MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Arack, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

Éthiopie

 

 

Géographie

 
L’Éthiopie est située sur la mer Rouge, à l’est du Soudan et au nord de la Somalie et du Kenya Sa capitale est Addis-Abeba le territoire est essentiellement constitué par le triangle des hauts plateaux de la Corne de l’Afrique.

La crête montagneuse qui traverse le pays du Nord au Sud porte les plus hauts sommets , mont Kollo , 4300 m , mont Dendi , 3292 m , mont Batu , 4307 m . L’Éthiopie donne naissance au Nil Bleu, aux fleuves du Kenya , Omo,  et de la Somalie , Juba et Shebelle.

Située au cœur de la corne de l’Afrique de l’Est, l'Éthiopie possède la dixième plus grande superficie de l'Afrique avec un territoire de 1 127 127 km2.

 

l'Éthiopie est encadrée au nord par l'Érythrée et le Soudan, à l'ouest par le Soudan du Sud, à l'est par Djibouti et la Somalie, et au sud par la Somalie et le Kenya.

 

Le pays est composé de hauts plateaux en son centre dont l'altitude varie entre 1800 et 3 000 mètres, et dont la plus haute montagne atteint 4 533 mètres.

 

Un grand nombre de cours d'eau sillonne le plateau, notamment le Nil Bleu qui s'écoule depuis le lac Tana.

 

Le plateau descend progressivement vers les basses terres du Soudan à l'ouest et les plaines inhabitées de Somalie au sud-est.

 

Le climat tempéré sur les hauts plateaux et chaud dans les basses terres favorisent le développement d'une faune et d'une flore très diversifiée.

 

L'Éthiopie est une terre de contrastes où les paysages changent constamment d'une région à l'autre, créant le microcosme d'un continent entier dans un pays de la taille de la France et de l'Espagne réunies.

 

Ce contraste est en grande partie due à l'activité volcanique qui a formé cette région, il y a environ quarante millions d'année.

 

Des failles profondes se sont alors ouvertes dans la roche et les couches sédimentaires laissant la lave basaltique lentement recouvrir la terre.

 

La vallée du grand rift fend le pays en trois régions distinctes , les hauts plateaux occidentaux, les hauts plateaux orientaux et les plaines de la vallée du grand rift proprement dite.

Au centre du pays, les hauts plateaux culminent à des altitudes de 4 000 mètres avec le Ras Dashan qui s'élève à 4 620 mètres dans le massif du Simien ou le Guge qui culmine à 4 200 mètres dans la région des nations, nationalités et peuples du Sud

 

Enfin, dans le sud et l'ouest des plaines de la vallée du grand rift, les pluies sont abondantes toute l'année et dans les provinces de Kaffa et de Sidamo, le café qui y pousse naturellement est cultivé dans de grandes plantations.

 

Les hauts plateaux d'Afrique de l'est qui se prolongent en Éthiopie, se sont érigés lors de la formation de la vallée du Grand Rift.

 

La composition des roches caractérise cette activité géologique qui a notamment été marquée au cours du temps par une intense activité volcanique.

 

Le sous-sol éthiopien est composé de roches sédimentaires et métamorphiques. En remontant l'échelle des temps géologiques, on trouve /

 

en surface, à une période récente , du Corail, des alluvions et du sable

 

au Cénozoïque , des calcaires de Harrar

 

au Jurassique , Les calcaire fossilisés d'Antalo sont généralement horizontaux.

 

au Trias , Dans la région d'Adigrat, les roches métamorphiques sont invariablement recouvertes d'une couche de grès brun sur une épaisseur maximum de 3 m, elle-même recouverte de calcaire.

 

à l'Archéen , À cette époque, les plateaux d'Éthiopie sont principalement composés de roches métamorphiques du gneiss, du Micaschistes et de l'ardoise que l'on retrouve dans les vallées profondes du Tigré et dans la vallée du Nil Bleu.

Le sous-sol est également composé de roches magmatiques provenant d'éruptions des nombreux volcans situés aux alentours.

 

L'Éthiopie possède de très nombreux cours d'eau ,rivières et fleuves, qui parcourent le territoire, ainsi que plusieurs lacs parmi les plus importants du continent.

 

Avec son réseau hydrographique particulièrement dense, l'Éthiopie est considérée comme le  château d'eau  de l'Afrique.

 

Les vastes plateaux basaltiques sont profondément entaillés par plusieurs rivières qui s'écoulent en direction du Nil, telles que le fleuve Tekezé au nord, l'Abbaï au centre, issue du lac Tana et qui correspond au cours supérieur du Nil Bleu, et la rivière Sobat au sud.

 

Il faut également citer la rivière Awash qui court le long de la frontière djiboutienne, le Chébéli qui s'écoule jusque la mer Rouge et le fleuve Omo qui est la principale source du lac Turkana

 

Dans les montagnes et les plateaux de la région des nations, nationalités et peuples du Sud et de Gambela au sud-ouest de l'Éthiopie coulent les rivières Baro, Gilo, Akobo et d'autres affluents du Nil.

 

Ces rivières descendent des montagnes en formant de grandes chutes d'eau et, comme la quasi-totalité des fleuves éthiopiens, elles ne sont pas navigables en amont.

Population

 

Avec une quarantaine de groupes d’origines différentes, 70 langues et près de 200 dialectes, l’Éthiopie est une véritable mosaïque de peuplements. Les chrétiens amharas forment le groupe le plus important.

Puis viennent les musulmans , 30 % de la population, et des minorités soudanaises animistes. Plus des ¾ de la population est rurale.

La démographie de l'Éthiopie est étudiée en particulier à travers les recensements de la Central Statistical Agency .

 

Selon ces données, le pays comptait 73.8 millions d'habitants en 2007, soit une densité de 67.1 habitans au km2. La population dépasserait le 81 millions en 2011.

En juillet 2008, selon les estimations du World Factbook l’Ethiopie comptait une population de 82 544 840 habitants ce qui lui vaut la seizième place mondiale et la deuxième en Afrique.

 

Les habitants parlent des langues sémitiques, couchitiques ou omotiques. Les peuples Oromo, Amhara, Afar et Tigré représentent plus des trois quart de la population, mais il y en tout plus de 80 groupes identifiés selon des critères linguistiques en Éthiopie, dont certains ont moins de 10000 membres

 

En général, la plupart des chrétiens vivent sur les plateaux d'Éthiopie, les musulmans sont partagés et les adeptes des religions africaines sont plutôt installés dans les basses terres.

 

Le pays a connu une évolution croissante et régulière de sa démographie jusqu'au début des années 1980.

 

Par la suite cette croissance s'est accélérée jusqu'à aujourd'hui avec un taux moyen de 2,3 % par an, à l'exception d'une baisse visible entre 1992 et 1993 due à l'indépendance de l'Érythrée, le 24 mai 1993 dont la population avoisinait à l'époque 3,2 millions de personnes.

Histoire

 

Une culture sabéenne , en référence à la reine de Saba, se met en place entre le Ve et le IIIe siècle av. J.-C. Le royaume d’Axoum apparaît vers le Iie siècle ap. J.-C. et est christianisé au IVe siècle.

La lignée des rois axoumites se présente comme descendant de Salomon et de la reine Saba. Les Portugais sont les premiers Européens à arriver dans le pays , XVIe siècle. Ils le libèrent en 1543 de l’occupation musulmane.

L’ère moderne débute avec l’empereur Ménélik II , 1889-1909, qui gagne la guerre contre les Italiens en 1896, fait d’Addis-Abeda sa capitale et modernise le pays.

En 1930, Tafari se fait couronner empereur sous le nom d’Hailé Sélassié Ier. À partir de 1935, les Italiens envahissent l’Éthiopie, qui sera libérée en 1941 par les Anglais et les Français.

Le 12 septembre 1974, Haile Selassie est déposé et arrêté, les anciens dignitaires sont emprisonnés, les grèves et manifestations sont interdites . Le Derg, la junte militaire, commence à s'installer au pouvoir.

Les étudiants sont envoyés dans les provinces afin de mener des campagnes d'alphabétisation et diffuser la nouvelle idéologie, d'inspiration soviétique.

 

L'État prend contrôle de l'économie, plusieurs entreprises sont nationalisées. Enfin, un grand parti unique est mis en place sur une base nationale et socialiste .

 

Si le Derg arrive initialement à affirmer son autorité, les partis politiques civils réclament un transfert du pouvoir et le retour des militaires dans les casernes. Les deux principaux partis d'opposition sont le Meison] et le Parti révolutionnaire du peuple éthiopien .

 

Les affrontements entre le deuxième parti et le régime vont dégénérer et de la fin 1976 à la fin 1978, le pays vit  deux années terribles . Les confrontations sont particulièrement brutales et la répression accentue le radicalisme du régime.

 

Les familles des membres du PRPE sont visées et la participation de jeunes écoliers aux côtés du PRPE conduit le Derg à massacrer des classes entières Du 29 avril au 1er mai 1977, plus d'un millier d'étudiants et lycéens sont assassinés

 

Cette période de violence politique, surnommée Terreur rouge, a marqué les Éthiopiens, les rapprochant ainsi des autres peuples du bloc communiste.

 

Les meurtres sont également courants au sein du Derg, où les rivalités entre personnes donnent lieu à des arrestations et à des fusillades.

 

C'est finalement le lieutenant-colonel Mengistu Haile Mariam qui émerge au sein de la junte et qui dirige le pays à partir de 1977.

 

Cette même année, le pays fait face à une offensive de l'armée somalienne qui envahit le territoire national en juillet.

 

La guerre de l'Ogaden est déclenchée , avec le soutien des pays communistes européens et de Cuba, l'Éthiopie remporte le conflit

 

Durant la guerre civile, les violences du régime touchent durement les civils et favorisent les séparatistes du Tegré et de l'Érythrée qui progressent , dans le nord du pays, le régime rencontre de réelles difficultés militaires.

 

Alors que l'URSS, en pleines perestroïka et glasnost, n'est plus en mesure de soutenir le régime, la fin du Derg semble se rapprocher lorsque les deux principaux mouvements de guérilla, le Front de libération du peuple du Tigré  et le Front populaire de libération de l'Érythrée coordonnent leurs opérations à partir de la moitié des années 1980.

 

Une série de victoires conduit le premier mouvement à élargir ses objectifs au sein de la coalition du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien , censé libérer tout le pays.

 

Le 21 mai 1991, Mengistu Haile Mariam décide de fuir le pays et une semaine plus tard, les forces du FDRPE pénètrent dans la capitale. Le 28 mai 1991, le régime du Derg est tombé[ et la date est devenue un jour de fête nationale.

 

De 1991 jusqu'en 1995, le pays est dirigé par un gouvernement de transition chargé de mener l'Éthiopie vers un régime démocratique. En 1992, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien  remporte les premières élections multipartites de l'Histoire du pays et prépare une nouvelle Constitution.

 

L'année suivante, le référendum pour l'indépendance de l'Érythrée, effectué en accord avec le FDRPE, voit la victoire des séparatistes. En 1994, l'assemblée constitutante vote la ratification de la nouvelle Constitution qui entre en vigueur en août 1995.

 

La République fédérale démocratique d'Éthiopie est officiellement proclamée. La transition s'est effectuée rapidement et dans une atmosphère relativement calme.

 

Le FDRPE va néanmoins faire face à quelques difficultés. En 1998, l'Érythrée envahit l'Éthiopie et déclenche une guerre qui va durer deux ans.

 

Le conflit fait plus de 80 000 morts et voit la victoire des troupes éthiopiennes. Depuis les rapports restent difficiles entre les deux États.

 

Le gouvernement central est également confronté à deux rébellions armées, le Front de libération Oromo  et le Front national de libération de l'Ogaden .

 

Ce dernier est d'ailleurs soutenu par l'Union des tribunaux islamiques, un mouvement actif en Somalie où l'Éthiopie est intervenue, en soutien au gouvernement officiel de Mogadiscio, de 2006 à 2009.

 

En 2005, les élections générales ont vu la montée des partis politiques de l'opposition qui ont remporté de nombreux sièges au parlement national et aux conseils régionaux.

 

Ceux-ci ont toutefois contesté les résultats qui ont permis au FDRPE de se maintenir au pouvoir, des manifestations violentes ont éclaté à Addis Abeba et plusieurs opposants ont été arrêtés.


Si les élections générales de 2010 ont suscité une même passion avec un taux de participation de 90 %, les résultats n'ont pas confirmé la tendance de 2005.

 

Au contraire, le FDRPE et ses alliés ont remporté la quasi-totalité des sièges de la chambre basse tandis que l'opposition ne s'est imposé que dans deux circonscriptions.

 

Cette écrasante victoire à 99 %, contestée par les opposants, renforce la présence du parti de Meles Zenawi dans toute l'Éthiopie.

 

Enfin, ces élections se distinguent des précédentes par le calme et le climat serein dans lequel le processus s'est déroulé.

 

Dans la nuit du 20 au 21 août 2012, Meles Zenawi décède en pleine fonction après 21 ans au pouvoir. Conformément à la Constitution, Haile Mariam Dessalegn est désigné comme Premier ministre par la Chambre des Représentants des Peuples.

Gabon

Informations supplémentaires