MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun  

Au pays du "vivre ensemble", et d’absence de race, on supporte difficilement la présence ou la supériorité d’un Nègre en pôle position.  C'est ainsi que  Barack Obamafut l’objet de tous les quolibets des médias français durant sa présidence aux USA  de 2008 à  2017, et voilà q'à l'occasion du Grand Prix de formule 1 (sport automobile) du Mexique, le dimanche 29/10)

Lewis Hamilton, Britannique, ayant été déclaré champion du Monde pour la 4è fois de sa carrière,  ce fut un  déchaînement de haine sur les forums de la presse sportive de ce côté de l’Atlantque..

E vérité , Barck Obama et Lewis Hamiton, même combat pour le prestige de la Race NEGRE

Le domaine économique

 

L'économie de nos pays nécessitait des modifications radicales bien avant 1946, dans des secteurs aussi divers que sontl'agriculture, la petite et moyenne industrie, la pêche, les transports.


L'agriculture qui conditionne nos échanges et les esprits, aurait dû très vite, donner lieu à des mesures d'autorité, mais légales, tendant

· à la redistribution des terres,
· à l'introduction de nouvelles cultures


Compte tenu du
rejet populaire que connaît toute l'activité liée à la terre, il est inimaginable que les gouvernements n'aient saisi cette opportunité historique pour donner à ce travail ses lettres de noblesse.

Tout est possible quand on a la volonté politique de bien faire

En fait de transformation dans ce domaine, les colons européens ont conservé leurs propriétés, concentrées au sein des immenses fortunes de quelques familles.

Bien entendu, non seulement nous n'avons pas connu l'introduction de nouvelles cultures accompagnées de techniques appropriées, maisle règne de la monoculture s'est aggravé.


Le bilan d'une telle politique qui n'a pas fini de nous enfoncer, sera mis en lumière plus loin.

L'industrie

Certes, nous ne disposons ni de matières premières, ni d'énergie et d'espace pour prétendre à l'installation sur nos sols de grandes usines de transformation.

Mais à défaut, nous pouvions envisager un autre système de distribution du travail, nous permettant de nous suffire à nous-mêmes par le résultat de notre propre capacité à produire.

Or, tel n'est pas le cas, et disons que dans la quasi- totalité des secteurs où la petite et moyenne industrie s'en trouverait impliquée, nous sommes dépendants du savoir-faire venu d'ailleurs.

La pêche

Voilà un secteur qui, pratiqué d'une façon rationnelle, aurait dû permettre aux vrais professionnels, de vivre décemment du produit de leur travail.

Personne ne peut ignorer l'importance du poisson dans la consommation desménages , il appartenait aux autorités administratives de prendre des mesures pour assurer un équilibre entre la production et la demande.

Pendant des années, nous avons assisté à un véritable pillage anarchique de nos mers qui ont été vidées de leur substance.

Les décisions actuelles ne peuvent plus inverser la tendance , les pêcheurs se retirent en mer de plus en plus loin, avec un matériel peu adapté à la recherche d'un produit de plus en plus rare, ce qui bien entendu fait les beaux jours de l'importation.

Les transports

Nous ne sommes point responsables de notre insularité , il appartenait donc à l'Etat d'assumer comme un devoir essentiel, la "continuité dite territoriale".

Les charges inhérentes à la circulation des personnes et des biens, auraient dû être pour une bonne part, budgétisées , donc prises en compte par la collectivité sous la forme d'une vraie solidarité, conduisant à une réduction substantielle des prix et des coûts.

Comme ce secteur et bien d'autres échappent à notre capacité de planification, gageons que nous constituons un bon gâteau pour les affairistes et vous entendez ce slogan mille fois répété par les touristes ,  "la Caraïbe c'est beau mais cher".

 

Le domaine social

Informations supplémentaires