MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Arack, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

Juin 1940 , Lyonnais souvenez-vous

 

Depuis le 8 Juin 1940, sous la poussée allemande, le front à Sedan a craqué et la ruée nazie déferle.

 La France abasourdie s’expliquant mal sa défaite, crie à la trahison, les populations du nord fuient et meurent sur les routes, mitraillée par les avions allemands et depuis quelques jours par l’aviation italienne de Mussolini, dernière mouche du coche à la curée.

L’armée, quoiqu’on en ait dit, et singulièrement la Coloniale s’efforce de faire front et de contenir l’avance ennemie, sur la Seine, sur la Loire.

 Si elle ne veut pas être prisonnière elle doit, après les durs combats de la journée, décrocher nuit après nuit et se battre à nouveau à l’aube.

Cependant que sur les flancs les divisions blindées déferlent à l’Ouest et à l’Est, glissent vers cette verte vallée rhodanienne, voie des invasions de tous les siècles. Depuis Troyes elles n’ont rencontré aucune résistance et s’apprêtent, triomphantes, à entrer à Lyon.

Les journées des 19 et 20 Juin, seront les dernières batailles avant celles des Alpes où l’armée dégarnie va devoir faire face avec seulement trois divisions à une armée italienne d’une trentaine de divisions.

Le Général Orly, Commandant cette armée des Alpes, n’aura que 185.000 hommes à opposer aux 500.000 Italiens en première ligne.

Il doit non seulement contenir ces dernières jusqu’à la signature de l’armistice demandé dès le 17 Juin, mais également préserver son flanc nord et ses arrières, gravement menacés par l’avance allemande en direction de Lyon et la région Rhône-Alpes.

 Lyon vient d’être déclarée ville ouverte et de ce fait, les points intacts du Rhône et de la Saône seront une aubaine pour l’assaillant.

Cependant, l’armistice n’étant pas signé, le Commandement militaire a décidé de retarder le plus possible l’avance ennemis, le Général Orly a pris des dispositions pour tenir les quelques jours nécessaires avec de faibles moyens , sur le Rhône, sur l’Isère et en avant de Lyon depuis la Saône, jusqu’à Tarare.

Le Général de Mesmay met en place une fragile ligne de défense , St-Germain-au-Mont-d’Or, Chasselay, Montluzin, Les Chères, Marcilly, Lozanne protégeant la Nationale 6 Lentilly, Fleurieux sur l’Arbresle, Eveux, L’Arbresle, Bully, les Olmes, Pontcharra-sur-Turdine, Tarare protégeant la Nationale 7.

Deux principaux points d’appui sont constitués ainsi  la Brevenne avec le 2e Bataillon du 25e régiment de Tirailleurs Sénégalais et de Civrieu-d’Azergues à la Saône avec le 1er bataillon du 25e R.T.S. et la 253e batterie du 405e D.C.A. composée de canons de 75.

 En avant quelques éléments de dépôts d’infanterie (38e R.I. 131e R.I./32e Compagnie de St-Etienne, 36e Cie du Dépôt d’infanterie 142.

 Quant aux troupes adverses, elles arrivèrent par deux voies essentielles pour notre région, la Nationale 6 et la Nationale 7 , Pour la Nationale 6, comme nous l’avons vu, il s’agit du régiment Gross Deutchland qui pénétra dans notre département en suivant d’une part la Nationale 6 et la rive gauche de la Saône.

La division S.S. Totemkopf forte de 20.000 hommes arriva par la Nationale 7 et occupa Tarare le 19 après-midi et alla envahir Les Olmes, Bully, L’Arbresle, Eveux, Fleurieux-sur-L’Arbresle, Lentilly.

Précisons que Totemkopf signifie tête de mort une des unités S.S. dont le recrutement s’effectuait parmi les éléments les plus typiques de la race aryenne, commandée par le Général ,S.S. Gruppenführer Théodor Eicke...

...Homme farouche, traité de boucher par ses supérieurs dont la division, le 17 mai 1940, en Flandres, dans la région de Dunkerque a froidement assassiné à la mitrailleuse une centaine de soldats anglais du régiment de Norfolk, alors qu’ils s’étaient rendus après une héroïque résistance.

Petite histoire

Informations supplémentaires