MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun   

1945, rappelez vous, le Monde aura payé un lourd tribut, avec des millions de « croix de bois », consécutives à l’hyper arrogance des politiciens de tous bords comme en 1914…voire même leur incompéence qui aura été marquée par la gigantesque gifle diplomatique de Munich -1938-

Et ce refrain hypocrite fusant de partout… « Plus jamais ça »

Oui mais on observe depuis 1945, que notre Planète n’a pas connu un seul  jour de paix, avec un Occident lancé pour certains, dans des sordides guerres de décolnisation, grand donneur  de leçons  de «  valeur et de civisation »… « en même temps » en pôle position pour la fabrication d’armes de guerre qu'il faut vendre ,aux fins d' améliorer un commerce extérieur vacillant, fervent  soutien d’un PIB -produit intérieur brute- en difficulté…

Alors la Paix n’est pas pour demain, cet Occident continuera sa politique impérialiste  et expantionniste, par l’occupation insidieuse ici et là, de territoires pouvant assurer sa domination et son économie…

... avec cette nouvelle application stratégique nébuleuse politico-militaire…le Terrorisme qui plonge les masses  indo-européennes dans la peur, et bien entendu les frappes aériennes, avec ces inévitables dégâts collatéraux, frappant les populations civiles du Sud... sans protection nucléaire

Mais voilà, qu’en toute chose il faut considérer la fin, et  donc  demain, les damnés de la terre auront du grain à moudre pour triompher sans scrupule

Le festival international de Lyon-

 

fimac 

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MUSIQUE AFRO-CARIBEENNE

fimac 

Philosophie du projet

Pourquoi à Lyon grande métropole régionale, un festival de la musique africaine et caribéenne…

 

En votre qualité d'élu(e) de la cité lyonnaise c’est une question logique que vous vous posez, et que je me fais un devoir d’y répondre.

 

Pourquoi cette musique et pas une autre…

 

Tout d’abord   pour la première raison, que je suis une personne originaire de la Caraïbe, né à la Martinique,   donc fortement imprégné des traditions africaines et par conséquent de mes racines, ce qui me permet de bénéficier d’un certain crédit auprès de mes frères africains, qu’ils soient de la diaspora, ou demeurant sur leur Continent.

 

En second lieu je suis installé à Lyon depuis  longtemps, toute une vie … université, service militaire, activités professionnelles  et autres, ce qui m’autorise à prétendre que je connais bien cette ville, ses autochtones mieux que la plupart d’entre vous, et pourtant je n'ai pas cherché l'onction du suffrage universel car une telle perspective n’a pas fait partie de mes priorités.

 

Ensuite je me suis posé la même question que feu J F Kennedy en 1960, lors de son installation à la Maison Blanche, ce 20 Janvier de mémoire /

 

«  Que doit me rapporter Lyon, ou plus exactement, que dois-je  laisser à cette grande agglomération, au même titre que pour nos communautés africaines et caribéennes de la diaspora, avant de me retirer de la scène publique à titre définitif »

 

D’où l’idée de la création pour cette ville d’un festival international de  musique de la Caraïbe et de l’Afrique, des rythmes connus  pour lesquels je veux donner une dimension universelle, avec la même influence en France que le Printemps de Bourges,  Jazz à Vienne, et autre festival d’Avignon, grâce à son inscription au patrimoine culturel de cette Cité.

 

 Propriété de la ville, il aurait donc un caractère permanent pris en charge quelle que soit la couleur politique de l’équipe municipale, responsable  de sa gestion.

 

Ce faisant je ne m'inscris pas au contenu des discours à la mode concernant la diversité et autre multiculturalisme, des concepts auxquels je n’apporte aucune adhésion, mais dont le suivi sera vérifié en fonction de la bienveillance accordée par votre assemblée municipale à ce projet  devenu publique.

 

 J’ajoute que cette perspective  reste dans la ligne de ma collaboration avec Lyon dans des activités  associatives et culturelles/

 

 -Semaine caribéenne de Septembre 1982, à la demande du Ministère de l’Outre Mer, sous la mandature de feu Francisque Colomb, avec Madame Simone André, adjointe aux affaires associatives, une Grande Dame. 

 

 

-          Assise nationales des Associations Outre mer, 11, 12 13 Juin 1993 avec Monsieur Michel Noir ancien Maire de Lyon.

 

         

 - 150è anniversaire de la fin de l’Esclavage en Avril 1998, avec feu Monsieur Raymond Barre

 

A ces occasions, les personnes encore  en vie, en particulier Madame André, peuvent témoigner de ma capacité à maîtriser ces évènements,

 

 Pour clore ce chapitre synthétisé  à caractère personnel, je rappellerai la dimension politique de ce festival qui permettra aux Exécutifs régionaux de nouer des relations durables avec les représentants africains cubains haïtiens notamment, ce qui n’est pas négligeable à l’heure où l'Humanité se donne de nouvelles perspectives.

 

Enfin ce projet devrait prendre place dans le patrimoine culturel de Lyon , une concession que je peux légitimement attendre au regard de la mouvance politique actuelle aux affaires dans la  gestion  de la Ville.

Léonce Lebrun

DISPOSITIONS GENERALES

Sommaire

Le dispositif

Les partenaires

Les autres partenaires

Les formations

Prise en charge

Prestations annexes

Le financement

Le festival

Cahier de charges

Informations supplémentaires