MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun  

 

Ce n’est pas parce qu’on est né en Afrique assorti d'une "peau foncée" que l’on peut se déclarer être un Africain voir même de Nègre

...Car Africain et Nègre sont des valeurs qui portent en elles, l’Honneur,la Dignité d’une Race, et comme dirait Fanon, un idéal  qu’on assume ou que l’on trahit.

Et le déplacement en terre africaine de ce Roi soleil sans couronne avec ces échanges plus que douteux au Burkina Faso  et en Côte d’ivoire, ont apporté la preuve que l’homme de ce Continent, et ses diasporas en Europe, ne sont pas rentrés dans le périmètre de la conquête, pour le plus grand bonheur des Occidentaux.

La genèse

 

Cette contribution n'a pas pour prétention de faire œuvre d'histoire.

L'homme d'action, le militant a pour mission de chercher à comprendre, pourquoi les faits d'hier ou d'antan ont un effet direct sur la vie, le comportement, voire même l'avenir de ses semblables.

En ce sens, l'Histoire, résultat de recherches longues et minutieuses, constitue un outil incontournable.

Et de ce fait, elle nous révèle que l'intérêt des européens pour l'Afrique fut tardif.

Mais en cette fin du xvème siècle, époque où se situe le début des malheurs du Monde Nègre, les choses allèrent très vite.
Deux événements successifs vont bouleverser les données humaines :

- en 1487, les Portugais doublaient le Cap de Bonne Espérance, alors qu'en
-
1492, un gesnois financé par la couronne d'Espagne touchait San Salvador, et les îles de la Caraïbe.

Pourl'Afrique, les comptoirs se multiplièrent avec les Portugais, les Français, les Anglais et les Hollandais.

Plus tard, les Belges, les Allemands et les Italiens entrèrent dans le bal du partage de ce gâteau territorial africain.

Du côté des Amériques et des îles de la Caraïbe, la situation tourna rapidement par la ruse et la force à l'avantage des Espagnols, les Français et les Portugais qui prirent possession des lieux.

Dès lors était planté le dispositif de la colonisationet l'Europe put à loisir passer à la phase finale de l'exploitation des hommes au nom de la civilisation.

Se produisit alors un double mouvement concernant les hommes et les biens au détriment du Monde Nègre.

S'agissant des hommes, on assista au départ volontaire d'aventuriers européens désireux de faire fortune dans ces terres lointaines.

Une fois sur place, ils n'entendirent point assurer la rudesse du travail quotidien, et les autochtones indiens ayant été massacrés, il fallut avoir recours à une main-d'œuvre venu d'ailleurs et en nombre.

Quand on aura observé le développement rapide des comptoirs européens en Afrique, à la fin du xvème siècle, on comprendra que la déportation massive des Nègres en direction de l'Amérique et de la Caraïbe fut élevée en toute impunité par les Etats concernés à la hauteur d'une institution lucrative désignée par la Traite des Nègres.

Ces femmes et ces hommes eurent pour destin, et pendant des siècles, le cauchemar de ce qu'il est convenu d'appeler par l'Univers de l'Esclavage.

Parallèlement fut organisé avec méthode et sans ménagement, le pillage de l'Afrique au profit de l'extérieur.

Des fortunes diverses

Informations supplémentaires