MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Le populisme

 

L’étranger qui débarque  ne sait pas où se situer dans ce pays ,la France, avec une telle division  disparate de sa population, allant du communautariste au dihadiste du républicain à l’islamiste radicalisé du terroriste au populiste...  

…bref avec un tel attelage humain peut-on parler de « vivre ensemble », un discours   habillé  de manipulation idéologique

 

Précisément parlons du populisme, un concept qui a fait son apparition dans le domaine médiatique, mettant dangereusement en scène la qualité des personnes, avec d’un côté ceux qui gouvernent et dirigent 

 

… de l'autre, la masse des citoyens  se pliant aux injonctions d’un système suivant la couverture de la démocratie

 

Mais dès qu’un besoin  de changement se fait sentir  par des manifestations violentes, les médias affidés au Pouvoir politique, ont baptisé ce mouvement de populisme, un qualificatif  péjoratif ô combien méprisant…

 

…  car il s'avère sous-entendu que le peuple n’ayant pas droit au bouleversement institutionnel, est considéré comme dépourvu d’intérêt…

 

… il lui est concédé  un droit de vote qui l’autorise à s’exprimer périodiquement en vertu des règles de la démocratie, un mode de fonctionnement que n’avait pas prévu l’auteur de l’esprit des lois…

 

… il en ressort que  comme le spécifiait en son temps un éminent homme politique disparu…

 

… le citoyen vote le Dimanche et vaquière à ses occupations le Lundi…

 

Mais ce modèle ne peut plus perdurer et exige le respect de chacune et chacun en conformité avec l'esprit républicain.

 

Car les élites aux affaires politiques depuis des lustres ont  montré leurs failles et faiblesses…

 

…En effet prenons le cas de l’Occident, depuis le début du XXème siècle le Monde a connu  deux guerres sanglantes provoquées par les politiciens au Pouvoir...

 

...alors que ce sont les paysans et autres ouvriers au front, qui ont payé lourdement les conséquences de leurs ambitions irresponsables.

 

Et depuis 1945 malgré le plus jamais ça, des peuples ont senti durement les comportements colonialistes et impérialistes des gouvernrmrnts successifs de certaines Nations de l'Occident...

 

...vis à vis des Etats de l'Ouest africain, et des territoires dits outre-mer.

 

Enfin j'observe en ce qui concerne la France, que le peuple a été volé  de sa colère de 1789…

 

…que depuis l’ avènement de la République  sous la domination d’une Bourgeoisie féroce et arrogante…

 

… tous les mouvements populaires ont été écrasés par la force ou la ruse.

 

Mais les soubresauts actuels entrevoient de nouvelles perspectives pour les populistes…

 

Alors, pour ces intouchables, dure sera la chute…

Cuba

 

 

Géographie

 
Cuba  d’une superficie de 114524 km², est la plus grande île de la Caraïbe Trois chaînes montagneuses occupent ¼ des terres ,  la Sierra Maestra , point culminant, le Pico Turquino , 2005 m, la Chaîne centrale et les Sierras del Rosano et de Los Organos.
Le climat tropical est chaud et humide. La capitale de Cuba est La Havane 

 

La République de Cuba est située entre la mer des Caraïbes au sud, le golfe du Mexique au nord-ouest, la Floride au nord et les Bahamas au nord-est, elles-mêmes baignées par l'Atlantique Nord.

 

C'est un archipel composé de l'île de Cuba, longue de 1 220 km ,qui fait d'elle la plus grande île de la Caraïbe, de l'île des Pins ,île de la Jeunesse, et d'environ 1 600 îlots.

 

Géographiquement, elle se trouve à proximité du tropique du Cancer, à 77 km d'Haïti à l'est , à 140 km de la Jamaïque, au sud-sud-est , à 180 km des États-Unis, au nord , et à 210 km du Mexique, dont elle est séparée à l'ouest par le canal du Yucatán.

 

 

La République comprend l'île entière ainsi que la Isla de la Juventud - île de la Jeunesse , mais l'entrée de la baie de Guantanamo est occupée depuis 1898 ,officiellement loué depuis 1903, par les États-Unis qui y ont installé une importante base navale ,que les États-Unis maintiennent malgré l'opposition du gouvernement cubain.

 

Population

Le peuple cubain est composé de 51 % de métis, 37 % d’Hispaniques d’origines européennes et 11 % d’Afro-caribéens. 56 % de la population est athée. 39 % sont catholiques, 3,3 % sont protestants et 1,6 % sont syncrétistes afro-cubains.

 

 Cuba a le taux de fécondité le plus faible de toute l’Amérique centrale et du Sud. Plus de 75 % de la population vit dans les centres urbains.

 

La Havane, la capitale, est le centre commercial du pays. Santiago de Cuba, un important port, forme un grand centre commercial et industriel.

 

Principaux indicateurs démographiques ,2004

  • Taux de natalité , 11 pour mille habitants

  • Taux de mortalité , 7 pour mille habitants

  • Taux de mortalité infantile , 6 pour mille

  • Espérance de vie des hommes ,75 ans

  • Espérance de vie des femmes , 79 ans

  • Taux d'alphabétisme des femmes , 99,7 %

  • Taux d'alphabétisme des hommes , 99,7 %

  • Indicateur de développement humain ,2007, , 0,838 ,51e place mondiale

La mortalité

La mortalité a fortement diminué entre 1950 et 2010.

 

Le taux de mortalité infantile est passé de 80,6 pour mille naissances vivantes en 1950-1955 à 5,3 en 2010

 

L'espérance de vie s'est améliorée entre 1950 et 2012. En 2012, elle est de 80 ans à la naissance. Cuba dépasse les États-Unis qui sont à 78 ans.

 

Émigration

L'émigration cubaine est essentiellement en direction des États-Unis. Elle a connu un premier pic dans la décennie suivant la révolution castriste , entre 1959 et 1964, 144 700 personnes émigrent légalement vers les États-Unis, puis 244 700 entre 1965 et 1974.

 

L'exil des cubains se calme à la fin des années 1970, avant de repartir à la hausse en 1980. Cette année, 94 000 Cubains émigrent officiellement aux États-Unis et dans les faits, près de 125 000 vers la Floride lors de l'exode de Mariel , parmi eux, de nombreux prisonniers de droit commun sont expulsés par le régime.

 

L'émigration cubaine est plus faible dans les années 1980 et repart à partir de 1990, entre 1990 et 1995, 142 000 Cubains sont partis de Cuba, la plupart vers les États-Unis , entre 1994 et 2000, ce nombre s’est élevé à 210 000 personnes.

 

Aujourd'hui, deux millions de Cubains, soit 11 % de la population du pays, vivent à l'extérieur de l'île. Selon Ricardo Alarcón, actuel président de l'Assemblée nationale cubaine, le nombre de Cubains ayant quitté l'île, non pas depuis 1959 mais depuis le début de l'histoire de l'émigration cubaine vers les États-Unis, dépasserait depuis 2004 le million de personnes.

 

Toujours est-il que, selon Sylvia Pedreza, professeur de sociologie à l'université du Michigan, les chiffres de l'US Census montrent que l'émigration légale entre 1959 et 2000 représente 828 577 cubains ayant quitté leur pays pour les États-Unis.

 

La communauté cubaine de l'agglomération de Miami compte environ 650 000 personnes en 2006 ,y compris celles nées aux États-Unis

 

Histoire

En 1492, Christophe Colomb débarque sur l’île alors habitée par des Indiens de la Caraïbe. Afin d’exploiter les terres de l’île, ces derniers importent des Africains devenus des esclaves.

 

Les Espagnols dominent l’île jusqu’à la fin du XIXe siècle. Puis les Etats-Unis y jouent un rôle grandissant, contrôlant plusieurs aspects de l’économie.

 

En 1898, ils libèrent l’île de l’occupation espagnole et y restent pendant près de 40 ans. En 1940, Batista devient président de la République et entreprend un grand nombre de réformes.

 

 Il fait entrer 2 communistes dans son gouvernement. Un petit groupe d’hommes de droite, dirigés par l’avocat Fidel Castro se lancent dans une lutte politique armée.

 

La révolte s’élargit grâce à l’arrivée de communistes. En 1959, les guérilleros dirigés par Fidel Castro et Che Guevara entrent à La Havane. Le mouvement du 26 juillet rassemble des personnes d’origine très différentes, souvent hostiles aux communistes

 

Mais, en 1961,Fidel Castro, qui souhaite appliquer les réformes qu’il a promises, se réclame du marxisme-léninisme, et crée, en 1962, le premier État communiste du continent américain.

 

 Cette situation entraîne la rupture avec les Etats-Uniset une crise sans précédent, lorsque les Soviétiques veulent installer à Cuba, en 1963, des ogives nucléaires.

 

 

Pendant plus d’une dizaine d’années, Cuba est la tête de proue du mouvement révolutionnaire en Amérique latine, la chute du bloc communiste a fait perdre à Cuba ses principaux partenaires économiques, entraînant une crise économique majeure. L’embargo américain accentue cette situation.

 

Aujourd’hui, Cuba vit une grande mutation, dans un contexte de politique extérieure extrêmement difficile, notamment avec les Etats-Unis.

 

En 1965, les gouvernements cubain et américain signèrent un accord permettant aux Cubains d’émigrer aux États-Unis. Plus de 260 000 personnes quittèrent l’île avant la fin officielle du pont aérien de 1973.

 

Cuba sortit de son isolement diplomatique en juillet 1975, lorsque l’OEA leva ses sanctions. C’est aussi à partir de 1975 que des forces de combat cubaines s’engagèrent activement sur le continent africain, luttant en Angola et en Éthiopie , jusqu’en 1989,  près d'un demi million de Cubains partirent faire la guerre en Angola à la suite d'un accord entre Cuba et l'Angola.

 

En 1980, les activités cubaines s’étendirent au Yémen du Sud, alors que le gouvernement américain accusait Cuba d’aider les rebelles du Salvador et le gouvernement sandiniste du Nicaragua.

 

 Pendant ce temps, l’économie cubaine continuait de recevoir trois millions de dollars quotidiens d’aide soviétique.

 

En 1989, l’Union soviétique et Cuba signèrent un traité d’amitié de vingt-cinq ans, mais l’effondrement du bloc de l’Est raviva la contestation intérieure.

 

 

En 1991, la Russie retira ses 11 000 conseillers et techniciens militaires en poste à Cuba, et l’aide économique disparut, ce qui précipita l'île dans une crise économique aiguë.

 

Le niveau de vie des Cubains chuta brutalement. Les références au marxisme-léninisme furent supprimées de la Constitution cubaine.

 

 

Le mécontentement général et l’aggravation de la pauvreté amenèrent le gouvernement cubain à engager des réformes économiques, en juillet 1993, la possession de dollars, autrefois considérée comme un délit passible d’emprisonnement, fut légalisée et, en octobre 1994.

 

 Les marchés libres paysans furent de nouveau autorisés, le décret-loi no 140 du Conseil d'État autorisa la libre circulation du dollar américain sur tout le territoire national.

 

 En même temps, le régime se durcie et le nombre d’incarcérations de prisonniers politiques demeura important.

 

Cuba normalisa ses relations avec l’Espagne, le Canada, le Guatemala et la République Dominicaine, ce qui constitua un nouveau pas vers la réintégration de Cuba dans l’espace caraïbéen.

 

 À l’issue d’une tournée triomphale de Castro durant l’été 1998, Cuba fut admise comme observateur au sein du groupe ACP , Afrique, Caraïbe, Pacifique

 

 En 1999, un durcissement du régime s’exerça à l’égard de toute contestation sociale, politique et civile. En mars 1999, les dissidents , du groupe des quatre , accusés de sédition pour avoir réclamé la démocratisation de l’île, furent condamnés à de lourdes peines de prison.

 

 Le 20 mai 2002, la déclaration d’indépendance du Timor oriental a été accueillie avec une grande satisfaction par la communauté occidentale, Cuba a salué l’événement et a établi des relations diplomatiques avec le premier État du nouveau millénaire.

 

Le 8 novembre 2004, le dollar américain fut à nouveau interdit et remplacé par le peso convertible à côté du peso cubain, mais les deux monnaies n'ont guère la même valeur , près de 20 fois plus pour le peso convertible.

 

 Le peso cubain est utilisé par les Cubains pour se procurer les articles de première nécessité, alors que le peso convertible est réservé aux touristes.

 

Seuls les pesos convertibles permettent de se procurer des articles de luxe. Les Cubains employés dans les grands hôtels peuvent plus facilement obtenir des pesos convertibles grâce aux pourboires et acheter ainsi des articles réservés aux touristes.

 

Fidel Castro fut premier ministre de 1959 à 1976, puis, à l'abolition de cette charge, président du conseil d'État de 1976 à 2008.

 

 

Il est devenu en 1965 premier secrétaire du Parti Communiste de Cuba et en 1976 représentant à l'Assemblée nationale de la municipalité de Santiago de Cuba.

 

Raúl Castro a été investi par l'Assemblée nationale à la tête de l’État en juillet 2008, succédant à son frère Fidel Castro. Il lui a succédé en 2011 à la tête du parti.

 

Le parlement cubain est l'Assemblée nationale ,Asamblea Nacional del Poder Popular. C'est l'organe suprême du pouvoir de l'État, doté des droits de voter les lois et de modifier la Constitution. Ses 614 membres sont élus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

 

L'Assemblée nationale élit en son sein le Conseil d'État et son président ,le chef d'État et de gouvernement, actuellement Raúl Castro par un vote à bulletin secret. Selon la Constitution, les députés doivent rendre des comptes régulièrement à leurs électeurs et sont révocables par ceux-ci.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Diibouti

 

Informations supplémentaires