MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

 L'Afrique aux Africains

 

L’hebdo privé l’Union à paraître jeudi estime dans un éditorial que « Désormais c’est en Afrique et entre Africains que se règlent les problèmes de l’Afrique . Il faut désormais compter avec cette nouvelle donne ». Et le journal d’illustrer ses propos par la récente rencontre à Kara entre le président du Togo, Faure Gnassingbé et son homologue burkinabé, Blaise Compaoré. Ce dernier souhaite épauler les Togolais dans la mise en œuvre d’un vrai dialogue national.

Voici l’article qui sera publié jeudi par l’Union


L’importante visite que vient d’effectuer le Président Blaise Comparé à l’invitation de son homologue togolais est le résultat de la politique d’ouverture et de main tendue en direction de ses frères africains que Faure Gnassingbé conduit depuis son élection.

Si les malentendus d’hier entre les dirigeants togolais et burkinabés se sont effacés, c’est avant tout parce que le Chef d’Etat togolais a su renouer des relations de confiance avec son grand frère du Nord.

Le Togo n’oublie pas qu’il est la porte vers la mer du Burkina et que les économies des deux pays sont de ce fait profondément imbriquées.i

Il n’oublie pas non plus l’appui décisif qui a été apporté par le Président burkinabé lors de la difficile période de succession après la mort du Président Eyadema.

Mais,  cette visite a une signification plus profonde.

Désormais c’est en Afrique et entre Africains que se règlent les problèmes de l’Afrique. Pendant trop longtemps, sans doute marqués par leur passé colonial, les Etats africains étaient tentés de remettre le règlement de leurs problèmes aux instances internationales ou européennes. Cette attitude n’est plus de mise.

Elle ne correspond d’ailleurs plus à la politique de l’ONU qui s’appuie de plus en plus sur les institutions régionales. Quant à l’Europe qui a du mal à trouver son nouvel équilibre, elle cherche, elle aussi, à rendre à l’Afrique ce qui lui appartient.

Il faut désormais compter avec cette nouvelle donne.

 C’est à l’intérieur de l’Afrique que se développeront les forces d’intervention en cas de conflit, les institutions de médiation et d’arbitrage, les instances d’observation des élections.

 C’est en Afrique que les dialogues politiques se noueront et que les crises se dénoueront. On notera d’ailleurs qu’en Cote d’Ivoire, Yamoussoukro a heureusement remplacé Marcoussis.

Voilà pourquoi les opposants togolais engourdis dans les salons parisiens qui rêvent d’un dialogue inter togolais à Paris ou à Bruxelles, qui s’appuient sur l’Europe contre l’Afrique rament à contre-courant.

C’est avec la sagesse africaine qu’il faut désormais compter.

Koffi SOUZA

Informations supplémentaires