MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

Le terrorisme

 

Immigration, insécurité, terrorisme, voilà le triptyque sécuritaire sociétal en vogue dans certaines Nations de l’Occident.  

Chaque composant de cet attelage, appelle un long développement, faisant  ressortir  pour les populations visées …  

…que  la mouvance  maghrébine est en pole position pour un rejet à base de rancœur vis à vis des peuples qui  se sont émancipés de la tutelle colonialiste.

Car après plus de 60 ans une certaine opinion a bien du mal à digérer   ce concept universel …

 

du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

 

Et donc l’islam est devenu  un excellent repoussoir  avec cette propagande dérisoire de rendre collectivement  responsable, des actes criminels isolés …

 

…, les musulmans qui aspirent à vivre en paix dans ce pays…

 

… à moins de démontrer qu’ils ne sont pas des citoyens à part entière.

 

Mais qu’est ce que le « terrorisme » qui a fait naître en un temps record un vocabulaire islamophobe insupportable depuis cette journée sanglante à Paris du 7 Janvier 2015.

 

Au cours de l’Histoire on a toujours confronté à des situations dangeuruses de guerre, isolées...

 

... Si nous remontons au Conflit mondial de 1939- 1945, les maquisards en France  avaient recours à tous les moyens pour contrarier la présence militaire  allemande...

 

...des actions considérées comme du terrorisme par l'Etat major du 3è Reich, dont les auteurs arrêtés par la Gestapo,(Police politique allemande à l'époque) les SS, et autres "collabos" français s’exposaient aux pires châtiments.

 

Mais après l’Armistice de 1945  ces hommes de l’ombre ont été considérés comme des héros.

 

Par ailleurs ,durant l’occupation de la Palestine par les Britanniques, le bras armé l’Irgoun de l’Organisation nationaliste hébraïqueHaganah, multiplia les opérations et autres missions de terreur...

 

...dont l’explosion de l’Hotel de David, le 22 Juillet 1946, logeant des familles militaires, faisant des centaines de tués et blessés.

 

Et  de nos jours l' Etat hébreu est bien mal placé pour accuser les résistants palestiniens de terrorisme.

 

Car l’Histoire choisit toujours son camp, terroriste aujourd’hui, héros demain.

 

Et donc, qu’on ait présent à l’esprit, que des Occidentaux sont sur le pied de guerre depuis 1945,  détruisant et destabilisant sans motif, des pays entiers Arack, Libye, Syrie …

 

…que demain et tôt où tard, la mouche ayant changé d'âne, les descendants de ces victimes innoentes d’hier, exigeront  des comptes aux nations de l'Occident, responsables…

 

…alors là, bonjour les dégâts, car voici venu le temps des commandos puissamment armés, avec des hommes obéissant aux ordres ,opérant sur des cibles déterminés...

 

...car la roue tourne toujours, ainsi va l'Histoire de notre Humanité...

 

… mais au fait ,devra- t-on les qualifier de "terroristes"…

L'alliance afro-caraïbéenne

 

Au même titre que l'Histoire rend ses verdicts, la mer, dit-on, rejette toujours ses cadavres. Bien évidemment, je ne précise pas la nature de ces cadavres, ni même la durée pendant laquelle ils ont séjourné hors du temps...

...Une heure, une année, des siècles ? Peu importe, il s'agit là de convenance personnelle, façonnée par l'éducation, le temps, l'environnement, la maîtrise de l'événement…

Bref, à chacun son destin. Le destin, on y croit ou on rejette, un mot magique qui ne peut laisser personne dans l'indifférence...

...Au plus profond de lui-même, tout être conscient, scrute l'avenir avec bonheur ou tristesse, que demain me réserve- t'il!…

Si un destin existe pour une personne, il est aussi valable pour un peuple, une nation, une race et nous en revenons toujours au même point...

...Rien n'est définitif, car nous sommes les contemporains de l'Histoire et nous avons, chacune et chacun, l'impérieux devoir d'en modifier la trajectoire.

De fait, en 1993, j'écrivais qu'en cette fin du 20ème siècle, le Monde Nègre était placé sous tutelle, un constat qui n'emporte nullement adhésion car de même que la mer rend ses cadavres , "chaque cochon a son samedi"…

...A l'évocation de ce proverbe bien caraïbéen , les choses bougent et comme il faut.

Pour bien comprendre cette nouvelle donne, il faut revenir en arrière si vous le voulez bien.

Précisément, à partir de 1946, après la seconde guerre mondiale, l'empire français, quoiqu'attaqué sérieusement sur le front oriental avec l'offensive indochinoise, conserve de solides bastions en Afrique, dans le Pacifique, en Caraïbe.

Plus que le pillage des richesses, détenues dans les colonies, l'administration française a montré son vrai visage. C'est le temps où l'obscurantisme des masses colonisées est à son apogée.

D'une façon générale, sur l'ensemble de la planète, l'homme noir est présenté comme un objet de la nature. On lui dénie le droit d'être un sujet de l'Humanité, privilège qui est réservé au seul monde indo-européen.

En Caraïbe, où nous descendons des Gaulois, dit-on, Martiniquais et Guadeloupéens sont divisés sur l'essentiel, leur racine, alors même que la " mère patrie " prépare ses enfants zélés qui seront pour certains, devenus administrateurs de colonies "...

...Plus blanc que moi tu meures ", ayant à leur service des "mamas", des "zoulous", des "nègres guinés", des "nègres marrons", autant d'expressions largement répandues dans nos pays pour la gloire de la puissance coloniale .

Et puis est venu le temps de la décolonisation, un temps où les administrateurs de colonies ont dû se résigner à partir, laissant derrière eux, trahison, mensonge, humiliation. L'Afrique avec sa Coopération… La Caraïbe, installée dans la désillusion de l'assimilation…

Tout avait été mis en place pour que ces deux peuples caribéens et africains s'ignorent, se haïssent, se combattent.

Mais voici que le destin est passé par là, à Lyon, ce fut la rencontre de deux mondes, une aventure qui a priori n'était pas programmée par les actes, mais qui sait, dès lors qu'il n'y a pas de hasard, où plus exactement, que le hasard n'a que peu de place dans le destin des hommes.

Oui, ce fut à Lyon que des femmes et des hommes originaires de la Caraïbe et de l'Afrique décidèrent de mettre en commun leur courage, leur intelligence, leur imagination, pour se lancer dans l'aventure de la radio et de la communication.

De ces retrouvailles naturelles, est né SUN.FM, station de radio afro-caraïbéenne que chacune et chacun se plaît à écouter, notamment à l'occasion de ces longues heures de détresse, consécutives au déracinement et à l'éloignement de nos pays respectifs.

Radio SUN F.M. 101.5, ce fantastique instrument de diffusion des idées, de divertissement, c'est le résultat le plus tangible de l'alliance afro- caraïbéenne, une expérience exemplaire en France...

... Et probablement unique en Europe, qui a pu voir le jour et se pérenniser, grâce à la ténacité, la vigilance, l'intelligence et le sens de la diplomatie d'un homme, que nous connaissons en la personne de "Gilles".

Ils sont venus, ils sont tous là, il y a même l'enfant maudit. Cet enfant maudit, par qui arrivent tous nos malheurs...

...Cet empêcheur de tourner en rond, qui prend un malin plaisir à nous tenir régulièrement un discours sur la responsabilité, la dignité, l'indépendance de la Caraïbe...

... De toute la Caraïbe, du devoir de mémoire, des nègres marrons, des institutions, de la souveraineté de nos peuples encore sous tutelle…

Bref, s'en est trop pour nous, ces "descendants de gaulois", qui rasons les murs, prêts à toutes les compromissions au service de l'homme indo-européen, qui ne se gênera pas de poursuivre sa domination, mille ans, ad vitam aeternam, si personne ne se dresse pour dire ..Non.

Cet enfant maudit qui exhorte le courage, méprise la lâcheté, et nous fait "mal voir" par les français, glorifie le nègre, voue aux orties les négrillons.

Eh ! Oui, cet enfant maudit, c'est votre serviteur, un fervent et chaud partisan de l'alliance afro- caraïbéenne, l'Homme des Assises de 1993 qui scrute l'Histoire,et dont la perspective de 1998 ne pouvait lui échapper.

1998, 150ème anniversaire de l'Abolition de la Traite des Nègres en Afrique, de l'Esclavage en Caraïbe, à la Réunion, en Guyane…

1998, le rendez-vous du Monde Nègre.

1998, le rendez-vous de l'axe Afrique, Amérique, Caraïbe, un temps fort pour nos peuples, un espoir pour notre race, une chance pour l'Humanité…

N'est-ce pas que la mer rend toujours ses cadavres.…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires