Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

République centrafricaine

 

 

Géographie

 
 
La République centrafricaine État d’Afrique équatoriale d’une superficie de 622984 km², qui n’a aucun débouché sur la mer, est constituée d’un vaste plateau peu élevé qui sépare deux cuvettes.

 

À l’exception d’une zone de forêt dense dans le Sud, le pays est recouvert par la forêt claire ou la savane arborée. Sa capitale est Bangui 

 

La République centrafricaine est le château d’eau du Tchad ,  le Logone et le Chari y prennent leur source. L’Oubangui assure la frontière avec le Zaïre.

 

Au Sud, le climat est tropical et humide. À l’Ouest, il peut presque toute l’année. Au centre, la saison des pluies dure 6 mois. Au Nord, le climat est de type tropical sec.

 

Ce pays est ainsi désigné pour sa position géographique au centre du continent.

 

La Centrafrique ,RCA, est un pays enclavé sans accès à la mer. L'essentiel de la frontière sud du pays suit le cours du fleuve Oubangui et de son affluent le Mbomou.

 

La partie nord du pays constitue le haut bassin du fleuve Chari. Le mont Ngaoui avec ses 1 420 m est le point culminant.

 

Le pays est partagé entre savanes et forêt équatoriale ,au Sud.

 

La République centrafricaine dispose par ailleurs de nombreuses ressources naturelles, notamment l'uranium, l'or et les diamants.

 

Le pétrole et l'énergie hydroélectrique sont d'autres ressources potentiellement importantes mais inexploitées à ce jour.

 

Le pays souffre d'inondations en raison du manque d'entretien des fleuves et des débits impressionnants qu'engendre la saison des pluies en Afrique centrale.

 

La déforestation est quant à elle constatée dans les zones de brousse ,où les paysans utilisent le bois pour leur nourriture et les constructions, mais semble endiguée dans les zones forestières 

.

Les sources du ministère des forêts et du développement rural semblent prouver que depuis 30 ans, la forêt gagne sur la savane, cas exceptionnel dans le monde.

 

De gros efforts d'aménagement et de protection des forêts sont en effet engagés durablement, avec pour objectif d'éviter l'érosion, de protéger la faune et de préserver cette richesse rare qu'est la grande forêt centrafricaine.

 

Le climat tropical domine l'essentiel du pays avec une saison humide de mai à octobre et une saison sèche de novembre à avril.

 

Au Sud, la frontière des deux Congos, le climat est de type équatorial, intertropical de Carnot à Berbérati à l'ouest, subsahélien vers Birao au Nord avec une saison sèche pouvant aller de 8 à 9 mois, et intertropical mais frais et orageux sur les reliefs.

 

La République centrafricaine comporte deux grands bassins séparés. L'un s'écoule vers le nord ,bassin du Tchad, avec des cours d'eau comme le Logone, l'Ouham, le Chari.

 

L'autre bassin est formé des affluents de l'Oubangui qui coulent vers le bassin du Congo, au sud. Les bordures occidentale et orientale du plateau comportent les reliefs les plus importants.

 

Le plateau est entouré au nord-ouest avec des gradins du massif granitique de Yadé s'étageant de 1 000 m à 1 400 m ,à l'exception du mont Ngaoui , 1 410 m , au nord-ouest, trois petites chaînes quartziques, les ensembles Délembé-Sergobo, Ouanda Djallé-Mont Koumou et Kotto-Bahr formant les massifs du Dar Challa et des Bongo, culminent au mont Toussoro avec 1 330 mètres.

 

La moyenne annuelle des températures avoisine 26 °C. À Bangui, les maxima sont de l'ordre de 38 °C et les minima de 15 °C. Le pluviomètre indique en moyenne ,pour la saison pluvieuse 226 mm ,juillet, et pour la saison sèche 5 mm ,décembre

Population 

Les ethnies les plus importantes du pays sont les Bandas, les Gbaya-Manzas, les Ngbandis, les Saras et les Zandés. 25 % des Centrafricains sont catholiques, 25 % protestants, 24 % animistes et 15 % musulmans.

 

La population centrafricaine croît au rythme de 1,9 % par an. L’indice de fécondité est de 4,9 enfants par femme. 40 % de la population est urbaine, la majeure partie de la population vivant dans les villages alignés le long des axes routiers et de l’Oubangui.

 

Cette répartition a donné naissance à deux ensembles culturels , celui des  gens du fleuve  et celui des  gens de la savane . Bangui est un centre commercial et industriel.

 

Le recensement général de la population et de l'habitat  effectué en 2003 a donné un nombre de 3 895 139 habitants /

 

femmes , 1 955 813 ,50,21 %

 

hommes ,1 939 326 ,49,79 %,

 

jeunes de moins de 18 ans , 49,8 %

 

population en zone rurale ,2 419 824 ,62,12 %,  population en zone urbaine , 1 475 315 ,37,88  %.

 

Les précédents recensements de 1988 et 1975 avaient quantifié la population respectivement à 2 688 426 habitants et 2 056 000 habitants.

 

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 ,chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

 

Depuis le début de 2007, de nombreuses organisations humanitaires non gouvernementales, de toutes obédiences et de tous pays, sont de retour en République centrafricaine, dans la foulée des historiques actions du réseau Caritas ou de Médecins sans frontières.

 

Les projets sont actuellement priorisés sur l'éducation, le développement agricole et rural, le soutien aux populations déplacées ou migrantes, l'accès aux soins de santé primaire, et un peu de microfinance pour soutenir les initiatives locales créatrices de revenus.

Histoire 

Les Pygmées se seraient fixés les premiers le long des rives de l’Oubangui, suivis, au XIXe siècle, par différentes ethnies quittant les pays voisins pour échapper aux négriers.

Les Français pénètrent progressivement dans le pays et créent la ville de Bangui en 1889. L’Oubangui-Chari devient une colonie en 1905. Cinq ans plus tard, la colonie est intégrée dans l’Afrique équatoriale française , AEF , groupe qui, outre l’Oubangui-Chari, comprend le Congo, le Gabon et le Tchad.

Les premiers mouvements nationalistes commencent à se manifester. En 1946, l’Oubangui-Chari devient un territoire d’outre-mer. En 1958, le pays se proclame République centrafricaine. Il obtient son indépendance en 1960.

Son premier président, David Dacko, ne réussit pas à maintenir l’unité de l’Afrique équatoriale française. Il est renversé parJean Bédel Bokassaau début de 1966.

Ce dernier s’autoproclame empereur sous le nom de Bokassa 1er en 1976. Ses années de pouvoir sont marquées par de violations des droits de l’homme.

Il finit par être renversé en 1979.

En 1993, Ange-Félix Patassé, leader du Mouvement pour la libération du peuple centrafricain, est élu président de la République.

En 1996 l’armée organise une mutinerie.

Le général Bozizé devient président en 2003.
De violents affrontements opposent l’armée régulière avec les ex-libérateurs tchadiens.

Congo Démocratique 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy