MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Le xxème siècle et la politique des Etats- Unis

 

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et dans les premières années au XXe siècle, le gouvernement des États Unisintervint lui-même activement à plusieurs reprises dans les affaires sud- américaines.

Les États-Unis s'étaient donné le droit manifeste de réguler les destinées des turbulentes républiques du Sud; cette politique attisa considérablement, au cours de cette période, l'animosité antiaméricaine en Amérique du Sud et en Amérique centrale.

On a parfois qualifié de diplomatie du dollar ou de politique du gros bâton" cet aspect de la diplomatie nord-américaine. Après que Franklin D. Roosevelt eut déclaré en 1933 que les États-Unis désiraient se comporter en bon voisin à l'égard des autres pays américains s'instaura une politique fondée sur des principes d'amitié et de coopération dite politique de bon voisinage.

En 1960, six pays sud-américains et le Mexiquesignèrent un traité mettant en place une zone de libre échange latino-américaine.

L'année suivante, le président John F. Kennedy prit l'initiative de l'alliance pour le progrès, programme de développement économique et social pour l'Amérique latine.

En avril 1967, les nations membres de l'alliance se réunirent à Punta del Este, en Uruguay, pour mesurer les progrès et réaffirmer leur engagement dans l'alliance. Les accords les plus significatifs portaient sur l'établissement d'un marché commun latino-américain qui remplacerait l'accord de libre échange latino-américain.

Mais l'application du programme de l'alliance se heurta à de nombreuses difficultés économiques, politiques et sociales. Au début des années 1980, la récession économique internationale aggrava les problèmes des pays d'Amérique du Sud, lourdement handicapés par le poids de l'augmentation de la dette extérieure.

Les perspectives s'améliorèrent pour la plupart des pays de l'Amériquedu Sud pendant les années 1990. Le PIB augmenta de plus de 3 p. 100 au cours de la première moitié de cette décennie et les taux d'inflation, auparavant élevés, sont en passe d'être contrôlés.

L'union douanière Mercosur dont les premiers membres furent l'Argentine, le Brésil, le Paraguayet l'Uruguay fut créée en 1995 pour développer l'autosuffisance des économies continentales.

Toutefois, le trait le plus encourageant fut le rejet des dictatures militaires en faveur de gouvernements démocratiques enAmérique du Sud.

 

 

L'Esclavage

Informations supplémentaires