MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun   

1945, rappelez vous, le Monde aura payé un lourd tribut, avec des millions de « croix de bois », consécutives à l’hyper arrogance des politiciens de tous bords comme en 1914…voire même leur incompéence qui aura été marquée par la gigantesque gifle diplomatique de Munich -1938-

Et ce refrain hypocrite fusant de partout… « Plus jamais ça »

Oui mais on observe depuis 1945, que notre Planète n’a pas connu un seul  jour de paix, avec un Occident lancé pour certains, dans des sordides guerres de décolnisation, grand donneur  de leçons  de «  valeur et de civisation »… « en même temps » en pôle position pour la fabrication d’armes de guerre qu'il faut vendre ,aux fins d' améliorer un commerce extérieur vacillant, fervent  soutien d’un PIB -produit intérieur brute- en difficulté…

Alors la Paix n’est pas pour demain, cet Occident continuera sa politique impérialiste  et expantionniste, par l’occupation insidieuse ici et là, de territoires pouvant assurer sa domination et son économie…

... avec cette nouvelle application stratégique nébuleuse politico-militaire…le Terrorisme qui plonge les masses  indo-européennes dans la peur, et bien entendu les frappes aériennes, avec ces inévitables dégâts collatéraux, frappant les populations civiles du Sud... sans protection nucléaire

Mais voilà, qu’en toute chose il faut considérer la fin, et  donc  demain, les damnés de la terre auront du grain à moudre pour triompher sans scrupule

Haïti et l'Union de la Caraïbe

 

Il y a quinze jours, j'évoquais à cette radio l'apparition sur la scène mondiale de l'Association des Etats de la Caraïbe, l'A.E.C. qui a pris naissance le 25 juillet dernier à Cartagena, en Colombie.

Avec la crise haïtienne, plus que jamais la mise en place, et le fonctionnement de ce bloc caribéen sont devenus une nécessité absolue et incontournable.

Haïti, on en parle, et je crains fort que cette île de la Caraïbe retienne encore longtemps l'attention des observateurs à plus d'un titre.

Suivant une résolution du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unis, les Etats-Unis sont intervenus en Haïti… tiens une habitude, car c'est la seconde fois en peu de temps, qu'une telle intervention se réalise (Grenade 1983) sur l'archipel caribéen

Qualifions cette nouvelle, d'une manifestation au droit d'ingérence cher à un ancien ministre français.

La diplomatie clame que c'est pour rétablir la démocratie… elle a bon dos cette vertu… car elle permet d'oublier allègrement qu'il y a un peuple haïtien qui depuis des décennies souffre de privation, de misère, d'humiliation, et plus que la compassion des diplômâtes du Monde, ce peuple requiert un besoin certain, d'être restauré dans sa dignité de nation souveraine et d'Etat indépendant, première république nègre de la planète, ayant arraché sa liberté en 1804, faut-il le rappeler.

Notons au passage que ce droit d'ingérence dans sa brutalité est bien sélectif au regard de l'évolution de la situation en ex- Yougoslavie.

Mais qu'importe, ce qui nous intéresse ce matin, c'est le rôle et les missions futures de l'Union des Etats Caraïbéens.

Chacun a pû comprendre que le peuple caribéen, est une réalité humaine, historique, ethnique, géographique, malgré sa diversité linguistique héritée du système colonial.

Cette diversité de culture, et de tradition, est une source de richesse qui doit permettre aux femmes et aux hommes de la Caraïbe d'aller de l'avant vers un destin commun.

Alors je vous le garantis, il n'y aura plus de crise haïtienne pour alimenter le fond de commerce de l'actualité au quotidien.

Léonce Lebrun

La déception de 2004

Informations supplémentaires