MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

La grande proximité de la France avec  l’Etat hébreu, est une source permanente de disfonctionnement, oû disparaît la notion de « souveraineté », qu’à l’occasion d’évènements tragiques du 7 Janvier 2015, un dirigeant de Tel Aviv repart avec des dépouilles mortelles de nationalité francaise, suivant  l’accord du Parquet de Paris et donc du Gouverenement,( secret d'Etat ou de défense) sans doute, alors même que l’institut Médico légal ne s’est pas prononcé, après autopsie des corps, sur la nature des projectiles touchés par les vcitimes, ce qui est une anomalie flagrante, par rapport aux règles du Droit

Que suivant une incivilité ou autre, ayant touché un citoyen de confession judaîque, il lui suffit de faire état de cette appartenance pour bénéficier du label de « circonstances aggravantes » une dispossition contraire à l’Egalité des citoyens devant la loi, et va à l’encontre du concept de la laïcité.

En sommes une religion, le Judaïsme transformé en Race… Mais, où est la place du Racisme dans cette chienlit…

L'audio-visuelle au service de la vérité

 

Ces dernières semaines écoulées ont été riches en déclarations, événements et enseignements de toute nature. Pêle- mêle, au passage, par ici... le ministre français… dit "de l'outre-mer", qui déclare, je cite, -Les Corses, dans leur immense majorité, ne désirent ni d'un statut de D.O.M. ni de T.O.M. ils veulent vivre comme dans un département français- , fin de citation.

Bravo monsieur le ministre, votre analyse est juste, quoique limitée.

Si les Corses savent ce qu'ils veulent, par contre moi, je sais quelle situation je ne veux pas voir perdurer pour mon pays.

par-là, le Premier ministre français, en voyage au Canada, qui proclame à qui veut l'entendre dans la province du Québec : "Vous, nos cousinsd'Amérique, quelle que soit l'évolution de votre statut, que la France appelle de ses vœux, nous serons toujours à vos côtés "

Que dire de cette prise de position en tant qu'observateur ...

Malgré les usages diplomatiques, l'homme politique français n'a pas hésité à inviter les québécois du Canada, à tout mettre en œuvre, pour doter cette province, d'une souveraineté nationale tant espérée.

Une observation s'impose tout de même. Le Québec est une terre bien attachée au Canada à ce que je sache, dont les institutions de ce pays autorisent de larges prérogatives.

Ce n'est tout de même pas le cas pour la Réunion, la Kanaky, laGuyane, la Martinique, Tahiti, la Guadeloupe Autant de pays, distants de milliers de kilomètres de l'Europe, mais mis dans l'obligation d'en référer à Paris pour toutes questions concernant leur vie au quotidien.

En d'autres termes, comment admettre que 19 Kanaques ont été assassinés à Houvéa ,en Kanaky,au service de l'indépendance de leur pays en mai 1988, alors même qu'en Corse les nationalistes paradent, armes sophistiquées en bandoulière, pour la provocation.

Madame, Monsieur, Caribéens, comme moi, Guyanais ou Réunionnais, vous n'avez pas une petite idée…?

Quant à moi, j'en ai une, mais peut-on s'en contenter, alors même que la dignité de mon peuple, l'honneur de ma race, sont les enjeux directs.

Autre affaire affligeante : l'histoire de Véronique AKOBE.

…jeune ivoirienne,AKOBE, a été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle par la Cour d'Assise des Alpes Maritimes, alors même qu'elle avait subi les violences sexuelles de son employeur, et du fils de ce dernier.

A noter que lors du procès, l'avocat général avait requis une condamnation de 15 ans maximum. Cette affaire a eu lieu en 1990 et ce n'est qu'en 1996 qu'elle a été ébruitée. Normal, au pays des droits de l'Homme, il n'est pas concevable que les choses médiocres se sachent, racisme au quotidien, ostracisme larvé, hypocrisie de toute nature.

Enfin, a été commémoré le 148ème anniversaire de l'Abolition de la Traite des Nègres en Afrique et de l'Esclavage en Caraïbe, à la Réunionet en Guyane.

A cette occasion, une exposition avait été organisée dans la banlieue de Lyon(Rhone) permettant aux uns et aux autres de se situer dans le temps et l'espace afin de revivre les durs moments de ces ancêtres,.. nos ancêtres.

Il n'y eut pas foule pour donner suite, au titre des communiqués qui nous intéressent. Et pour cause, on leur a dit et répété qu'ils étaient les descendants de gaulois, ils y croient, ces négrillons.

Alors vous et moi, les Nègres, nous les retrouverons le 14 juillet, martelant le bitume pour applaudir les armées de la puissance coloniale à Lyon, à Paris, à Bordeaux.

14 juillet 1789, une date symbolique, à l'occasion de laquelle la bourgeoisie naissante, aidée du peuple parisien, se fraye un difficile chemin vers une démocratie à l'anglaise.

A la même époque, en Guyane, à la Réunion, en Afrique, en Caraïbe, nos pères sont déracinés, humiliés enchaînés, fouettés, asservis par l'indo-européen français, anglais, espagnol.

Pour la France, en particulier, c'est une véritable institution avec la mise en exécution du CodeNoir dans toute sa férocité.

La mourante Convention de 1794 assouplira le dispositif, mais dès 1802, Napoléon Bonaparte reviendra à la case départ. Notre Histoire n'a débuté ni en 1848, ni en 1946. Avec le temps, au temps, chaque jour, par une froide détermination, cette Histoire là se construit.

Tant qu'il y aura des Nègres...

Pendant cette période, j'ai observé l'omniprésence de la France en Afrique, bien évidemment, soit en faisant parader son armée dans les rues de Bangui, en CentreAfrique soit en pesant sur le résultat des élections présidentielles au Tchad.

Sur toutes ces questions, nous en débattrons à l'occasion de la soirée de mardi prochain, consacrée à la Coopération.

Mais l'événement aussi, ce furent les spectacles cinématographiques sur le petit ou le grand écran. La télévision nous a présenté le "Grand Blanc de Lambaréné",et "Périgord Noir", tandis qu'au cinéma, on a pû voir "Les Caprices d'un fleuve,et "l'Exil du Roi Béanzin".

Tout d'abord, tous ces films qui mettaient en lumière l'Histoire et les aléas du MondeNègre de qualité plus que moyenne, pêchaient par la faiblesse au niveau du scénario.

Pourtant, les sujets n'en manquent pas, au même titre que de bons acteurs dans nos communautés .Mais en France, les comédiens noirs sont confinés dans des rôles médiocres, et des films de peu d'intérêt.

Quand on connaît le rôle du cinéma sur l'éducation des jeunes, à la recherche du modèle, on mesure mieux le caractère négatif de l'intégration à la française, ni plus ni moins ,au service de la seule race de souche européenne.

Pour bien comprendre cette affirmation, il faut avoir dans l'esprit, qu'un acteur excelle dans tous les rôles, quelle que soit la couleur de sa peau, et pour s'en convaincre, il suffit d'en référer au cinéma américain….

Deuxième observation qui conforte la première, à savoir le peu d'intérêt que le public, toutes catégories confondues, a réservé à ces films. A l'affiche pendant quatre semaines, "Les Caprices d'un fleuve" a réuni la plus faible assistance malgré une bonne publicité de lancement.

 Qualité du spectacle ou nature du scénario ? Pour ma part, je penche pour le deuxième cas de figure. Le Français, en effet, refuse toute réalité historique qui met en lumière et prend en défaut le dogme de la patrie des droits de l'Homme.

De ces déclarations, de ces événements, petits ou grands, que peut-on tirer comme enseignement à titre individuel et collectif, pour enrichir la réflexion.

Chacun doit rester sur sa garde, afin de ne pas gâcher les perspectives de succès de nos communautés afrodescendants J'ai pour coutume de dire qu'en cette fin du 20ème siècle, le Monde Nègre est placé sous la tutelle de l'Occident, qui dispose d'une haute technologie, une avance scientifique, une économie de haut niveau, de l'énergie nucléaire civile et militaire…

Mais qu'importe, car nous ne sommes que les contemporains d'une situation qui forcément devra changer. En vérité, l'Histoire nous a appris que, quel que soit son niveau, une civilisation ne résiste pas à l'épreuve du temps.

Rappelez-vous ce vieux proverbe caribéen, bien de chez nous : Chaque.. etc.

Valable pour tout individu, tout peuple, toute nation, toute civilisation, oui, chacun son tour.

J'y crois avec le temps, au temps…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires