MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Lesotho

 

 

Géographie 

 
État enclavé au cœur de la république d’Afrique du Sud d’une superficie de 30355 km², le Lesotho est traversé par la chaîne montagneuse du Drakensberg, qui occupe les 2/3 de son territoire et culmine à 3482 m au mont Thabana-Ntlenyana.

À l’ouest, un plateau volcanique fertile longe le fleuve- frontière du Caledon. Considéré comme le  château d’eau de l’Afrique australe le Lesotho jouit d’un climat tropical tempéré. Les températures sont plus fraîches en montagne, et les monts Maluti, au Nord, sont régulièrement couverts de neige.

Un auteur avait remarqué que les montagnes ont permis, au cours des siècles, la préservation de l'indépendance des populations y demeurant. Les exemples sont nombreux ,Suisse, Andorre, Bhoutan, Népal, Swaziland.

 

Le Lesotho illustre parfaitement ce fait géographique, comme en témoigne sa  position d'État noir en position d'enclave au milieu de l'Afrique du Sud blanche raciste .

 

Il est abusif d'attribuer la position d'enclave du Lesotho au seul facteur topographique. Elle tient aussi à des facteurs historiques ,l'ethnie des Sotho, poussée par les pressions des autres ethnies.

 

Elles-mêmes repoussées par la colonisation européenne, s'est installée dans les montagnes du Drakensberg, peu peuplées, où elle s'est acculturée avec d'autres ethnies devenues minoritaires.

 

Les Sotho se sont retrouvés en position de force, pour échapper à la mainmise des Boers. Ils ont réussi à obtenir le statut de protectorat anglais, ce qui explique leur indépendance.

 

Le relief du Lesotho est très montagneux, on l'appelle , Un royaume dans le ciel , ce qui le décrit bien, tout le pays est à plus de 1 400 m de haut. Son point culminant est Thabana Ntlenyana à 3 482 m d'altitude.

 

L'hiver va de juin à août, avec des températures avoisinant 0 °C. On peut alors voir de la neige sur les montagnes. La saison des pluies commence en octobre et finit en avril.

 

Le transport ferroviaire au Lesotho est quasi-inexistant, seul le terminus d'un ligne sud-africaine laisse un tronçon d'un kilomètre de voies ferrée.

 

L'ensemble des transport se fait sur route ou sur piste avec des transport collectifs, bus, taxi-brousse,  Cols de montagne:

 

Mahlasela Pass ,3 222 m

Sani Pass ,2 900 m

MotengPass ,2 820 m

Blue MountainPass ,2 641 m

God Help Me Pass ,2 318 m

Bushman'sPass ,2 266 m

Qacha'sNek ,1 980 m

Population

Les habitants du Lesotho sont à 80 % des Sothos d’origine bantoue , il existe aussi une communauté zouloue et de petites minorités indienne et anglaise. Les chrétiens sont majoritaires, mais l’animisme conserve des adeptes.

La population se concentre dans les vallées et dans les basses terres de l’Ouest. Les citadins ne représentent que 12 % du total. Maseru la capitale, est la principale ville du pays.

Avec à peine plus de deux millions d'habitants, le Lesotho fait partie des pays les moins peuplés d’Afrique En 2005 avec 31 %, le Lesotho a un des taux de personnes vivant avec le VIH parmi les plus élevés au monde. Ce taux a tendance à baisser puisqu'il passe à 23,6 % en 2009

 

La religion principale est le christianisme ,97 %

 

L´équipe masculine de football est 163e au classement de la FIFA de mars 2011. L'équipe féminine est classée 135euplés d'Afrique.

 

L'école est obligatoire de 6 à 13 ans. La mise en place de la gratuité de l'éducation primaire ,pour un cycle de sept ans a été faite progressivement depuis 2000, et l'obligation de scolarité pour l'éducation primaire a été votée en 2010.

 

Le taux d'alphabétisation est de 90,7 %, ce qui place le Lesotho au premier rang des pays d'Afrique en ce domaine. Si le taux de scolarisation dans le secondaire est de 73 %, il n'est que de 1,3 % au niveau universitaire.

 

Contrairement à ce qu'on observe dans beaucoup d'autres pays africains, la participation des femmes dans l'enseignement primaire et secondaire est bien supérieure à celle des hommes.

 

Dans les écoles primaires, le Sesotho reste la principale langue d'enseignement jusqu'à l'âge de neuf ans (environ), soit la 5e année; durant les 6e et 7e années, l'anglais est introduit progressivement comme langue d'enseignement.

 

Au secondaire, l'anglais devient la seule langue d'enseignement, tandis que le Sesotho reste une matière d'enseignement. À l'université, l'anglais demeure également la langue d'enseignement, mais le Sesotho peut être étudié comme matière.h

En 1822, le roiMoshoshoe 1erfonde un État autour des réfugiés sothos refoulés par les Zoulous dans les régions montagneuses d’Afrique du Sud

 

 Histoire

En 1868, il fait de son pays un protectorat britannique, le Batusoland. Le pays passe en 1884 sous l’autorité directe de Londres. Ce n’est qu’en octobre 1966 que le Lesotho redevient un royaume indépendant.

La monarchie devient constitutionnelle en 1994. À la mort de Moshoeshoe II,en janvier 1996, Letsie III devient chef de l’État. Il dirige une monarchie parlementaire.

En 1998, l’armée sud-africaine est intervenue, non sans dégâts, pour mater les émeutes survenues à Maseru après les élections législatives.

En 1998, des protestations violentes associées à une mutinerie militaire provoquent une intervention brève mais sanglante de l'Afrique du Sud à la suite d'élections contestées.

Une autre réforme constitutionnelle permet de rétablir une certaine stabilité dans le pays mais la xénophobie à l´égard des sud-africains devient plus tenace.

L’Assemblée Nationale a été élue en février 2007 et ce fut une nouvelle victoire du Parti Congressiste pour la démocratie du Lesotho au pouvoir. Les prochaines élections n’auront pas lieu avant 2012.

 

La nouvelle victoire de Pakalitha Mosisili contestée par l’opposition, a dégradé la situation.

 

De nombreux ministres ont été victimes d’attaques à main armée ,sans gravité , ce qui a conduit le gouvernement à décréter le couvre-feu le 19 juin 2007.

 

Le 30 août 2014, le pays subit un coup d'État militaire. Le Premier ministre Thomas Thabane quitte le Lesotho et rejoint l'Afrique du Sud où il demande l'aide internationale, avant de revenir au Lesotho le mardi 2 septembre.

Libéria

Informations supplémentaires