MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Révisionnisme

 

 Pour ce jeune maghrébin de Sens, ce fut... "Mississipi Burning".

  Madame, monsieur, originaire de la Caraïbe, la Réunion, la Guyane, de l’Afrique ou du Maghreb, si vous frappez une personne de race indo européenne, phénomène banal, vous serez qualifié de sauvage.

  Renversons le cas de figure, votre agresseur, de race indo européenne, sera qualifié de raciste.

  Mais où est la différence me direz-vous ? Bonne question mon cher docteur WATSON.

  Dans nos pays respectifs, étant considérés comme peu civilisés, voire même incultes, nous sommes condamnés à être dociles, accueillants, passifs.

  En France, nous devrions en plus nous montrer compréhensifs, être les souffre-douleur du Système, au demeurant avoir un comportement d’abrûti pour être considéré comme de braves gens ayant de bon caractère. Très limité comme valeur humaine, mais suffisant pour donner chaud au cœur à des gogos de tout poil.

A l’inverse, l’homme indo européen vivant ici ou ailleurs, se considérant civilisé et cultivé, peut s’octroyer une doctrine -en l’occurrence le racisme et tout naturellement nourrir vis-à-vis du non-indo européen des sentiments racistes sous toutes formes, avoué, déguisé, insidieux, des sentiments pouvant conduire à l’insulte, au meurtre, à  la traite et l’Esclavage . Nous en savons quelque chose.

En clair, l'indo européen veut s’approprier le monopole du racisme, qu’il considère comme une noble qualité en laissant aux autres non-indo européens le culte des sentiments subalternes.

Ce qu’il fallait démontrer. CQFD.

Vous avez dit intégré ? Vous avez dit assimilé ?

Mais à quoi ? Et pourquoi ?

Si, dénoncer toute cette mascarade, s’opposer à cette escroquerie intellectuelle, c’est faire du révisionnisme, alors je suis un révisionniste.

 Et je revendique haut et fort ce qualificatif, car voici venir le mois de mai. C’est le mois le plus beau dit-on. le mois de Marie disent en Caraïbe les chrétiens de l’Eglise de Rome.

Mais pour nous, Réunionnais, Africains, Guyanais, Caribéens, voici venu le temps du souvenir, le temps du devoir de mémoire, pour nous, ces fils d’esclaves.

Un temps où il faut se dire, et se redire, que la connaissance del’Histoire est le garant du progrès, étant entendu qu’un peuple qui ignore son histoire ne peut prétendre avoir un avenir.

La mémoire est courte, mais l’Histoire est écrite.

Ce n’est pas un hasard si la France, abusivement présentée comme le pays des droits de l’homme, a érigé à la hauteur d’un dogme l’obscurantisme des masses dites « outre-mer ».

A l’instar de l’Espagne vis-à-vis du peuple israélite, la France n’a jamais voulu reconnaître en tant qu’Etat et Nation ses crimes atroces envers la race nègre.

Ce n’est pas sa politique éhontée d’assimilation et d’intégration toujours dénoncée au regard, notamment des peuples de la Martinique, laGuyane, la Guadeloupe, la Réunion, qui effacera la douleur de l’Histoire et le vent du Souvenir.

Au pire, toute cette entreprise m’inspire un profond sentiment de dégoût, me rappelant cependant que "chaque cochon a son samedi".

Car il faut bien revenir à l’essentiel. Combien d’enfants, de femmes et d’hommes ont été arrachés par des français, espagnols, anglais, portugais, à l’amour de leur terre africaine en direction des Amériques et de la Caraïbe.

Peu importe le chiffre et il fut certainement élevé- ces esclaves issus de la traite, ont contribué par le travail forcé et les pires traitements qui y étaient attachés, à la richesse de l’Europe et au niveau de vie actuel des habitants de ce continent.

 Dans son dispositif pédagogique et ses discours publics, sauf le 21 mai 1981, la France a pris un soin scientifique, à gommer cette longue période peu glorieuse de son Histoire.

La France a même récupéré à son profit les durs combats des esclaves de la Martinique en faisant croire que VS aurait été à la base de la liberté de notre peuple.

Mieux même, la mémoire populaire remet en cause l’action décisive de nos hommes de combat, par le vocable bien connu de nègre marron.

La France a caché, ou refait l’Histoire au profit de son prestige. Elle a donc fait du révisionnisme.

A nous de rétablir la réalité historique. Il se trouvera certainement des âmes zélées pour nous accuser de révisionnisme à rebours.

 Précisément, où a commencé notreHistoire ?

1492 avec la rencontre de deux Mondes ; 1685 avec le Code Noir ; 1794 avec la première abolition ; 1802 avec le rétablissement de l’Esclavage ; 1848 avec la deuxième abolition ; 1946 avec l’assimilation. ..

Non... Vous avez tout faux.

Notre Histoire remonte dans la nuit des temps.

Nos pères avaient donné le calcul, l’écriture, l’astrologie à l’humanité naissante, alors même que les Gaulois (ancêtres des français) se cantonnaient dans les cités lacustres.

Ces hommes n’étaient ni des conquérants, ni des impérialistes, autrement ils eurent envahi l’Europe peuplée à cette époque de primitifs tout juste se livrant à la chasse et la pêche.

Plusieurs siècles après, ces êtres ne méritaient pas ce gigantesque génocide, un crime sans précédent contre l’Humanité, dont l’holocauste des années 1940 est loin du compte.

A ce sujet, heureux les groupes, les communautés qui peuvent faire pression sur les Etats, les institutions, la presse, les personnes privées pour faire triompher leurs thèses.

Quand on se prétend antiraciste, on doit être opposé à toutes les formes de racisme. Il ne peut, il ne doit y avoir une sélection de l’horreur.

 Dans le cas contraire, une telle démarche doit être considérée comme du révisionnisme.

Depuis des siècles, notre monde nègre est victime de biens d’aléas malheureux. Pour certaines et certains, cette situation provoque stress, déprime, découragement qui conduit à la trahison. On fait même état de race maudite.

Mais le monde bouge. Nous sommes les simples contemporains d’une situation qui évolue à son rythme, autrement dit, ce qui était vrai hier, ne le sera plus après-demain.

Le monde indo européen mange son pain blanc, sans partage. Tant mieux, mais n’oublions pas..., chaque cochon a son samedi. A méditer !

Il y a presque deux milles ans, un homme fut arrêté en Palestine, occupée alors par les Romains. Tiens, tiens, on colonisait déjà. Les Français ont été à bonne école, rien ne se perd, rien ne se crée, disait leur chimiste... L.

 Comme c’était de tradition pour les fêtes de Pâques, un certain Pilate représentant l’autorité de l’empereur Tibère, proposa aux Juifs accusateurs, un choix douloureux de libération. Un choix entre le Messie, Jésus de Nazareth, et un assassin nommé Barrabas.

« Barrabas » vociférèrent les Juifs sans l’ombre d’une hésitation, en y ajoutant pour faire bonne mesure « et que son sang retombe sur nous et nos enfants ». Pilate, se lavant les mains, leur donna satisfaction.

 Et il n’y eu pas de révision du procès, et l’homme de Bethléem termina son existence terrestre sur la colline du Golgotha entre deux brigands. C’était un vendredi nous indiquent l’Ecriture et l’Histoire.

La suite pour les Juifs nous la connaissons. Leur aventure avait déjà commencé dans l’Egypteantique.

Mais pour nous, peuple Nègre, aucun historien, aucun anthropologue, ne peut apporter une preuve quelconque que nos pères aient été les acteurs d’une tragédie qui aurait attiré sur eux et sur leurs enfants, une malédiction divine.

L’homme de race Nègre, est d’un naturel accueillant, chaleureux, convivial, mais ce sont ces valeurs-là qui, au cours des derniers siècles, ont fait notre malheur.

Cette naïveté collective qui en cette fin du 20e siècle, nous place sous la tutelle du monde indo européen. Oui, vraiment, il est grand temps que s’achève partout cette domination injustifiée et éhontée.

Dans quinze jours je vous serez tenu informé, de l’évolution de la situation en Caraïbe.

Léonce Lebrun

  

Informations supplémentaires