Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Le Hamas

 

Le Hamas Mouvement de résistance islamique , est un mouvement  constitué d'une branche politique et d'une branche armée, principalement actif àGaza. Créé en1987 par SheikhAhmed Yassin, Abdel Aziz al-Rantissi et Mohammed Taha, tous trois issus desFrères musulmans, sa charte affirme que - la terre de Palestine est une terre islamique -.

Il prône donc la destruction de l'État d'Israël et l'instauration d'un État islamique palestinien sur tout le territoire de l'ancienne Palestine mandataire, c'est-à-dire incluant l'État d'Israël, laCisjordanie et la bande de Gaza.

Dans le cadre du conflit israélo-palestinien, le Hamas se définit lui-même comme un mouvement trouvant ses principes dans le Coran et se battant au nom de l'islam. Les militants du Hamas, dont ceux desBrigades Izz al-Din al-Qassam, prennent pour cible aussi bien les militaires que les civils israéliens.

Entre avril 1993 et 2005, le Hamas a organisé des attentats suicides visant essentiellement des civils. Le dernier attentat-suicide contre Israël revendiqué par le Hamas remonte ainsi à janvier 2005, il a déclaré en avril 2006 renoncer à ce type d'actions, préférant alors tirer des roquettes de typeQassam et de smissiles Gradsur des villes israéliennes, dont Sdérot, Ashdod, Ashkelonet Beer Sheva.

Le Hamas est sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada et des États-Unis d'Amérique. Il est classé terroriste par Israël l'Égypte et le Japon, et est banni en Jordanie Pour la Grande-Bretagne et l'Australie, seule la branche armée du Hamas est classée comme terroriste.

D'autres pays du monde, notamment l'Afrique du Sud, la Russie, la Norvège, le Brésil ne reprennent pas le Hamas sur la liste des organisations qu'ils considèrent comme terroristes.

En décembre 2014, l'inscription du Hamas sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne a été annulée par la justice, car le Tribunal a estimé que cette inscription était fondée non pas sur des faits examinés et retenus dans des décisions d’autorités nationales compétentes, mais sur des imputations factuelles tirées de la presse et d’internet.

Cette annulation ne remet pas en question la qualification du groupe palestinien d'organisation terroriste sur le fond, a précisé la cour, qui condamne la manière dont il a été formellement inscrit sur la liste européenne en 2003.

L'Union Européenne fait appel de cette décision en janvier 2015 et maintient le Hamas sur la liste des organisations terroristes le 27 mars 2015.

Le 29 janvier 2015 la justice égyptienne a classé la branche militaire du Hamas comme organisation terroriste l’accusant de soutenir l'insurrection jihadiste dans le Sinaï. En revanche, la Ligue arabe demande à l'Égypte d'annuler cette décision

De 1987 à 1993

Le Hamas s'est formé fin1987, le mouvement est alors proche des Frères musulmans d'Égypte. Selon sa charte, le Mouvement de la Résistance Islamique est l'une des ailes des Frères musulmans en Palestine.

Le Hamas se développe différemment en Cisjordanie, ne participant pas, notamment, à la création ou au contrôle d'institutions publiques. LesFrères musulmans en Cisjordanie forment alors une partie importante du Mouvement islamique de Jordanie qui fut pendant quelques années un allié du régime hachémite.

De plus, les Frères musulmans en Cisjordanie s'appuient sur une classe sociale plus élevée , marchands, propriétaires, employés. Jusqu'au milieu des années 1980, les Frères musulmans prennent des positions essentielles dans les institutions religieuses de la Cisjordanie.

Selon certains analystes, les Frères musulmans palestiniens étaient financés pendant les années 1970 et 1980 directement et indirectement, au titre d'organisation caritative, par différents États comme l'Arabie saoudite et laSyrie, financements qu'Israël a laissé faire car à l'époque ils n'étaient qu'un mouvement religieux sans actions militaires et ne pratiquant pas d'attentats terroristes contre Israël à la différence de diverses branches de l'OLP.

L'État hébreu, par ailleurs, a officiellement reconnu ce bras politique et caritatif des Frères musulmans probablement au printemps 1978. Les activités du groupe se déclinent autour de projets religieux et dans une intense action sociale et communautaire.

Au milieu des années 1980, les Frères musulmans palestiniens évoluent sous l'influence d'Ahmed Yassine. Ce dernier prône l'action armée contre  l'occupant hébreu . Il est emprisonné par l'État israélien en1989 pour meurtre et incitation à la violence, puis relâché au cours d'un échange de prisonniers.

Les premières actions armées du Hamas commencent au début de la première Intifada. Dans un premier temps, il s'attaque à des Palestiniens mis en cause, puis, par la suite, aux militaires israéliens et, enfin, aux civils israéliens. Le Hamas évolue vers un mouvement politique radical et organise des actions armées .

Le rôle du Hamas est éclipsé en 1989, notamment lorsque son fondateur, Ahmed Yassine, fut emprisonné en Israël.

Cependant depuis le début des années 1990 le Hamas est largement financé par l'Iran

De 1994 à 2004

Le Hamas rejette les accords d'Oslo de novembre1993 signés entre Israël et l'Autorité palestinienne. Toutefois, dans le même temps, Ahmed Yassine propose une hudna ,trêve, en référence à la loi islamique qui permet une trêve conditionnelle limitée à 10 ans maximum avec des non-musulmans, si Israël accepte de se retirer des territoires occupés.

Mohamed Nazzal, représentant de Hamas en Jordanie souligne que la trêve avec l’ennemi est un principe sanctionné par la loi islamique, dépendant des circonstances et de l’accord unanime de la direction . Cela, poursuit-il, ne suppose ni acceptation de la paix ni reconnaissance du droit des Juifs en Palestine .

Le16 avril1993, le Hamas revendique son premier attentat-suicide, perpétré contre un bus à Mehola Junction, une aire d'autoroute dans la Vallée du Jourdain.

Puis, le 6 avril1994, le même type d'action est pour la première fois accomplie sur le sol israélien à Afoulaaffirmant vouloir venger les martyrs  du caveau des Patriarches de Hébron, tués lors du massacre d'Hébron par Baruch Goldstein Un autre attentat-suicide a lieu le13 avril 1994, suivi par sept attaques suicides d'octobre 1994 à août 1995, dont quatre sont revendiquées par le Hamas et trois par leDjihad islamique.

Le Hamas cesse alors ses attentats-suicides, qui reprennent en réaction à l'assassinat deYahia Ayache, en janvier 1996, ordonné par le Premier ministre israélien Shimon Pérès , trois ou quatre attentats-suicides sont ainsi organisés par le Hamas de février à mars 1996 ,Sprinzak affirme qu'un des quatre fut revendiqué par leDjihad islamique et non par le Hamas. Trois autres attentats-suicides sont organisés de mars à septembre 1997, puis un autre, isolé, le 29octobre 1998à Gaza.

Les familles des kamikazes sont financièrement soutenues par l'organisation.

Selon Anthony Cordesman, analyste au Center for Strategic et International Studies à Washington et ex-conseiller à la sécurité nationale du sénateur John McCain,  Israël a aidé directement le Hamas car les israéliens voulaient l'utiliser comme un contre-pouvoir au Fatah .

Israël a assassiné des leaders du Fatah, forçant la direction de ce mouvement de déplacer sa direction à Beyrouth auLiban, et les a ensuite chassé enTunisie, laissant ainsi le champ libre au Hamas. La CIA a participé à cet effort, lequel correspondait à sa large approche de soutien et d'armement de groupes fondamentalistes islamiques pour combattre l'Union soviétique en Afghanistan et ailleurs dans le monde, et dans ce cas pour miner leFatah.

Cependant si l'on suit d'autres sources, c'est exactement le contraire ,depuis les années 1990 c'est l'OLP qui reçoit des financements des États-Unis et d'Israël pour l'aider à lutter contre le Hamas désormais largement financé par l'Iran,

La thèse selon laquelle Israël aurait facilité l'existence du Hamas est qualifiée de rumeur absurde et explicitement démentie par Khaled Meshaal, premier dirigeant du Hamas , - ce bobard est véhiculé par des Arabes, des Arabes palestiniens.

C’est une tentative de porter atteinte à l’image de notre mouvement. Pour nous, cette accusation est tellement ridicule que nous ne nous donnons même pas la peine de la démentir. C’est tellement illogique… et voici son explication , durant les années 1970, la principale force qui combattait contre Israël était le mouvement Fatah.

Par conséquent, Israël concentrait sa répression militaire contre le Fatah et contre d’autres groupes, moins nombreux, de la résistance palestinienne, qui existaient alors. À l’époque, toutefois, le Hamas n’avait pas encore été réellement créé-

Le Hamas profite grandement de la Seconde Intifada pour rehausser son prestige à l'intérieur de la bande de Gaza et lance une nouvelle campagne d'attentats-suicides, rivalisant avec leDjihad islamique. Les deux organisations revendiquent ainsi simultanément l'attentat du 9 août 2001 de la pizzeria. En juin 2002, le Hamas revendique l'attentat de Patt Junction.

Le22 juillet 2002,Salah Shehadeh, l'un des principaux chefs des Brigades Izz al-Din al-Qassam, sa branche armée, est tué par une bombe d'une tonne larguée dans le cadre de la politique des assassinats ciblés d'Israël.

En raison des , dégâts collatéraux , 14 civils morts et 150 blessés, des procédures judiciaires toujours en cours, sont enclenchées en Israël, laCour suprême étant saisie de l'affaire, ainsi qu'enEspagne, en 2009, en vertu de la loi de compétence universelle Le Hamas, quant à lui, riposte par l'attentat du 31juillet2002 à l'Université hébraïque de Jérusalem, qui fait neuf morts .

À partir de 2004

Le chef historique du mouvement ,Ahmed Yassine, est tué lors d'une attaque ciblée de l'armée israélienne le 22 mars 2004, sur ordre d'Ariel Sharon. Son successeur Abdel Aziz al-Rantissiest également assassiné quelques jours après sa désignation.

Le changement de direction à la tête du Hamas entraîne un changement de stratégie du mouvement qui commence à s'impliquer davantage dans la vie politique. Des représentants du Hamas se présentent auxélections municipales palestiniennes de 2005. Le succès aux municipales fait alors apparaître le Hamas comme une opposition importante face au Fatah, un an avant les législatives prévues pour janvier 2006.

Il observe dans le même temps une tahdiya ,accalmie au sens littéral, un amoindrissement des hostilités, dans les attentats depuis l'attaque dans la ville de Beer Sheva en août 2004 15 morts et 125 blessés, mais a cependant lancé une attaque au même arrêt d'autobus en août 2005 7 blessés.

Il a également revendiqué les tirs de roquettes effectués depuis la Bande de Gaza. Selon les Israéliens,2 990 attaquesont été menées contre Israël en 2005

En tant que parti religieux, il est opposé au partage de son territoire avec Israël et a dénoncé les accords d'Oslovus comme une trahison de la volonté du peuple, l'ouverture d'un processus de paix ayant échoué.

Cependant, en 2003, le Hamas évoquait la possibilité d'une hudna ,trêve temporaire mais totale, après le rétablissement des frontières de 1967 , c'est ce queAhmed Yassine expliquait en mai 2003 .

-Une trêve ne me pose aucun problème. C'est possible si Israël accepte l'évacuation des zones occupées depuis 1967, l'établissement d'un État palestinien sur Gaza et la Cisjordanie, avec Jérusalem comme capitale-

Il faut néanmoins noter que la trêve envisagée dans cet article n'est que temporaire et que le principe de non reconnaissance de l'État d'Israël revendiqué dans la charte du Hamas n'a jamais été remis en cause.

De plus, si en 2006 Khaled Meshaal, le principal responsable du Hamas, déclarait , - Je pense que le monde occidental doit avoir compris, aujourd’hui, que le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël. -, il le nuançait ainsi - nous acceptons aujourd’hui d’édifier un État palestinien à l’intérieur des frontières de 1967-.

Mais cela ne signifie nullement que nous reconnaissions Israël. Mais nous sommes prêts à conclure une trêve sur le long terme avec lui. En acceptant le statut d’Israël, sans pour autant le reconnaître .

À plusieurs reprises le même précisait que les Palestiniens veulent qu'Israël reconnaisse un État palestinien sur les frontières de 67, mais sans qu'eux-mêmes ne reconnaissent Israël et sans accord de paix qui établirait les frontières entre les deux États -Israël et Palestine.

Le Hamas propose et respecte une trêve , suspension provisoire des hostilités. La position d'Israël est inverse , Israël ne veut pas d'une trêve limitée dans le temps, mais d'un traité de paix définitif entre deux États, établissant des frontières définitives et que, en préalable, les Palestiniens reconnaissent l'existence de l'État d'Israël, sur la base de quoi les autres points et revendications palestiniennes doivent et peuvent être négociés ensuite.

Élections législatives de 2006

Le26 janvier 2006, le Hamas remporte les élections législatives palestiniennes. Il obtient 56 % des suffrages, ce qui lui donne une majorité parlementaire de 74 sièges sur 132.

Le Hamas ravit ainsi la majorité au Fatah. Cette victoire du Hamas a été possible dans la mesure où ses dirigeants ne sont pas soupçonnés de corruption mais aussi grâce aux actions sociales et caritatives sur le terrain, qu'il dirige en particulier vers les enfants et les pauvres

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, invite le Hamas à former le nouveau gouvernement

Ce résultat est perçu comme un net retour en arrière par les gouvernements étrangers qui jouaient le rôle de médiateurs pour le conflit israélo-palestinien.

Les États-Unis ont déclaré qu'ils ne traiteraient pas avec le Hamas tant qu'il ne renoncera pas aux opérations-kamikazes et seulement lorsqu'il acceptera le droit à l'existence pour Israël, ce qui est en contradiction avec la charte actuelle du mouvement.

Dans le même temps, le président israélien Moshe Katsav et l'ancien Premier ministre Shimon Peres ont tous deux déclaré que si le Hamas reconnaissait l'existence d'Israëlet abandonnait le terrorisme,Israël négocierait avec ce mouvement.

Pendant la durée de la campagne législative palestinienne, il n'a pas été fait mention d'un objectif de destruction d'Israë, plusieurs commentateurs et médias israéliens précisent néanmoins que ses dirigeants ne renoncent pas explicitement à cet objectif.

Pendant cette campagne, le Hamas a soutenu également la légitimité de son action passée, notamment les attaques menées en Israël, à Gaza et en Cisjordanie, qui ont permis l'évacuation de la bande de Gaza. Ainsi, il a placé sur ses listes des personnes comme Mariam Ferarah mère de martyres et qui a participé à leur action

En février 2006, Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas, réitère la proposition de Hudna et de mettre fin à la lutte armée si Israël se retire de tous les territoires occupés et reconnaît les droits du peuple palestinien.

Le Premier ministre israélien par intérim, Ehud Olmert, exclut pour sa part toute négociation avec le Hamas , - Nous ne négocierons pas et nous ne traiterons pas avec une Autorité palestinienne dominée totalement ou partiellement par une organisation terroriste armée appelant à la destruction de l'État d'Israël .

L'objectif du Hamas est l'établissement d'un État islamiste souverain sur le territoire actuellement constitué de Jérusalem-Est, la Bande de Gaza et la Cisjordanie ,d'après les frontières d'avant 1967. Dans l'accomplissement de ce but, le Hamas soutient son droit à la lutte armée.

Selon certains médias,Abdel Aziz al-Rantissi, l'un des cofondateurs du Hamas, assassiné par Israël comme son prédécesseu rAhmed Yassine, a affirmé que le but de l'organisation était d' effacer Israël de la carte . Toutefois, ces affirmations en contredisent d'autres, et on se référera à la section sur l'idélologie du Hamas et à la Charte du Hamaspour y voir plus clair.

Malgré cet accord, Mohammad Dahlan, chef de la Sécurité intérieure ,membre du Fatah, accentue les tensions et les amplifie pour leur faire atteindre leur paroxysme en juin 2007. Ainsi, le 15 juin2007, à la suite de ce qui s'apparente à uneguerre civileentre le Hamas et le Fatah, qui occasionnera 113 morts, les forces de sécuritéprennent le contrôle de la bande de Gaza, évinçant totalement leFatahdu territoire.

Cette confrontation débouche sur des affrontement violents. Plus de 600 Palestiniens ont été tués dans les combats à Gaza de janvier 2006 à mai 2007.

En conséquence le17 juin, le président Mahmoud Abbas limoge Ismaïl Haniyehde son poste de Premier ministre, nommant à sa place le ministre des Finances Salam Fayyad.

Ce nouveau gouvernement siégeant à Ramallah et contrôlant la Cisjordanie n'est pas reconnu par le Hamas, car la Loi fondamentale impose au président en cas de limogeage du Premier ministre, de le remplacer par un membre de la majorité parlementaire, à savoir le Hamas, or le parti de Salam Fayyad n'a obtenu que 2 % de suffrage aux législatives contre 56 % pour le Hamas, ce qui mène à la scission de fait desTerritoires palestiniens en deux entités distinctes.

À la suite de ces événements, des divergences apparaissent au sein du Fatah, resté au pouvoir en Cisjordanie quant à l'attitude à adopter. Abbas refuse catégoriquement tout  dialogue avec les putschistes, les assassins, les terroristes , qualifiant la prise de contrôle du Hamas de  plan pour diviser Gaza et la Cisjordanie et établir un Émirat, un mini-État, contrôlé par un seul groupe, ses fanatiques et ses fondamentalistes .

D'autres, tel Marouan Barghouti, critiquent fermement le coup de force du Hamas à Gaza, tentant cependant de conserver l'objectif de l'unité des Palestiniens.

Accords de réconciliation -2011 et 2012-

Le 27 avril 2011, le Fatah et le Hamas concluent un accord de réconciliation en vue des élections générales prévues dans l'année.

Toutefois cet accord comme les précédents n'a pas abouti concrètement, un protocole signé en mai 2011 au Caire, prévoyait  la formation d'un gouvernement transitoire d'indépendants pour préparer les élections  mais le Hamas a rejeté le Premier ministre désigné par Mahmoud Abbas.

Afin de résoudre le conflit, le président palestinien a proposé en février 2012 à Doha d'occuper aussi cette fonction.

Cette proposition a été acceptée par Khaled Mechaal mais elle a été refusée par une partie des dirigeants islamistes de Gaza qui sont en désaccord avec la stratégie de Mechaal, dirigeant en exil à Damas.

Ils lui reprochent de s'être prononcé  pour un État palestinien à côté - et non à la place - d'Israël et de préférer désormais la résistance populaire pacifique à la lutte armée . En réaction, Ismaïl Haniyeha affirmé àTéhéran, que - le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël- .

Confrontations entre le Hamas et Israël en 2012

En 2012 se sont déroulées une succession d'attaques et de représailles entre le Hamas, le Jihad islamique, les Comités de résistance populaire et diverses factions salafistes et de la mouvance Al-Qaïdade la bande de Gaza et l'Armée de défense d'Israël.

Opération Pilier de défense

L’opération Colonne de Nuée, est une opération militaire menée par l'Armée de défense d'Israël dans la bande de Gaza qui a commencé le 14 novembre 2012 en réponse aux attaques frontalières contre des soldats israéliens et aux tirs de roquettes et de missiles du Hamas et les autres organisations islamistes palestiniennes de la bande de Gaza contre le sud israélien.

Cette opération a débuté par un tir d'un missile de l'armée de l'air israélienne sur la voiture d'Ahmed Jaabari, le chef militaire du Hamas alors qu'il circulait dans l'une des artères principales de la ville de Gaza. Il est tué sur le coup avec l'un de ses fils.

Parallèlement, des rampes de lancement souterraines de missilesFajr 5 d'origine iranienne d'une portée d'environ 75 km pouvant atteindre la ,métropole deTel-Aviv,Gush Dan, qui compte 3,2 millions d'habitants sont ciblées par des frappes aériennes. L’armée israélienne annonce avoir détruit la quasi-totalité de ces missiles.

Stratégie du Hamas lors de ces confrontations

En décembre 2012 ,Khaled Méchaal a reconnu lors d'un discours à Gaza que la stratégie du Hamas consistait à faire  parfois une trêve, parfois une escalade sous des formes variées, parfois tirer des roquettes, parfois non . Il a aussi déclaré que  les combattants de Gaza avaient détruits la maison d'Ehud Barak  durant l’Opération Pilier de défense.

Aucune roquette n'est tombée sur Tel-Avivoù réside le ministre de la Défense israélien. Les trois roquettes qui visaient la métropole israélienne ont été interceptées par le système de défense anti-missile israélienIron Dome.

Réconciliation et gouvernement d'union nationale

En avril 2014, le Hamas et le Fatah annoncent leur volonté de réconciliation et la formation prochaine d'un gouvernement d'union nationale.

En juin 2014, le Hamas et le Fatah forment un  gouvernement de consensus  qui met fin à 7 ans de dissensions entre les deux factions rivales.

L'administration américaine, bien que catégorisant toujours le Hamas parmi les organisations terroristes, ne condamne pas le rapprochement et décide de le juger sur les faits.

Benyamin Nétanyahou de son côté prie la communauté internationale de  ne pas se précipiter pour reconnaître un gouvernement palestinien dont le Hamas est membre à part entière et décide de boycotter le gouvernement nouvellement formé.

Le 20 juin 2014, le Hamas a fustigé Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, pour sa coopération sécuritaire avec les forces de sécurité israéliennes suite à l'enlèvement de trois adolescents israéliens le 12 juin 2014 dont Israël tient le Hamas pour responsable.

Un porte-parole du Hamas a qualifié cette coopération de  crime et de violation de l'accord de réconciliation  soulignant qu'elle était  punissable selon la loi .

Charte du Hamas

La charte du Hamas a été adoptée par le Hamas le18 août 1988 et comprend le programme et les objectifs originels du Hamas qui sont l'institution d'un État Palestinien, la libération des Territoires palestiniens occupés et l'élimination d'Israël. Elle abonde également en références antisémites.

La charte suscite controverse. Certains analystes comme Gilbert Achcar estiment que le contenu de la charte ne reflète plus les positions actuelles du mouvement qui ont évolué depuis 1988 notamment dans des déclarations officielles

L'universitaire Bassam Tibi estime que la charte du Hamas est toujours d'actualité et qu'elle exprime l'agenda antisémite d'une organisation présentée à tort comme un mouvement de libération . Il considère que l'antisémitisme de la charte traduit une idéologie génocidaire et qu'il suscite la crainte d'un nouvel Holocauste.

Idéologie du Hamas et gouvernance de Gaza

L'idéologie officielle du Hamas se veut nationaliste. Elle est exprimée dans la Charte du Hamas. Cette idéologie officielle n’est pas toujours en cohérence avec les pratiques. De fait, au début 2006, le Hamas a confirmé étudier une charte réformée.

Selon Khaled Machaal, le dirigeant du Hamas,  la charte n'appelle pas du tout à la destruction d'Israël. En arabe, il est écrit , - Pour mettre un terme à l'occupation israélienne de la Palestine. Nous ne voulons pas nous débarrasser de l'autre, nous souhaitons seulement obtenir nos droits-

Dans un article académique, Khaled Hroub, explique, en s'appuyant sur trois documents politiques publiés en relation avec les élections palestiniennes de 2006, que/

 -Malgré la rhétorique souvent répétée des dirigeants du Hamas selon laquelle leur mouvement restera fidèle à ses principes connus, les trois documents révèlent sans équivoque possible que la demande de la scène nationale a conduit le Hamas dans des directions totalement nouvelles, confirmant et allant au-delà de profonds changements qui se tramaient depuis près d'une décennie. 

-Par ailleurs le Hamas continue à être caractérisé par des références à sa charte de 1988, mise en place moins d'un an après que le mouvement fut établi en réaction directe au lancement de la première intifada et quand sa raison d'être était la résistance armée à l'occupation.

Pourtant, quand on compare les documents pré-électoraux et post-électoraux à la charte, il apparaît clairement que ce qui est mis en avant est une organisation profondément différente.

 le Hamas se dit soucieux de libertés politiques,  incluant la liberté d’expression, de presse, d’association , de  pluralisme , de  séparation des pouvoirs , d’ alternance pacifique au pouvoir , mais aussi d’ édification d’une société civile développée .

Hroub précise que dans un des 13 articles ,le seul qui se réfère à l'islam d'un des documents qu'il a étudiés, il est dit que , la loi islamique devrait être la principale source de la législation

Concernant l'évolution du Hamas, dans un articlede recension Sara Roy remarque /

- La capacité du Hamas à se réinterpréter dans le temps au travers de processus de radicalisation, dé-radicalisation, dé-militarisation, et re-radicalisation est un phénomène notable et courant dans son évolution historique-

Droits de l'homme

En février 2009, Amnesty International publie un rapport accusant  les forces et les milices du Hamas d’être impliquées dans une campagne d'enlèvements, d'homicides délibérés et illégaux, de tortures et de menaces de mort contre ceux qu'ils accusent de collaborer avec Israël  ainsi que contre des opposants politiques et des personnes critiquant le Hamas.

Selon ce rapport  au moins deux douzaines d'hommes  ont été tués par le Hamas depuis la fin de décembre 2008 et des dizaines d'autres ont reçus des balles dans les jambes, ont été enlevés ou battus.

Amnesty déclare avoir dans ce rapport des comptes rendus détaillés de certains des cas et dit qu'il y avait des  preuves irréfutables - que les forces de sécurité du Hamas et ses milices sont responsables de graves violations des droits de l'homme-.

Selon leCentre palestinien pour les droits de l'hommeau moins 32 Palestiniens ont été tués et des dizaines d'autres torturés durant cette période par des membres du Hamas et  des hommes armés non identifiés .

 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy