MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Cessons d'aller à Canossa

 

Incroyable, attristant, humiliant …

La situation de crise en Côte d'Ivoire et ses contorsions internationales montrent à quel point Frantz FANON avait raison/

...l ' Indépendance ne s 'octroie pas, elle s’arrache, les armes à la main...

Ainsi donc se referme implacablement et d'une façon inexorable pour une bonne partie de l’Afrique, le piège mis en place dans les années 1960.

Un soulèvement armé a eu lieu, un évènement qui fait partie de l’Humanité et dont il appartiendra à l'Histoire d'en apprécier la portée, les causes et leurs conséquences.

Mais comment concevoir qu'un Etat dit indépendant et disposant de ses Institutions démocratiques, ait recours à l’arbitrage d'un dispositif non africain,  donc étranger, pour solutionner ses problèmes internes dans les conditions et le suivi que l'on a décelés au préalable, avec bon sens et à juste titre.

Oui Fanon , comme je vous comprend ,  dans les années 1960  il eût fallu une Afrique embrasée, souffrante et combattante, mais une Afrique vainqueur , libérée et unie après 500 ans de servitude , assumant son destin sa souveraineté pleine et entière, sans compromission pour la gloire de ses enfants …

la dignité et l'honneur du Monde Nègre...

Cessons d'aller à Canossa … nous risquerions dans cette démission politique collective, qui s'apparente à n'en pas douter à une forme de lâcheté, d'en avoir pour plus de 1000 ans d'un néo- colonialisme non avoué  mais feutré et implacable.

Léonce Lebrun

Une certaine constance

Informations supplémentaires