MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Abdel Fattah al-Sissi

 

Le maréchal Abdel Fattah Saïd Hussein Khalil al-Sissi  est né le 19 novembre 1954 au Caire, est un militaire et homme d'État égyptien, président de la République arabe d'Égypte depuis 2014.

Nommé ministre de la Défense après la révocation du maréchal Mohamed Hussein Tantawi en 2012, il est nommé vice-Premier ministre l'année suivante, après avoir soutenu le coup d'État militaire du 3 juillet 2013 contre le président islamiste Mohamed Morsi.

 Il se démet de ses fonctions gouvernementales le 26 mars 2014 pour se présenter à l'élection présidentielle du 28 mai suivant, qu'il remporte avec 96,1 % des suffrages, bien que l'issue de ce scrutin soit contestée.

Fils de petits commerçants cairotes ,l'un des trois garçons d'une fratrie de huit enfants, Abdel Fattah al-Sissi naît à Gamaleya, un quartier du vieux Caire. Il fait ses classes au lycée militaire.

 En 1973, il parvient à entrer à l'Académie militaire et choisit lors de sa sortie l'infanterie mécanisée. Il bénéficie également d'une formation anglo-saxonne réservée aux éléments les plus prometteurs , il étudie au Command & Staff College en Égypte, puis est envoyé en 1992 dans une académie militaire britannique à Watchfield  et en 2006, il y rédige un mémoire intitulé -La Démocratie au Moyen-Orient-.

Il commence sa carrière militaire dans l'infanterie, devenant par la suite attaché militaire à l'ambassade d'Égypte en Arabie saoudite, puis commandant en chef de la zone nord d'Alexandrie.

En juin 2011, Abdel Fattah al-Sissi qui est alors chef du renseignement militaire et membre du Conseil suprême des forces armées , organe qui dirige le pays depuis la démission sous la pression populaire du président Moubarak, justifie l'utilisation de tests de virginité sur les manifestantes  pour protéger l'armée contre des accusations possibles de viol.

Il est décrit à la fois comme  nationaliste et conservateur, mais  soucieux de préserver la stabilité de son pays et son alliance stratégique avec les États-Unis  En août 2012, il est nommé ministre de la Défense par le président Mohamed Morsi ,issu des Frères musulmans, qui vient de limoger Mohamed Hussein Tantawi et son adjoint.

 Sa réputation d'intégrité et d'homme religieux ayant probablement séduit les Frères musulmans. À ce poste, il augmente les salaires des soldats comme des officiers, rénove plusieurs casernes et négocie même la fin d'une grève de policiers

En novembre 2012, alors que Morsi tente de passer en force une réforme constitutionnelle afin d'obtenir les pleins pouvoirs, al-Sissi se présente comme intermédiaire entre l'opposition et le président, médiation que ce dernier refuse.

Pendant les manifestations de juin-juillet 2013 contre le président Morsi, il juge qu'il est du devoir des forces armées  d'intervenir pour empêcher l'Égypte de plonger dans un tunnel de conflits  afin d'empêcher  l'effondrement des institutions de l'État.

Il fait déployer à cette occasion au Caire des hélicoptères de l'armée arborant le drapeau national, afin de renvoyer l'image de l'unité de l'armée et du peuple.

 Après des manifestations populaires gigantesques demandant la démission du président Morsi accusé de déstabiliser le pays, Sissi renverse celui-ci lors du coup d'État militaire du 3 juillet 2013.

Le 26 juillet 2013, l'armée déclare que le président Morsi, récemment démis de ses fonctions, a été placé en détention préventive à cause de son implication présumée dans des attaques contre la police imputées aux activistes du Hamas.

Alors que ses partisans le voient déjà président, il annonce habilement une nouvelle transition démocratique avec un magistrat Adli Mansour comme président par intérim

Le 27 janvier 2014, Abdel Fattah al-Sissi est promu du grade de général d'armée au grade de maréchal de l'armée égyptienne Le même jour, il présente sa démission au Conseil suprême des forces armées qui l'accepte et le charge de présenter sa candidature à l'élection présidentielle de 2014.

Il mène conjointement une dure répression contre les Frères musulmans pendant laquelle plus de 1600 islamistes sont tués, répression dénoncée principalement par la Turquie et le Qatar, alliés de l'organisation panislamiste, les autres pays, en particulier les États-Unis, restant relativement discrets

Le 26 mars 2014, il remet sa démission de ministre de la Défense pour briguer la présidencealors qu'il est déjà considéré comme le dirigeant de fait de l'Égypte

Le 28 mai 2014, il remporte l'élection présidentielle avec 96 % des suffrages, dans un contexte présumé de fraudes et de  violations répétées des droits de l'homme  contre des Frères musulmans ,jusqu'alors principal parti d'opposition , violences dénoncées par l'ONG Human Rights Watch comme étant  l’un des plus importants massacres de manifestants de l’histoire récente.

Le 8 juin 2014, il prête serment et devient le sixième président de la République arabe d'Égypte Le lendemain, il reconduit Ibrahim Mahlab en tant que Premier ministre intérimaire et ce dernier prête serment le 17 juin suivant

Il a lancé les travaux du nouveau canal de Suez, inauguré en 2015 et qui double les capacités du précédent.

Le 13 février 2016, il transmet le pouvoir législatif à la Chambre des représentants issue des législatives de la fin de l'année précédente.

Depuis son arrivée au pouvoir, des milliers d'opposants au régime ont été tués ou emprisonnés alors que plusieurs centaines d'autres auraient purement et simplement disparu. Les médias égyptiens sont tous réduits au silence

 Les responsables de plusieurs ONG égyptiennes sont menacés de mort et obligés de quitter le pays. En février 2016, la découverte au Caire du corps mutilé de Giulio Regeni, étudiant italien mort sous la torture, a remis la question sous les feux de l'actualité, en déclenchant une vague d'indignation à l'étranger et en provoquant une crise diplomatique entre l’Égypte et l'Italie

Selon Amnesty International, de juillet 2013 à avril 2016, sous le régime du maréchal al-Sissi, 40 000 personnes ont été arrêtées ou sont poursuivies pour des raisons politiques, 700 personnes au moins ont été placées en détention sans procès depuis plus de deux ans, plus de 500 disparitions forcées ont été recensées depuis mars 2015, 538 condamnations à mort ont été prononcées en 2015 et 1 400 manifestants ont été tués entre août 2013 et janvier 2014. L'ONG noté également un  recours généralisé à la torture en détention 

Après son accession au pouvoir à la faveur du coup d'État de juillet 2013, Sissi fait l'objet d'un culte de la personnalité avec des produits dérivés à son effigie, dont la copie de sa carte d'identité, son portrait ou des confiseries.

Ces campagnes sont souvent organisées par les médias égyptiens Ses partisans considèrent que Sissi les a sauvés des Frères musulmans.

Son premier voyage présidentiel à l'étranger a eu lieu le 25 juin 2014 en Algérie

Fin décembre 2014, il lance une campagne pour rénover le discours religieux, afin d' expurger les idées fausses qui peuvent conduire certains à embrasser la violence pour imposer des idées.

Ces déclarations, prononcées notamment à la mosquée al-Azhar visent à combattre la montée du terrorisme islamique, non plus uniquement par un biais militaire mais aussi culturel.

En 2016, on assiste à un réchauffement relatif des relations entre Israël et l’Égypte, avec notamment la réouverture des ambassades, des échanges de prisonnier, et des accords militaires.

Abdel Fattah al-Sissi est marié et père de quatre enfants trois garçons, Moustafa, Mahmoud et Hassan et une fille, Aya Réputé très pieux, il connaît le Coran par cœur et parsème ses discours de citations islamiques.

Informations supplémentaires