MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

En pleine campagne électorale  des minorités ethniques sont visées directement par certains qui opèrent un rapide raccourci entre immigration et insécurité...

Mais en quoi ces minorités constituent une menace pour les institutions républicaines, et on finit par penser que leur regroupement tant redouté, peut constituer une force  politique non négligeable pour la défense des droits des personnes concernées, d’où la manouvre de les repousser dans la mouvance du  Communautarisme, synonyme de dévaluation sociétale…

Présidentiable

 

Vous avez dit assimilation ;

Vous avez dit intégration.

Ils sont venus, ils sont tous là, il y a même l'exilé de Bruxelles, Jacques, qui est devenu un fils maudit, depuis qu'il a refusé de s'embarquer pour la grande course élyséenne.

Oui, ils sont tous là, Edouard, Jacques, Charles, Valéry, Pierre, Arlette, Simone, etc…, il y en aura d'autres,or déjà, l'observateur averti, aura relevé au passage qu'ils sont " toutes " et " tous " des européens.

Mais pourquoi dans cette galère, ne prend place aucun caribéen, ni de guyanais, voire même de réunionnais.

Ces femmes et ces hommes que l'on dit "français" sont-ils si incapables, au point de ne pas être en mesure de mettre en avant, une ou plusieurs candidatures susceptibles de briguer les suffrages, de ces 40 millions d'électeurs du printemps prochain.

Que nous prenions part, à titre personnel ou non au scrutin, soulever cette question c'est poser le problème de la dignité de notre Race et de nos communautés dans ce pays, sans animosité, mais avec courage et fermeté.

Tous les 7 ans, depuis 1962, le peuple français a rendez-vous avec son Histoire, sa politique, son avenir, et, j'ajouterai,… sa culture.

Oui, par sa culture, ce peuple n'accordera ses faveurs, qu'aux femmes et aux hommes qui font partie intégrante de ses traditions, pour ne pas en rajouter davantage, laissant le soin aux auditeurs de réfléchir.

Toutefois, il va s'en dire que nous, caribéens, guyanais, réunionnais, avons notre Histoire, nos traditions, et c'est tant mieux ainsi, pour nous en référer avec intelligence.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires