MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Le temps des réalités et du réalisme

 

de l'assimilation

 

L'homme, les groupes ne s'assimilent pas, ils s'accommodent des circonstances en fonction de leurs seuls intérêts...

Tout gouvernement devrait méditer sur cette réalité à la faveur d'une actualité, d'un monde en plein chambardement.

Assimiler, rendre semblable, identifier à ... telle est la première définition du Larousse.

La loi du 19 Mars 1946  avait pour prétention d'assimiler les peuples de la Caraïbe, laGuyane et la Réunion.

Ce fut une erreur fondamentale, tant la démarche était injuste, et la procédure par elle-même viciée , du reste nos parlementaires qui, à l'époque s'y étaient associés, ont reconnu par la suite, avoir été trompés.

Ainsi donc aux descendants des femmes et des hommes qui avaient vécu le règne de la barbariependant plusieurs siècles, on leur imposait par une simple loi, l'oubli du passé, la rupture de leur racine.

En un mot, leur capacité à s'assumer pleinement en tant qu'homme, en tant que nègre

"Quelles que soient sa race et sa religion, l'homme mérite le respect pour sa famille, ses traditions".

Or, on ne nous a pas respectés.

Avant de propulser des peuples dans ce processus de destruction mentale,  l'assimilation,il eut été normal, et surtout de bonne politique d'ouvrir un large débat sur le fond, permettant à toutes les parties prenantes, de faire connaître leurs suggestions, les avantages et les inconvénients du choix, qui en résulterait, du vote des populations concernées, appelées à se prononcer sur leur destin par voie de référendum.


Dans ce cas, deux hypothèses /

-première hypothèse, les peuples consultés, ayant répondu favorablement à leur appartenance à la communauté française.


Conformément à ce choix, tout aurait dû être mis en place pour concrétiser leur espoir,

- Lois sociales
- Politique sanitaire
- Une politique économique et sociale


-deuxième hypothèse ,  la ou les populations ont dit non alors il eût fallu les accompagner avec dignité sur la voie de l'indépendance.

Tel n'a pas été le cas, et nous savons qu'à bien des égards, la loi de 1946, par ses bilans, a constitué un échec sur tous les plans.

Examinons les critères de cet échec dans les domaines, économique, social et politique.

Le domaine économique

Informations supplémentaires