MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Le système français de colonisation

 

On eut préféré que cette nation assume toute son Histoire, les grands moments de gloire, comme les époques sombres, et en tout lieu.

Encore une fois, nous ne faisons pas l'Histoire, elle a été faite déjà, mais nous nous contentons de dire ce qui s'est passé, afin que chacun comprenne mieux les paradoxes d'aujourd'hui et les aléas de demain, et pour la clarté de la contribution, nous nous limiterons à la période postérieure à 1789, concernant la situation de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion.

Des devises de la République

1792 à 1848

de la liberté

Dans sa soif de liberté, d'égalité et des droits des citoyens devant la loi, la Convention ne pouvait ignorer le sort réservé aux esclaves Nègres des lointaines colonies.

C'est ainsi qu'à partir de l'année 1794 l'Esclavage fut abolie dans toutes les possessions françaises, donnant à toute personne le libre choix de son destin.

On eut crû que la nation aurait reconnu un caractère inaliénable à ce droit, comme celui de la propriété, nouvellement proclamée.

Ce vent de liberté ne souffla pas bien longtemps sur le monde Nègre colonisé, car dès 1802, Bonaparte, nouveau Consul à vie, décrèta le rétablissement de l'Esclavage partout, où hier un vent d'humanisme l'avait supprimé.

Par la volonté d'un homme, mais aussi avec l'assentiment du peuple, qu'il allait dominer jusqu'en 1815, un noir manteau enveloppait nos ancêtres.

Que le lecteur se rassure, l'instauration de l'asservissement dans nos pays, ne se fit pas sans mal, des hommes s'illustrèrent dans l'honneur, les armes à la main, en particulier à la Guadeloupe, Delgres doit avoir une place particulière dans le souvenir de celles et ceux qui n'oublient point.

Dès 1804, Haïti arracha de haute lutte son indépendance, un espoir qui n'a pas été confirmé, par la suite.

De 1802 à 1848 que la nuit fut longue pour nos pères.

Que d'humiliations, que de sévices, mais que d'actes de bravoure, au nom de la liberté, honneur du nègre marron.

Si une certaine philosophie anti-esclavage avait pris corps en Europe et plus particulièrement en France, où le sentiment libéral économique avait tout son poids, bien avant Mai 1848, la colère avait grondé, une colère qui devait mener inexorablement ces femmes et ces hommes enchaînés, à réclamer le compte final au maître.

Malgré une certaine idée répandue faisant croire quel'Esclavage aurait été unilatéralement abolie en Caraïbe, c'est le combat qui a mis fin à cette exploitation de l'homme par l'homme, notamment en Martinique.

1848 à 1946 

de l'égalité

Certes, les hommes en Caraïbe, et plus tard en Guyane et à la Réunion, ne sont plus dépendants d'un maître pour leur survie, mais leur a-t-on donné les attributs de l'égalité qui aurait garanti cette liberté arrachée.

   "Quand un peuple ne peut pas assumer économiquement sa liberté, il n'est pas libre".

De même quand une nation, un Etat ne peut pas assumer économiquement son indépendance, il n'est pas indépendant.

Or, qu'observe-t-on depuis 1848

Les colons de race indo européenne qui avaient un monopole absolu sur la propriété des terres, ont vu leur puissance économique confortée d'année en année, grâce au maintien sur place par la puissance coloniale, d'une armée aux ordres, d'une police peu républicaine, et d'une administration, peu enclin au changement.

Si dès 1848, le gouvernement français était animé par cette philosophie de liberté à l'égard de ces parias des possessions lointaines, alors les terres eurent été partagées, l'économie développée au service de tous, et non au seul profit d'une petite caste indo-européenne, l'Administration organisée de telle sorte que le sentiment d'humiliation ne se perpétue dans la nuit des temps.

Cependant nos pères prirent une part active à deux conflits mondiaux qui hypothéquèrent lourdement notre potentiel humain.


de la fraternité

Alors, reconnaissante, la chance octroya à ces populations lointaines, la loi du 19 mars 1946, portant départementalisation outre- mer, texte dit d'assimilation en vue de l'intégration , mais qui sera pour plus tard, la source de toutes les ambiguïtés , parce que ces peuples là n'ont jamais été consultés sur le fond.

Ainsi donc si la traite des Nègres et le pillage de l'Afrique ont lourdement et pour longtemps hypothéqué l'avenir de ce continent…

L'Esclavage par sa conception même, a compromis durablement l'équilibre psychologique de nos peuples et il s'écoulera des années avant qu'un Nègre de chez nous reconnaisse "la valeur d'un autre nègre".

Le temps des réalités

Informations supplémentaires