MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

La grande hypocrisie

 

 

Que les Sud africains, d’origine africaine, pleurent leur illustre disparu c’est dans l’ordre normal de choses, mais de grâce que l’Occident se taise, avec ses larmes de crocodile…elle qui avec sa capacité de récupération tous azimuts, invite la Planète, avec ses médias affidés à une compassion nauséabonde, et le Tiers Monde, dans une  une gigantesque opération d'hypnose, pour masquer son impérialisme devenu insupportable.

 

Avec humilité je crois connaître le parcours et la vie des personnes du Monde Nègre et du Tiers Monde, de Chaka Zu Lu ,Rosa Park, à Ernesto Guevara, qui ont donné une dimension à notre Civilisation, dont malheureusement pour certains, ce rendez –vous avec un bout d’acier de 7mm, qui ne leur a laissé aucune chance…

 

Et j’en arrive à me poser cette question naturelle, si Patrice Lumumba, (1925- 1961) ce héros congolais assassiné, avait réussi à réunifier l’Afrique, en lui léguant un potentiel à la hauteur d’une grande Nation à sa mort, aurait-il bénéficié d’une telle sortie de légende…

 

A mes frères de race, africains, caribéens, américains et les humanistes de notre Monde, est posée cette réflexion, car le Monde Nègre est dominé par une extraordinaire naïveté, exploitée habilement par les Occidentaux.

 

Ce fut dès le début du XV ème siècle, la Traite négrière des populations africaines, dispersées sur les régions de la Caraïbe et des Amériques, réduites à l’état d’esclave par les Européens, suivi d’ un colonialisme implacable avec le pillage des richesses du Continent africain. 

 

 

Puis d’une pseudo décolonisation qui aura élevé notamment la Martinique et la Guadeloupe au rang peu enviable de territoires outre-mer, avec des autochtones attachés à perpétuelle demeure, promis à une assistance ad vitam æternam.

 

Puis voilà le territoire de l’Afrique du sud, dont les populations d'origine africaine ont été écrasées par ce régime scélérate de l’Apartheid durant une bonne partie du XXe siècle, un système encouragé militairement et financièrement par toute l’Occident, avec le soutien de dirigeants de l'Afrique de l'Ouest, ces soldats perdus, que je classe au rang de négriillons

 

Au titre de cette galère, l’African National Congress, l’ANC, une organisation patriote qui se bat pour la liberté et la dignité des Sud-Africains a été classée comme groupe terroriste sous prétexte de la lutte contre le communisme, nous sommes en pleine guerre froide, et Nelson Mandela fiché en qualité de terroriste aux Etats-Unis jusqu’en 2008, alors que l’homme a recouvré la liberté depuis le 11 Février 1990.

 

Et puis est tombé ce miracle de la Réconciliation et du Pardon ( la main tendue) acclamé par cette même Occident, ouf il n’y aura pas de revanche et de vengeance, l'ultra minorité d'origine indo-européenne conserve tous ses biens et la main basse sur l'économie du pays…

 

 

C'est bien  cette politique qui a fait de Nelson Mandela son icône mondiale, et nous en sommes au cœur de la problématique socio-économique avec un juste partage des richesses dont dépend  l'avenir de toute l'Afrique du Sud , au titre de laquelle je laisse à l’Histoire le soin d’en apprécier  tous les aspects.

 

Quand à moi, je relève à travers ces oublis de circonstance et cette gigantesque hypocrisie, que les Occidentaux invitent tous ces Nègres humiliés, bafoués, rejetés à titre individuel (strapontin) ou collectif, (le Communautarisme) ces parias de la Planète, à pardonner, d’oublier, à leur profit, en somme un remake des Béatitudes…Heureux les misérables, ils gagneront le royaume des cieux...

 

Non, il faut combattre cette naïveté qui nous détruit, et de vous à moi, il n’y aura jamais de Grand Pardon dans le subconscient des masses concernées...

 

Par ces temps d’actualité brulante, tombe dans ma boîte une intéressante documentation, dont je vous fais partager ce texte transférée ci-dessous, en espérant avoir répondu et satisfait celles et ceux les amis(es) internautes toutes catégories confondues qui ont souhaité un point de vue événementiel, que pour ma part  j’estime modéré.

 

Au revoir Monsieur MANDELA, nous avons rendez-vous sous d’autres cieux sans doute, pour poursuivre ce combat éternel, avec d'autres formes, certainement.

 

Léonce Lebrun 

Informations supplémentaires