MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Le conflit israélo-palestinien

 

 

Ce conflit met en exergue le différent qui oppose au Proche-Orient, les Palestiniens et l’Etat d’Israël, ayant débuté depuis la création de l’Etat hébreu par un vote de l’Organisation des Nations Unies au 14 Mai 1948…

Cette crise entre les communautés arabes et juives non résolue à ce jour, revêt un caractère nationaliste, incluant une dimension religieuse entre les Israéliens de religion juive et les Palestiniens de confession musulmane…

Placée sous mandat britannique depuis les années 1920 cette zone du Proche Orient désignée la Palestine est soumise à l’examen de l’ONU en 1947 qui vote un plan de partage de ce territoire conférant un Etat distingue à chaque communauté…

-          l’Etat d’Israël né en 1948

-          La bande de Gaza sou le contrôle de l’Egypte

-          La Cisjordanie annexée par la Jordanie en 1950

-          La Ville de Jérusalem étant placée sous contrôle international

Mais ce plan qui est rejeté par les Etats arabes et les Palestiniens mènera dès 1948 à la première guerre israélo-arabe, qui sera suivie de l’exode de milliers de palestiniens, représentant plus de 5 000000 réfugiés à ce jour et l’arrivée massive de personnes se réclamant de la mouvance judaïque.

A l’issue de la guerre de six jours en 1967, les populations de Cisjordanie et de Gaza sous administration israélienne ; dès lors naît le sentiment national palestinien s’exprimant par l’Organisation pour la Libération de la Palestine - L’OLP-

En 1993, le processus d’0slo a conduit à la reconnaissance de l’Etat d’Israël par l’OLP, en établissant une autorité intérimaire palestinienne.

Avec la seconde intifada en 2000, marquant le blocage du processus de paix israélien, la bande de Gaza est dirigée par une organisation palestinienne Le Hamas, qui en a pris le contrôle par la force en Juin 2007...

Mais depuis 2006, la bande de Gaza étant soumise à un blocus par Israël, ce fait de guerre est devenu la pierre d’achoppement entre Israël et la Palestine…

Ainsi donc depuis l’échec de la tentative de création de deux Etats en 1948, l’ONU a engagé des centaines de résolutions, soit par le canal du Conseil de sécurité et l’Assemblée générale pour résoudre le conflit, se heurtant souvent au véto américain, sans compter les multiples conférences de paix.

Et donc les points litigieux sont multiples/

- reconnaissance mutuelle de deux peuples

- Création d’un Etat palestinien aux côtés d’Israël, avec la contiguïté de leurs   territoires et le tracé des frontières

- Le sort des colonies israéliennes présentes dans les territoires palestiniens occupés

- Le statut de Jérusalem et le contrôle des lieux saints, etc etc

Et donc on relève que ce conflit d’une parfaite complexité ne peut pas être réglé suivant la diplomatie habituelle en raison des parties ayant des points de vue radicalement opposés…

Mais déjà une question se pose, pourquoi les Nations Unies ont pris le risque de créer un Etat religieux dans un environnement qui ne pouvait qu’être hostile.

Et suivant le décompte des partisans du partage de la Palestine, les Nations de l’Occident y sont largement majoritaires en particulier la totalité des Etats de l'Europe de l'Ouest ayant participé au vote.

Or, les personnes de la mouvance judaïque ont été persécutées en Europe, et non en territoire arabe, mais depuis la déclaration de Balfour en 1917, qui a ouvert la voie au mouvement sioniste, il fallait octroyer à la populaton hébreu un foyer dont le choix s’était porté en Palestine, malgré le mécontentement du monde arabe.

Et donc l’Etat d’ Israël qui depuis 1948 a bénéficié d’un développement fulgurant par rapport à ses voisins arabe ne peut pas se contenter des limites territoriales qui lui été concédées par le partage des Nations unies..

Et donc à moyen terme on peut craindre que le Liban, la Jordanie, la Syrie fassent les frais d’une annexion par la force, disposant de l’arme nucléaire comme moyen de pression diplomatique, grâce au soutien plus ou moins visible de l’Occident et du puissant mouvement sioniste américain.

On peut considérer déjà qu’Israël est un membre virtuel de l’Union européenne, à qui toutes les fédérations sportives de cette entité lui ont ouvert une participation touchant leur compétition.

Et donc vis-à-vis de la Palestine, l’Etat hébreu se comporte comme une puissance colonialiste, qui n’a nul intention de céder ce territoire..

Pour justifier cette occupation de Gaza, Israël fait état du terrorisme du Hamas, mais précisément en la matière il ne peut donner de leçons, quand on se rappelle que durant le mandat britannique en Palestine, son mouvement l’Irgoun, branche armée du mouvement nationaliste La Haganah, a multiplié les actes dit terroristes, pour déstabiliser la présence des Anglais

Qu’en à la résistance palestinienne, elle est trop divisée en courants contradictoires pour apporter une réponse significative à l’occupation hébreu, et la forte influence du Hamas allié à l’Iran chiite, classé comme organition terroriste par l’Occident, n’encourage pas un soutien de Etats arabes de la Région.

Alors pour faciliter la création d’un Etat palestinien l’Administration américaine dirigée par le Président Obama aurait-elle dû passer par la force, impensable…

L'imboglio nucléaire iranien

 

Informations supplémentaires