MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Arack, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

Un sommet international sur les réparations avec des délégations caraïbéennes aura lieu du 9 au 11 avril à New York

  • Par Philippe Triay
  • Publié le 31/03/2015 | 18:03, mis à jour le 09/04/2015 | 11:19

Organisé par The Institute of the Black World et la Commission pour les réparations de la Communauté des Caraïbes (Caricom), un sommet international sur les réparations se déroule du 9 au 11 avril à New York. Des délégations de Martinique et de l’hexagone participent à cet événement.

© DR Organisé par The Institute of the Black World et le Caricom, un sommet international sur les réparations se déroulera du 9 au 11 avril à New York.

Outre les représentants de onze nations appartenant au Caricom, le Sommet international sur les réparations accueillera des participants de Belize, des Iles vierges américaines, de la Martinique, du Canada, de Suède, du Royaume Uni, de France, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, d’Amérique latine et des bien sûr des Etats-Unis, pays hôte de l’événement.

Les rencontres organisées par The Institute of the Black World auront lieu du 9 au 11 avril, réparties dans trois quartiers de New York : Manhattan, Brooklyn et Queens.
 
Parmi les invités de marque, Hilary Beckles, le président de la Commission pour les réparations du Caricom, le révérend Jesse Jackson, président de la Rainbow Push Coalition, l’acteur afro-américain Danny Glover, plus une pléiade d’universitaires, d’avocats spécialisés, de militants, d’économistes et d’historiens de l’esclavage, venus des quatre coins de la planète. Le sommet concernera les réparations pour la traite et l’esclavage transatlantique uniquement.

Le Mouvement international pour les réparations exige 200 milliards d'euros pour la Martinique

Pour la Martinique, c’est le président du Comité national pour les réparations (CNR Martinique) et également président du Mouvement international pour les réparations (MIR), Garcin Malsa (photo ci-dessous), qui emmènera une délégation de cinq personnes aux Etats-Unis.

« A New York, je parlerai de la plainte que nous avons déposée contre l’Etat français en 2005 pour obtenir des réparations, plainte qui est toujours en cours, et également des "Konvwa pou reparasyon" (Convois pour la réparation) que nous organisons pour glorifier nos ancêtres », précise Garcin Malsa, joint en Martinique au téléphone par La1ere.fr.

« J'aborderai aussi la question de la décolonisation des Etats de la Caraïbe se trouvant encore sous domination coloniale, et celle de la reconnaissance du droit au rapatriement au sein de pays d'accueil africains à tout Afro-descendant qui le souhaite. »


« La première réparation, c’est que les Afro-descendants et les Africains soient respectés en tant qu’être humains. Nous avons aussi demandé que soit mise en place une commission d’experts chargée de définir l’impact des traumatismes sur les Afro-descendants.

 Il faudra faire en sorte que des politiques publiques leur permettent de s’épanouir pleinement sur les plans social, économique et politique », explique Garcin Malsa. « Pour tout cela, nous travaillons avec la Commission pour les réparations du Caricom »

. A noter que le MIR demande dans sa plainte contre l’Etat français 200 milliards d’euros de provisions pour le préjudice subi par les Martiniquais descendants d’esclaves.
 
A LIRE AUSSI : Trois questions à Garcin Malsa, fondateur et président du Mouvement international pour les réparations (MIR)
 
Pour la France hexagonale et l’Europe, c’est Louis-Georges Tin (le président du Cran), qui est par ailleurs d’origine martiniquaise, qui dirigera une délégation de sept personnes au nom de la Commission européenne pour les réparations (European Reparations Commission). Cette Commission compte les représentants de quinze pays d’Europe.
 
« L’idée du Sommet de New York sur les réparations est de faire la conjonction entre la Caraïbe, les Etats-Unis et l’Europe, de manière à mettre en place des stratégies victorieuses et qui se renforcent mutuellement » dit Louis-Georges Tin.

« La Commission européenne pour les réparations va présenter un certain nombre de résolutions. Une résolution pour faire adopter une journée internationale pour les réparations, et une résolution sur les clauses de transparence, entre autres.

Nous demandons à toutes les villes, collectivités, Etats, de mettre en place un texte qui rend obligatoire pour les entreprises qui veulent avoir accès à des fonds publics de révéler si dans le passé elles ont bénéficié ou pas de l’esclavage. Ce type de résolution existe notamment en Californie, à New York, à Baltimore et à Philadelphie. »

La Commission européenne pour les réparations demande 21 milliards de dollars pour Haïti

La Commission européenne pour les réparations recommande des réparations morales et matérielles. Par exemple, la Commission préconise que la France restitue à Haïti la somme que ce pays avait versée en compensation de son indépendance, soit quelque 21 milliards de dollars actuels.

« Pour les Caraïbéens, on pourrait envisager que les entreprises ou les familles qui ont tiré leur fortune de l’esclavage soient sollicitées pour payer des bourses à des étudiants méritants », avance également Louis-Georges Tin.
 
« On peut aussi envisager des projets de développement, sociaux, culturels,  mémoriels, etc. », propose le président du Cran. « La culpabilité n’est pas héréditaire, mais les biens le sont. Ces biens acquis sont des biens mal acquis. Les propriétaires n’en sont pas responsables mais ils en sont bénéficiaires. Pour nous il s’agit d’établir un dialogue et un rapport de force. C’est ce à quoi nous travaillons actuellement. »
 
A LIRE AUSSI  Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) : "Nous travaillons à une coalition des Noirs du monde"

Internationalisation du concept (suite et fin)
 

Informations supplémentaires