MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Le populisme

 

L’étranger qui débarque  ne sait pas où se situer dans ce pays ,la France, avec une telle division  disparate de sa population, allant du communautariste au dihadiste, du républicain à l’islamiste radicalisé, du gauchiste à l'ultra-droite, de l'orléaniste au bonapartiste, du terroriste au populiste...  

…bref avec un tel attelage humain peut-on parler de « vivre ensemble », un discours   habillé  de manipulation idéologique

 

Précisément parlons du populisme, un concept qui a fait son apparition dans le domaine médiatique, mettant dangereusement en scène la qualité des personnes, avec d’un côté ceux qui gouvernent et dirigent 

 

… de l'autre, la masse des citoyens  se pliant aux injonctions d’un système suivant la couverture de la démocratie

 

Mais dès qu’un besoin  de changement se fait sentir  par des manifestations violentes, les médias affidés au Pouvoir politique, ont baptisé ce mouvement de populisme, un qualificatif  péjoratif ô combien insultant…

 

…  car il s'avère sous-entendu que le peuple n’ayant pas droit au bouleversement institutionnel, est considéré comme dépourvu d’intérêt…

 

… il lui est concédé  un droit de vote qui l’autorise à s’exprimer périodiquement en vertu des règles de la démocratie, un mode de fonctionnement que n’avait pas prévu l’auteur de l’esprit des lois…(Montesquieu)

 

… il en ressort que  comme le spécifiait en son temps un éminent homme politique disparu…

 

… le citoyen vote le Dimanche et vaquière à ses occupations le Lundi…

 

Mais ce modèle ne peut plus perdurer et exige le respect de chacune et chacun en conformité avec l'esprit républicain.

 

Car les élites aux affaires politiques depuis des lustres ont  montré leurs failles et faiblesses…

 

…En effet prenons le cas de l’Occident, avec le XXème siècle le Monde a connu  deux guerres sanglantes provoquées par les politiciens au Pouvoir...

 

...alors que ce sont les paysans et autres ouvriers au front, qui ont payé lourdement les conséquences de leurs ambitions irresponsables....

 

...que du reste en l'espèce il ne peut être exigé du citoyen un quelconque patriotisme, et l'on comprend mieux ces désertions massives des époques en cause dans les rangs de l'Armée, qu'à postériori j'approuve totalement.

 

Et depuis 1945 malgré le plus jamais ça, des peuples ont senti durement les comportements colonialistes et impérialistes des gouvernements successifs de certaines Nations de l'Occident...

 

...vis à vis des Etats de l'Ouest africain, de l'Algérie de Madagascar de l'Indochine et des territoires dits outre-mer.

 

Enfin j'observe en ce qui concerne la France, que le peuple a été volé  de sa colère de 1789… en faisant confiance à des clans antirévolutionnaires. 

 

…que depuis l’ avènement de la République  sous la domination d’une Bourgeoisie féroce et arrogante…

 

… tous les mouvements populaires ont été écrasés par la force ou la ruse.

 

Mais les soubresauts actuels entrevoient de nouvelles perspectives pour les populistes…

 

Alors, pour ces intouchables, dure sera la chute… allons nous vers le crépuscule des dieux...

 

...en tout cas ces personnages devraient retenir que les cimetières sont remplis de gans indispensables ( Clémenceau)

 

Les conséquences pour la France et l'Europe

 

Les conséquencesLe député des colons de la Guadeloupe, M. Curt, déclarait le 26 novembre 1789 à Paris, parlant au nom des colonies réunies, sur 253 millions de denrées que vous en recevez annuellement, vous en consommez à peu près 80 millions. Le reste, soit 173 millions est réexporté.

Les importations s'élevant à 80 millions, il reste un solde de 75 millions. Ces chiffres sont peut-être gonflés par l'orateur pris dans le feu de l'action , il n'en souligne pas moins l'importance de l'excédent commercial dégagé par laCaraïbe et donc par le travail servile.

Ce bénéfice est-il à l'origine du démarrage industriel de la France et de l'Europe. Pour l'historien Jean-Michel Deveau la réponse est négative pour le financement direct de la révolution industrielle.

Par contre, la traite négrière a favorisé l'émulation industrielle entre les pays européens, et permis l'accumulation de savoir-faire dans l'industrialisation progressive des villes pour produire le textile, les produits métallurgiques, et autres marchandises à troquer contre des esclaves enAfrique.

L'estimation globale de cette production ,nécessité par le commerce triangulaire ,n'a encore jamais été faite, mais il semble qu'en France, en incluant l'activité des raffineries de sucre, un français sur huit travaille plus ou moins directement dans cette mouvance.

De la Baltique au sud de la péninsule ibérique, toute l'Europe se fait la complice du commerce triangulaire. J.M. Deveau, La France au temps des négriers, Paris, 1994.

Dans les cargaisons d'un navire négrier français et  les listes de marchandises embarquées par les négriers se répètent dans tous les ports avec une inlassable monotonie , on trouve /

- des textiles ,guinées, indiennes, venant de Cholet, Rouen, Nantes,

- des toiles de lin très blanches, des toiles du Dauphiné, d'Alsace, de Carcassonne, mais aussi d'Angleterre, de Silésie, de Saxe, de Westphalie, de Hollande,

- des armes, très convoitées par les africains. Plusieurs pays produisent en série les fusils de traite, en général assez lourds et longs. L'Europe en aurait produit 6 à 7 millions au cours du XVIIIe siècle.

Les négriers français les achètent à Tulle et à Chateaubriand, mais également au Danemark, à Liège, à Birmingham dont les ateliers fonctionnent déjà à plein pour les besoins de la  traite anglaise.

- avec les fusils, l'Europe déverse aussi des milliers de tonnes de poudre et de plomb  plongeait l'Afrique dans une dépendance totale .

- des métaux , barres de fer de grande qualité ,de Suède et d'Espagne...

-des sabres et couteaux flamands.
- du cuivre acheté en Angleterre.
- de l'étain du Portugal.
- des bijoux, en corail rouge ou en perles de verre appelées rassades qui sortent par millions des ateliers de Bohème et de Murano.

- des alcools,
- du tabac, monopole des portugais,
- des pacotilles,
- des vivres. Pour tenir longtemps en mer le capitaine embarque des viandes salées, des fromages cuits, de Suisse, de Milan, de Hollande, des céréales, des biscuits, du vin, de l'eau…

Si la traite négrière favorisa l'activité des ports maritimes, son impact économique s'étendit à toute l'Europe. 

Au XVIIIe siècle, le terme de pacotille désigne la marchandise qu'un capitaine ou ses officiers ont le droit d'embarquer pour faire du commerce pour leur propre compte…

Les listes de pacotilles montrent que les marchandises sont exactement les mêmes que celles de la cargaison…

De son sens premier désignant une activité marginale reposant sur des sommes infiniment moindre que celle de l'expédition, on est passé à la notion de commerce de peu de valeur, et de là, à la dépréciation de la marchandise concernée.

Selon Littré, cela a dû se passer vers 1835 date qui n'est pas innocente puisque, à cette époque de reprise de la colonisation, on n'a pas intérêt à présenter l'africain sous un jour flatteur.

 

Pour les Etats Unis

Informations supplémentaires