MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Trop de palabres africains

 

Ce jour du 30 Octobre 2006, à l’invitation de l’Initiative Internationale pour l’Union Africaine, (l’I UA) j’étais à Paris, pour plancher au Sénat, sur le thème :

           L’Union Africaine, et ses diasporas :

Analyses et perspectives pour une plus grande contribution des diasporas africaines au développement du Continent.

Sur la base de tables rondes remarquables :

… Trajectoires de la pensée panafricaniste «  Le rôle des diasporas dans la construction de l’idéal panafricaniste »

…Union africaine et diasporas « perception et représentativité »

…Diasporas et dynamiques économiques en Afrique…

…Diasporas étudiantines et intellectuelles, « particularités et enjeux pour le développement de l’Afrique »

…Quelles responsabilités des diasporas dans les mutations politiques et défis sécuritaires de l’Afrique…

Autant de thèmes de haut niveau qui ne peuvent laisser aucun observateur indifférent.

En première analyse, et à chaud, j’ai constaté que l’Afrique avait une fantastique potentialité, de femmes et d’hommes brillants dans leurs spécialités, de quoi assurer la fortune de chasseurs de tête de tous poils.

Mais alors pourquoi ce paradoxe, d’aucuns feront état d’inadéquation entre cette richesse intellectuelle disponible, et la grande précarité du continent africain, dont je tenterai d’apporter une modeste contribution explicative, dans une prochaine rubrique

Car, pour un caribéen de race nègre, panafricaniste convaincu, je demeure fondamentalement persuadé que l avenir et la dignité du Monde Nègre et de tous les Nègres de la Planète, de quelle que origine, ou autre situation, passe par la restauration de l’Afrique en tant que puissance respectée ( lire sur  AFCAM dans Dossiers Le Temps de l’action

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires