MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

 

L'incertitude sociétale

 

Malgré l’amicale suggestion de nombreux internautes qui pensent à tort où à raison que je dispose de moyens pour participer sur la toile à ces joutes nationales politico- politiciennes, j’ai toujours évité ce mélange de genre par principe, estimant d’avoir d’autres priorités pour mes terrains de combats.

Mais devant la gravité de la situation, je ne peux pas demeurer sous la table pour compter les coups en toute indifférence.

Précisément dans mon message intitulé 10 Mai j’ai évoqué la perte des valeurs de la République et du comportement républicain, remplacés par la lâcheté, l’hypocrisie, la malhonnêteté intellectuelle en y ajoutant ce jour le mensonge et la démagogie touchant tous les milieux notamment politique.

Et toute la presse internationale découvre avec stupeur, que le pays dans lequel nous vivons est dominé par une extrême et dangereuse intolérance, devenue inquiétante pour des minorités ethniques et autres groupes humains non organisés.

Est’ on en passe de retomber dans le sombre climat ayant succédé à la Révocation de l’Edit de Nantes -Louis XIV, Octobre 1685- pour attention attention, revivre un remake du massacre de la nuit de la Saint Barthélemy - Août 1572-qui certainement aurait une autre dimension avec la perspective d’une cruelle guerre civile.

Car comme disait un célèbre syndicaliste…il faut savoir cesser une grève…oui, il faut savoir cesser un combat devenu improductif, contre la volonté du peuple souverain en République

Pour ma part et nous avons la preuve que le concept vivre ensemble est de la poudre aux yeux, un slogan vide de sens que j’ai toujours dénoncé, parce qu’il mettrait en péril la dignité de certaines minorités ethniques, devenues les larbins du Système, style bonjou missié, messi missié, padon missié, que voudraient nous réduire certains, convaincus de leur soit disant supériorité

Alors par ces temps d’incertitude sociétale, je recommande à mes frères de race caribéens africains, d’observer la plus grande vigilance, pour ne pas tomber dans ces bains d’inconséquences et de naïveté dont nous sommes coutumiers.

Léonce Lebrun        

Informations supplémentaires