MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Le temps des réalités et du réalisme

 

de l'assimilation

 

L'homme, les groupes ne s'assimilent pas, ils s'accommodent des circonstances en fonction de leurs seuls intérêts...

Tout gouvernement devrait méditer sur cette réalité à la faveur d'une actualité, d'un monde en plein chambardement.

Assimiler, rendre semblable, identifier à ... telle est la première définition du Larousse.

La loi du 19 Mars 1946  avait pour prétention d'assimiler les peuples de la Caraïbe, laGuyane et la Réunion.

Ce fut une erreur fondamentale, tant la démarche était injuste, et la procédure par elle-même viciée , du reste nos parlementaires qui, à l'époque s'y étaient associés, ont reconnu par la suite, avoir été trompés.

Ainsi donc aux descendants des femmes et des hommes qui avaient vécu le règne de la barbariependant plusieurs siècles, on leur imposait par une simple loi, l'oubli du passé, la rupture de leur racine.

En un mot, leur capacité à s'assumer pleinement en tant qu'homme, en tant que nègre

"Quelles que soient sa race et sa religion, l'homme mérite le respect pour sa famille, ses traditions".

Or, on ne nous a pas respectés.

Avant de propulser des peuples dans ce processus de destruction mentale,  l'assimilation,il eut été normal, et surtout de bonne politique d'ouvrir un large débat sur le fond, permettant à toutes les parties prenantes, de faire connaître leurs suggestions, les avantages et les inconvénients du choix, qui en résulterait, du vote des populations concernées, appelées à se prononcer sur leur destin par voie de référendum.


Dans ce cas, deux hypothèses /

-première hypothèse, les peuples consultés, ayant répondu favorablement à leur appartenance à la communauté française.


Conformément à ce choix, tout aurait dû être mis en place pour concrétiser leur espoir,

- Lois sociales
- Politique sanitaire
- Une politique économique et sociale


-deuxième hypothèse ,  la ou les populations ont dit non alors il eût fallu les accompagner avec dignité sur la voie de l'indépendance.

Tel n'a pas été le cas, et nous savons qu'à bien des égards, la loi de 1946, par ses bilans, a constitué un échec sur tous les plans.

Examinons les critères de cet échec dans les domaines, économique, social et politique.

Le domaine économique

Informations supplémentaires