutes catégories confondues, mesuré par une côte de popularité de 0 à 100 qui dès lors qu’elle est trop faible sur une longue période, devrait conduire le ou les dirigeants en place à en tirer toutes les conséquences politiques et se démettre avec panache, nul besoin d’un avenant constitutionnel….

 

Nous en avons un exemple célèbre en cette soirée électorale du 27 Avril 1969, qui a conduit le Chef suprême de l’Exécutif à ne plus revenir à l’Elysée ,tenant compte de ces 53%   de non au projet de référendum proposé au pays.

 

Quelles que soient les opinions au regard de la gestion politique interne, l’Homme est rentré en ce soir du 27 Avril , par la grande porte de l’Histoire et pour l’éternité, en qualité de PRESIDENT, tant qu’il y aura des hommes, debout.

 

Et voilà que ce pointe une nouvelle menace insidieuse, car les politiens en place ont toujours cherché des responsables pour éviter leurs turpitudes, hier c’était le isme comme communisme, et pour toutes et ceux qui ne sont pas d’accord avec la pensée unique, est ressorti le populisme, suivi du communautarisme pour ces ethnies afro caribéennes et maghrébines qui ne veulent pas sombrer dans la solitude loin de leur terre affective.

 

Et depuis quelques années est apparu l’antisémitisme, l’auberge espagnole, qui est visé, pourquoi, comment justifier une protection particulière…

 

Et quand un dirigeant de la mouvance judaïque, lors d’un dîner spécial, proclame urbi et orbi, que l’antisémitisme doit être déclaré… cause nationale… ‘"C’est du lard ou du cochon"car la porte est ouverte pour toutes les sordides manipulations et la victimisation à outrance, en ce sens, il ne faudrait pas trop tirer sur la ficelle de la tolérance et la bonne volonté des masses...

Car voilà que me revient à la mémoire une histoire cruelle…

 

Nous sommes à Paris en ce 24 Aout 1572, c’est la Saint Barthelemy, de qui émane l’ordre... le Roi Charles IX et sa mère Catherine de Médicis, peu importe les hésitations des historiens, car de milliers de protestants furent massacrés.

 

Si au départ ces souverains voulaient se débarrasser des dignitaires protestants à cause de sombres affaires politiques, par contre ce fut la porte ouverte à la mort pour le bon peuple catholique.

 

Paris fut d’abord touché, puis vint le tour de beaucoup de ville de province embarquées dans cette folie meurtrière, dont Lyon ce 31 Août 1572 …

 

Après plusieurs semaines plus de 30000 protestants furent tués, en terme de persécution, ils n’étaient pas au bout de leur peine en cette terre de France, car quelques années plus tard, Louis XIV faisait voler en éclat un édit de Nantes arraché par Henri IV pour instaurer la paix civile.

 

Victimes de l’intolérance et de l’injustice, les protestants s’exilèrent par milliers pour sauver leur vie…

 

Il faut remonter avec les templiers dans les années 1330 sous le règne de Philippe IV le Bel pour constater un tel climat d’intolérance, sous d’autres formes et pour des motifs pas forcément religieux...

 

De nos jours les protestants se rappellent –ils de ces heures cruelles de l’Histoire, en tout cas ils ne traînent pas dans les médias pour victimiser…

 

Qui a dit que l’Histoire ne ressert pas ses plats, les naïfs peut- être ,en tout cas pas moi, car chaque citoyen responsable, bien entendu ,doit être maintenu toujours en état d’alerte …

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires