MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Emigration - Mobilité

 

Le débat ou la controverse, si je peux m'exprimer ainsi, est officiellement relancé.

En effet, à l'invitation de l'A.N.T. s'est tenue à Paris (France), dans les salons de l'Assemblée Nationale -rien que ça-, les premières assises concernant la"Mobilité".

Rappelons pour la petite histoire que l'A.N.T, est dirigée actuellement par une personne originaire de la Réunion et dès lors, on comprend tout l'intérêt pour ce responsable, de faire connaître les thèses de la mobilité, mais delà à élever ce fantasme à la hauteur d'une propagande, au service de l'attachement à la " mère patrie ", (vu, bien entendu, du côté réunionnais), il y a là un obstacle, que tout observateur vigilant ne peut franchir.

Du reste, les rares caribéens et guyanais, présents à ces assises de Paris, ne se sont pas sentis concernés par les paramètres de la mobilité, lui opposant la logique de l'Emigration et je vois dans cette opposition de sensibilité, un signe ô combien positif, pour l'évolution des mentalités des gens originaires dit-on de l'Outre-Mer.

Mais qu'est-ce que la mobilité ?

Qu'entend-t-on par Emigration ?

Les observateurs qui ont suivi les travaux préparatoires des premières assises nationales des Associations Outre-Mer, de Juin 1993, n'ont pas manqué de relever le différent apparu entre Caribéens et Réunionnais à propos de ces deux concepts, à ce titre l'assemblée générale du 12 Juin avait largement approuvé ma proposition portant sur la création d'un Haut Comité de l'Emigration, une Institution privée, chargée de représenter les intérêts de tous les originaires de la Caraïbe la Guyane la Mélanésie la Réunion et Tahiti avec la collaboration harmonieuse d'autres ressortissants, bien entendu.

Car selon la conception réunionnaise, du moins de certains, j'ose l'espérer, la Réunion c'est la France, pas de frontière, pas d'océan, bref le réunionnais qui laisse son village natale pour s'exiler à plus de 10.000 Km, c'est comme l'alsacien qui s'en va séjourner à Lille, c'est le mobilité, nous touchons là le somum de l'aliénation

Par opposition, pour le caribéen, celui qui laisse son pays pour quel que motif, notamment pour cause économique, en s'installant ailleurs, réalise un acte d'émigration,. c'est la logique qui commande au bon sens.

L'auditeur aura compris que mobilité et Emigration n'est pas une simple question de mots, mais au-delà, se place bien toute une conception de notre Histoire, du vécu au quotidien et de la dimension de notre avenir.

D'un côté on a bel et bien abdiqué, perdant par là même tout espoir d'avancer la tête haute.

De l'autre le camp que j'ai choisi, on observe, on se prépare, car et c'est là l'essentiel, on croit au principe fondamental, du droit des peuples de disposer d'eux mêmes

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires