MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Vous avez dit bizarre

 

Je suis d'un naturel curieux, de cette curiosité saine et profonde, qui pousse les hommes à plus de savoir, afin de mieux se préparer vis à vis des aléas, d'un avenir incertain.

Dans cet état d'esprit, je consacre toujours un peu de mon loisir, un temps précieux pour lire tout ce qui me paraît utile à la nourriture de "l'intellect".

Donc,
L'autre jour, je suis tombé sur deux magazines, l'un spécialisé dans les programmes de télévision qui se faisait l'écho des griefs du comédien "M", mulet, comme vous le savez, dans la série "NAVARRO" de TF1 (France), l'autre, de nature confessionnel, "La Vie Catholique", pour ne pas le citer, présentant les femmes politiques, en France.

Dans le premier magazine, notre compatriote caribéen, M, se plaint à juste titre, que les comédiens -non blanc- ont droit dans les films français, à des rôles subalternes, sans intérêt, contrairement au cinéma américain, où l'acteur noir peut exceller dans n'importe quelle situation.

De quoi s'agit-il, d'une affaire de talent, de compétence, où tout simplement d'un e manière de vivre, de concevoir cette forme d'intégration à laquelle je n'y souscris pas, et qui montre à bien des égards, qu'elle a ses propres limites physiologiques et psychologiques.

Car, qui pourrait nous faire croire que le comédien caribéen, guyanais, réunionnais, n'a pas autant de talent que son homologie américain.

Quant à La Vie Catholique, elle a tout simplement oublié de mentionner le nom de Madame... l'actuelle ministre déléguée à l'Action Humanitaire et aux Droits de l'Homme.

Rappelons pour la petite histoire, que notre compatriote a déjà occupé le poste de Secrétaire d'Etat à la Francophonie dans le premier gouvernement de cohabitation, de 1986 à 1988.

Elle est Présidente du Conseil Régional de la Guadeloupe (Caraïbe), et fait plus remarquable, la seule femme de Gouvernement actuel, qui ait affronté le suffrage universel, élue, députée dans sa circonscription de la Guadeloupe avec un score élevé.

L'intéressée qui n'a pas été citée, milite pourtant, à ce que je sache, pour une francisation sans faille, suivant la couleur politique, de l'équipe en charge des affaires du pays à Paris (France).

Vous avez dit bizarre...

Sur tous ces points, j'y reviendrai en détail.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires