MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Les raisons d'une adhésion

 

Rien ne serait plus intolérable, plus inconcevable, plus honteux, de se lever un matin en constatant que Radio SUN F.M, fréquence 101.5, a cessé d'émettre ou n'émet plus.

Une voix qui s'éteint, des peuples /


- afro-caribéens,
- guyanais,
- réunionnais,


qui disparaîtraient en tant qu'entité culturelle historique et ethnique sur la place de Lyon.

Tel serait, madame, monsieur, ce verdict implacable et irréversible.

Quand dans une communauté, telle que la nôtre, minoritaire, marginalisée, on dispose d'un tel outil, d'un tel instrument de communication, il est devoir impérieux de chacune et de chacun, quel que soit son rang, sa place, sa situation, dans cette société indo européenne de culture, dans laquelle nous évoluons, de tout mettre en œuvre selon ses moyens, afin d'assurer la pérennité de cette Radio.

Ce discours doit être compris par chaque membre de nos communautés africaines, caribéenne, guyanaise, réunionnaise.

Si tel n'est pas le cas, il faut admettre que nous avons un problème...

J'ajouterai même un gros problème…

Pour s'en convaincre, écoutez et appréciez ce court monologue, à son juste niveau.

Européen de race blanche, nationalité française, mon interlocuteur est intarissable, je l'observe et l'écoute avec attention, et surtout intérêt.

Je cite  " Je reconnais cette voix, vous intervenez, n'est-ce pas, sur la Radio SUN de Vénissieux… J'aime bien écouter votre musique, j'ai fait mon service militaire dans la coopération et ensuite j'ai vécu pendant quelque temps au Togo 

Voyez-vous, cher monsieur, ce que vous dites est vrai. Vous êtes cultivé, vous avez le sens de l'Histoire, avec votre charisme, vous faites un excellent tribun , -merci c'est trop- , mais je doute que vous soyez compris , ah bon ...

Je les connais ces gens là, avec leur peu de moyen, ils viennent chez nous pour trouver un boulot, et dès qu'ils ont un peu d'argent, c'est pour acheter une voiture neuve, et se donner du bon temps le samedi soir...

D'ailleurs, de ma fenêtre, j'entends leur conversation quand ils s'expriment en français... Alors, parler de culture, de solidarité, de rigueur, ne passe pas, au pire, pour certains, vous en ferez des -révoltés-...fin de citation.

Edifiant, n'est-ce pas ...

Ce type de propos, style-café de commerce-, appelle de ma part deux observations./

1°) Cet homme a ses certitudes, il est indéniable qu'il a de nos communautés une image déformée, basée sur une analyse qui manque de profondeur, néanmoins, j'en prends acte car je ne peux pas lui donner totalement tort.

2°) Comme tout européen paternaliste, mon interlocuteur est dérangé par mon discours bi-hebdomadaire qui trouve un écho certain. Il redoute la contagion et donc la prise de conscience collective à moyen et long terme.

C'est du reste le sens profond de ma démarche, labourer large pour l'avenir.

En homme averti et observateur responsable, je ne me fais aucune illusion sur le court terme, en clair et à part quelques rares exceptions, ce n'est pas avec la génération de personnes caribéennes, guyanaises et réunionnaises, venues en France par l'intermédiaire du BUMIDOM, négrier des temps modernes,  ou l'A.N.T. et leurs descendants directs, que je soulèverai des montagnes, en obtenant des résultats tangibles dans les domaines, notamment

- du devoir de mémoire,
- nos racines,
- la solidarité,
- l'acquisition de connaissances nouvelles,
- le besoin de culture,
- la rigueur intellectuelle,
- le goût de l'entreprise.

Liste non exhaustive…

Je table sur la soif de savoir des jeunes, sur le besoin de connaissances des générations montantes, sachant en tout état de cause que l'acte final, notre destin, devra se dénouer enCaraïbe, en particulier.

Si mon interlocuteur est à l'écoute, il sait à quoi s'en tenir, il n'y aura de ma part aucune compromission, aucune concession sur l'essentiel.

En fait, le problème qui est posé à nos communautés de la diaspora, ou si vous voulez le challenge à gagner, concerne la place, l'influence de Radio SUN F.M. dans le P.A.F. à Lyon , le paysage audiovisuel français.

SUN F.M., dont je vous rappelle est une radio à gestion associative.

A l'évidence, un tel instrument conçu, géré par des nègres, qui en l'espèce démontrent leur savoir-faire, ne plaît pas à tout le monde, en particulier et bien malheureusement, il faut le dire, à une fraction importante de nos frères de race...

...Qui ont installé à titre définitif dans leur mental, j'en suis convaincu mais attristé, que tout ce qui n'est pas réalisé par l'indo-européen n'est pas bon, à fortiori dirigé par des nègres, est forcément mauvais, réflexe d'une culture consécutive à 400 ans de servitude et de domination coloniale.

Du reste, ce n'est pas hasard si les subventions promises sont versées parcimonieusement ou n'arrivent pas.

Notre station de radio a donc un besoin urgent de financement en raison de l'extraordinaire déficit d'adhésion concernant notre diaspora, toutes catégories confondues.

Nous sommes toutes et tous concernés, exigences de toute nature se manifestant ici ou là, légitimes ou non fondées, peu importe.

Que représentons nous d'âmes dans l'agglomération lyonnaise , caribéens,africains, guyanais, réunionnais, et autres assimilés, 30 000, 40 000, 50 000 femmes et hommes, toutes et tous désireux d'être informés, représentés, respectés, c'est légitime.

Alors, faites ce geste de la raison, et de l'intelligence.

Démontrez que vous madame, vous monsieur, vous ne vivez pas en marge du mouvement de l'audace et de la réussite.

Apportez dès aujourd'hui votre adhésion à Radio SUN F.M. accompagné du versement de 7,62 € ,50 F pour l'année, soit 2,13 centimes d'euros , 0,14 F par jour, avouez que ce n'est pas une ruine, mais ô combien votre geste sera significatif.

La diaspora vous en sera reconnaissante.

Jusqu'à maintenant, pour gommer certains comportements, des dérapages ou de graves insuffisances, j'ai invoqué le poids de l'Histoire 

Mais viendra le temps où cet alibi sera devenu suranné.

Alors sera fait le distinguo entre le nègre, fier, conquérant, dont le mental toujours vainqueur sera un défi permanent pour l'Occident, et le négrillon, servant de marchepied à l'indo-européen, car vaincus, nous sommes des parias, vainqueur nous serons des héros au regard de l'Histoire.

L'homme qui vous tient ces propos a refusé avec maestria la médaille du travail, et tous les avantages notamment financiers qui s'y attachent, pour deux raisons /


1°) toute distinction honorifique est une affaire franco-française.
2°) jadis en guise de récompense, mes ancêtres avaient droit au fouet.

Belle revanche sur l'Histoire n'est-ce pas...

Beau défi qui a laissé la nomenklatura indo européenne, toute abasourdie.

Alors bonne et massive adhésion à /

Radio SUN F.M.

Léonce Lebrun

Radio SUN FM, une année d'existence déja

Informations supplémentaires