MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Arack, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

Problèmes du xixème siècle

 

En 1825, après quinze années de guerre, l'Amérique espagnole était libre. Elle sortit affaiblie du conflit!; les mines, par exemple, étaient dévastées. Ces nouvelles nations allaient être longtemps soumises aux États bailleurs de fonds, comme le Royaume-Uni, et aux compagnies commerciales privées.

Les États souverains issus de l'empire colonial espagnol étaient la Grande-Colombie, le Pérou, le Chili, les Provinces-Unies du rio de la Plata (par la suite Argentine), le Paraguay et la Bolivie.

Entre 1830 et 1832, la Grande-Colombie se divisa pour former les États souverains du Venezuela, de l'Équateur et de la Nouvelle-Grenade. Jusqu'en 1903, la Nouvelle-Grenade, qui devint par la suite la Colombie, englobait le Panamá. L'Uruguay, après des périodes de contrôle portugais et brésilien, devint un État souverain en 1828.

Malgré leur étroite coopération pendant la révolution, les colonies espagnoles ne suivirent pas l'idéal de Bolívar, la formation d'une fédération sud- américaine espagnole, en raison des rivalités régionales, de l'immensité des territoires, de l' insuffisance des voies de communication, des ambitions personnelles et par manque d'expérience politique des dirigeants, ainsi que de l'absence de traditions démocratiques.

Ces deux dernières raisons contribuèrent, pour une grande part, à l'instabilité politique dans les républiques nouvellement créées. La prospérité et la puissance politique se concentraient toujours dans les mains de l'Église et de quelques familles puissantes

 Les groupes politiques conservateurs et libéraux s'y opposèrent de manière implacable, comme le firent les créoles et les péninsulaires de la période coloniale.

Les révolutions étaient fréquentes et certains pays furent pendant longtemps soumis à une dictature militaire. De ce fait, le développement social et économique en Amérique du Sud prit du retard au cours du XIXe siècle.

Après 1900, l'évolution fut plus rapide, notamment en Argentine, auBrésil et au Chili, les puissances ABC comme on les appelait.


Les problèmes frontaliers provoquèrent de sérieuses controverses entre les différentes nations, allant parfois jusqu'à la guerre.

La guerre entre le Paraguay et les forces unies d'Argentine, du Brésil et de l'Uruguay, entre 1864 et 1870, fut une des plus féroces d'Amérique. La guerre du Pacifique dura de 1879 à 1883 et opposa le Chiliaux forces de la Bolivie et du Pérou (voir Tacna et Arica, conflit de).

La guerre du Gran Chaco entre le Paraguayet la Bolivie, de 1932 à 1935, fut l'apogée d'un conflit de longue date entre les deux pays.

La doctrine Monroe, promulguée par les États-Unis en 1823, joua un rôle important, au XIXe siècle, dans la prévention d'une intervention européenne dans la partie septentrionale de l'Amérique du Sud.

 

Le XXè siècle et les Etats Unis

Informations supplémentaires