MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Dans aucun pays du Monde il n’y a un tel vocabulaire de marginalisation des minorités, qu’elles soient politiques ou sociétales, en vertu des diktats de la "Démocratie" qui impose la loi d'une majorité, certes légale, mais non légitime, d’un point de vue morale, car elle peut être idiote, obtenue sous le coût d’un enfumage  bien rodé, destiné aux naïfs d’un Système à bout de souffle…

... Et vous avez : communautarisme, diversité, populisme, islamisme radical,  radicalisation et le dernier né, terrorisme, dont le Pouvoir exploite politiquement les conséquences, avec le concours de médias affidés, tout  en  niant délibérément les causes, par exemple la destruction de l’Etat libyen….

Emigration - Mobilité

 

Le débat ou la controverse, si je peux m'exprimer ainsi, est officiellement relancé.

En effet, à l'invitation de l'A.N.T. s'est tenue à Paris (France), dans les salons de l'Assemblée Nationale -rien que ça-, les premières assises concernant la"Mobilité".

Rappelons pour la petite histoire que l'A.N.T, est dirigée actuellement par une personne originaire de la Réunion et dès lors, on comprend tout l'intérêt pour ce responsable, de faire connaître les thèses de la mobilité, mais delà à élever ce fantasme à la hauteur d'une propagande, au service de l'attachement à la " mère patrie ", (vu, bien entendu, du côté réunionnais), il y a là un obstacle, que tout observateur vigilant ne peut franchir.

Du reste, les rares caribéens et guyanais, présents à ces assises de Paris, ne se sont pas sentis concernés par les paramètres de la mobilité, lui opposant la logique de l'Emigration et je vois dans cette opposition de sensibilité, un signe ô combien positif, pour l'évolution des mentalités des gens originaires dit-on de l'Outre-Mer.

Mais qu'est-ce que la mobilité ?

Qu'entend-t-on par Emigration ?

Les observateurs qui ont suivi les travaux préparatoires des premières assises nationales des Associations Outre-Mer, de Juin 1993, n'ont pas manqué de relever le différent apparu entre Caribéens et Réunionnais à propos de ces deux concepts, à ce titre l'assemblée générale du 12 Juin avait largement approuvé ma proposition portant sur la création d'un Haut Comité de l'Emigration, une Institution privée, chargée de représenter les intérêts de tous les originaires de la Caraïbe la Guyane la Mélanésie la Réunion et Tahiti avec la collaboration harmonieuse d'autres ressortissants, bien entendu.

Car selon la conception réunionnaise, du moins de certains, j'ose l'espérer, la Réunion c'est la France, pas de frontière, pas d'océan, bref le réunionnais qui laisse son village natale pour s'exiler à plus de 10.000 Km, c'est comme l'alsacien qui s'en va séjourner à Lille, c'est le mobilité, nous touchons là le somum de l'aliénation

Par opposition, pour le caribéen, celui qui laisse son pays pour quel que motif, notamment pour cause économique, en s'installant ailleurs, réalise un acte d'émigration,. c'est la logique qui commande au bon sens.

L'auditeur aura compris que mobilité et Emigration n'est pas une simple question de mots, mais au-delà, se place bien toute une conception de notre Histoire, du vécu au quotidien et de la dimension de notre avenir.

D'un côté on a bel et bien abdiqué, perdant par là même tout espoir d'avancer la tête haute.

De l'autre le camp que j'ai choisi, on observe, on se prépare, car et c'est là l'essentiel, on croit au principe fondamental, du droit des peuples de disposer d'eux mêmes

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires