MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Le populisme

 

L’étranger qui débarque  ne sait pas où se situer dans ce pays ,la France, avec une telle division  disparate de sa population, allant du communautariste au dihadiste du républicain à l’islamiste radicalisé du terroriste au populiste...  

…bref avec un tel attelage humain peut-on parler de « vivre ensemble », un discours   habillé  de manipulation idéologique

 

Précisément parlons du populisme, un concept qui a fait son apparition dans le domaine médiatique, mettant dangereusement en scène la qualité des personnes, avec d’un côté ceux qui gouvernent et dirigent 

 

… de l'autre, la masse des citoyens  se pliant aux injonctions d’un système suivant la couverture de la démocratie

 

Mais dès qu’un besoin  de changement se fait sentir  par des manifestations violentes, les médias affidés au Pouvoir politique, ont baptisé ce mouvement de populisme, un qualificatif  péjoratif ô combien méprisant…

 

…  car il s'avère sous-entendu que le peuple n’ayant pas droit au bouleversement institutionnel, est considéré comme dépourvu d’intérêt…

 

… il lui est concédé  un droit de vote qui l’autorise à s’exprimer périodiquement en vertu des règles de la démocratie, un mode de fonctionnement que n’avait pas prévu l’auteur de l’esprit des lois…

 

… il en ressort que  comme le spécifiait en son temps un éminent homme politique disparu…

 

… le citoyen vote le Dimanche et vaquière à ses occupations le Lundi…

 

Mais ce modèle ne peut plus perdurer et exige le respect de chacune et chacun en conformité avec l'esprit républicain.

 

Car les élites aux affaires politiques depuis des lustres ont  montré leurs failles et faiblesses…

 

…En effet prenons le cas de l’Occident, depuis le début du XXème siècle le Monde a connu  deux guerres sanglantes provoquées par les politiciens au Pouvoir...

 

...alors que ce sont les paysans et autres ouvriers au front, qui ont payé lourdement les conséquences de leurs ambitions irresponsables.

 

Et depuis 1945 malgré le plus jamais ça, des peuples ont senti durement les comportements colonialistes et impérialistes des gouvernrmrnts successifs de certaines Nations de l'Occident...

 

...vis à vis des Etats de l'Ouest africain, et des territoires dits outre-mer.

 

Enfin j'observe en ce qui concerne la France, que le peuple a été volé  de sa colère de 1789…

 

…que depuis l’ avènement de la République  sous la domination d’une Bourgeoisie féroce et arrogante…

 

… tous les mouvements populaires ont été écrasés par la force ou la ruse.

 

Mais les soubresauts actuels entrevoient de nouvelles perspectives pour les populistes…

 

Alors, pour ces intouchables, dure sera la chute…

L’Antisémitisme

 

L’Antisémitisme est le nom donné de nos jours à la discrimination et à l'hostilité manifestée à l'encontre des hébreux en tant que groupe  religieux.

Il s'agit, dans son acception originelle telle que formulée vers la fin du XIXe siècle, d'une forme de racisme dirigée nominalement contre les peuples sémites, regroupés en tant que tels sur base de critères linguistiques.

Mais ne visant en réalité que les hébreux, visant à remplacer l’antijudaïsme dans une Europe qui, suite à l’héritage des Lumières, préconise l’égalité de ses citoyens indépendamment de leur religion.

Certains historiens, tels que Jules Isaac, insistent donc pour distinguer antijudaïsme et antisémitisme .

 Le second terme est cependant le plus souvent utilisé actuellement pour qualifier tous les actes d’hostilité anti-hébrue au cours de l'Histoire, que leurs fondements soient ou non raciaux.

Ceux-ci incluent divers préjugés, allégations, mesures discriminatoires ou d’exclusion socio-économique, expulsions et jusqu'aux massacres d’individus ou de communautés entières, depuis la première Croisade jusqu'à nos jours.

Le terme

Le terme antisémitisme  et ses dérivés apparaissent en Allemagne à la fin du XIXe siècle bien que la réalité des faits qu’ils décrivent soit plus ancienne.

Pour Alex Bein, le mot fut utilisé la première fois en 1860 par l'intellectuel juif autrichien Moritz Steinschneider dans l'expression préjugés antisémites .

Afin de railler les idées d'Ernest Renan qui affuble les peuples sémites  de tares culturelles et spirituelles ,la désignation des peuples du levant dont la langue partageait des caractéristiques communes remonte à 1781.


Pour Gilles Karmasyn, c'est le journaliste allemand Wilhelm Marr qui invente véritablement le terme , Antisemitismus dans le sens , d'hostilité aux hébruex.

A l'occasion de la fondation d'une  ligue antisémite  en 1879 et non, comme il est communément admis, dans son pamphlet anti-hébreu -Victoire du judaïsme sur la germanité considérée d'un point de vue non confessionnel - publié la même année mais où le terme n'apparaît pas.

La traduction française d’Antisemitismus apparaît selon le dictionnaire Robert en 1886, suivi de l’épithète antisémite trois ans plus tard.

Pour Jules Isaac,  le terme antisémitisme est par lui-même équivoque , alors que , son contenu est essentiellement anti-hébreu .

Marr utilise en effet le mot , Semitismus , comme synonyme de , Judentum , lequel désigne indifféremment le judaïsme, la communauté juive et la judaïté.

Le mot , antisémitisme , n’a donc plus une signification spécifiquement religieuse et se prête bien au concept de , race hébraique .

Par lequel on a commencé par désigner des hébreux baptisés, justifiant la poursuite des discriminations à leur égard alors qu’ils ont apostasié.

Des théories pseudo-scientifiques sur la conception de , race , se sont répandues en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, particulièrement chez l'historien prussien Heinrich von Treitschke dont les idées seront reprises dans les théories nazies.

Une confusion naît de ce mot, qui n'a jamais visé les autres populations de langue sémitique, telles que les Arabes.

Au contraire, il peut être utilisé pour désigner l'hostilité des Arabes envers les hébreux lorsque l'on parle d'antisémitisme arabe.

Cela n'empêche pas l'étymologie de refaire périodiquement surface.

Ainsi pour Jean-Claude Barreau, le terme , antisémitisme , est  complètement inapproprié , puisque le judaïsme d'aujourd'hui ne serait plus que très partiellement sémite.

De nos jours, l'affaissement de la dimension proprement et ouvertement raciste de l'hostilité envers les hébreux permet de penser que l'antisémitisme.

Englobe une notion plus large que la conception raciale originale du XIXe et du début du XXe siècle.

C'est qu'il a en réalité existé sous des formes qui ne s'appuient parfois ni sur des conceptions raciales, ni sur des fondements religieux, ce qui rend le concept difficile à définir de manière précise.

Pierre-André Taguieff a d'ailleurs proposé le terme de , judéophobie , pour désigner l'ensemble des formes anti-juives dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale et le distinguer de l'antisémitisme lié aux thèses racialistes.

D'autres préfèrent parler de , nouvel antisémitisme , pour qualifier les idéologies plus récentes qui s'appuieraient sur la dénonciation d'un -supposé lobby juif ou du sionisme pour masquer leur antisémitisme-

Formes d'antisémitisme

Même si, dans sa définition originale et la plus stricte, le mot , antisémitisme , prend une tournure raciale laïque, il est désormais utilisé pour qualifier tous les actes anti-hébreu qui ont pu avoir lieu dans l'Histoire.

On peut donc en distinguer plusieurs formes distinctes qui évoluèrent dans leur conception au cours de l'Histoire, qui ne sont pas forcément complémentaires et qui ne s'appuient pas toujours sur les mêmes fondements.

C'est- à-dire que l'antisémitisme, dans son acceptation globale, n'est pas nécessairement une idéologie racialiste ,qui ne se développe d'ailleurs que tardivement, et, par conséquent, n'est pas toujours une forme de racisme.

René König mentionne par exemple des antisémitismes sociaux, économiques, religieux ou politiques.

Il avance par ailleurs que les natures diverses qu'a pris l'antisémitisme démontrent que , les origines des différents préjugés antisémites sont ancrés dans différentes périodes de l'Histoire.

Pour lui, les divers aspects des préjugés antisémites au cours des époques et leur distribution variable au sein les classes sociales , rend particulièrement difficile la définition des formes de l'antisémitisme.

L'historien Edward Flannery distingue lui aussi plusieurs variétés d'antisémitisme/

  • l'antisémitisme économique et politique, donnant comme exemples Cicéron ou Charles Lindbergh
  • l'antisémitisme religieux, ou antijudaïsme
  • l'antisémitisme nationaliste, citant Voltaire et d'autres penseurs des Lumières qui attaquèrent les hébreux sur leur supposées arrogance et avarice
  • l'antisémitisme racial, exprimé par le nazismeEnfin, le documentaliste Louis Harap différencie quant à lui l'antisémitisme  économique  de l'antisémitisme  politique , et fusionne ce dernier avec l'antisémitisme  nationaliste  au sein d'un antisémitisme idéologique.  Il ajoute également un antisémitisme social, avec les propositions suivantes /
  • l'antisémitisme religieux ,  les hébreux sont les assassins du Christ , Peuple déicide,
  • économique ,   les hébreux sont des banquiers et des usuriers obsédés par l'argent
  • social , leshébreux sont socialement inférieurs  et doivent être tenus à l'écart du reste de la société dans des ghettos et porter un signe permettant de les distinguer des Chrétiens comme la rouelle et le Judenhut au Moyen Âge, ou l'étoile jaune sous le régime nazi.
  • racial , les hébreux sont une race inférieure ,
  • idéologique, les hébreux sont des révolutionnaires complotant pour renverser le pouvoir en place , -Théorie du complot hébreu-
  • culturel , les hébreux corrompent la morale et la civilisation du pays dans lequel ils vivent par leur culture.

Antisémitisme culturel

Louis Harap définit l'antisémitisme culturel comme une , forme d'antisémitisme qui accuse les hébreux de corrompre une culture donnée et de vouloir supplanter ou de parvenir à supplanter cette culture par une culture juive grossière et uniforme.

Pour Eric Kandel l'antisémitisme culturel se fonde sur l'idée d'une , judéité , vue comme , une tradition religieuse ou culturelle qui s'acquièrent par l'apprentissage, à travers des traditions et une éducation distinctives. 

Cette forme d'antisémitisme pense que les hébreux possèdent des , caractéristiques psychologiques et sociales peu séduisantes qui s'acquièrent par l'acculturation.

Enfin, Donald Niewyk et Francis Nicosia décrivent l'antisémitisme culturel comme une idée se focalisant sur la supposée , attitude hautaine des hébreux au sein des sociétés dans lesquelles ils vivent.

Antisémitisme religieux

Tract distribué à Kiev avant le procès de Mendel Beilis, accusé de meurtre rituel, recommandant aux parents chrétiens de veiller sur leurs enfants durant la Pâque hébraîque.

L'antisémitisme religieux, ou antijudaïsme, se définit comme l'opposition aux croyances hébraîque et au judaïsme.

Il n'attaque donc pas les hébreux en tant que peuple ou ethnie, et prônait même parfois leur conversion.

Cependant, les persécutions pouvaient persister même après leur conversion, comme ce fut le cas envers les marranes, des hébreux espagnols et portugais convertis au catholicisme à partir du XVe siècle.

Ils étaient en effet suspectés de rester secrètement fidèles à leur religion ou leurs traditions.

Les hébreux ont été également accusés à plusieurs moments de crimes rituels, souvent au travers de légendes d'enlèvement d'enfants pour des sacrifices rituels.

Il s'agit de l'une des allégations antisémites les plus anciennes de l'Histoire : de la légende du meurtre d'Anderl von Rinn en 1492, qui fit par la suite l'objet d'un pèlerinage, jusqu'à l'Affaire Beilis en 1911.

Selon l'historien Walter Laqueur, il y aurait eu plus de 150 accusations et probablement des milliers de rumeurs de ce type dans l'Histoire

L'antijudaïsme en Europe provenait souvent d'une méconnaissance des traditions de la religion hébraîque, qui étaient perçues comme étranges et parfois maléfiques.

Par exemple, le mot , sabbat , qui désigne une cérémonie nocturne de sorcières, provient du shabbat, le jour du repos dominical des hébeux.

Antisémitisme économique

L'antisémitisme économique se fonde sur l'idée que les hébreux produisent une économie nuisible, ou que cette économie devient nuisible quand elle est pratiquée par les hébreux.

Les allégations antisémites lient souvent les hébreux à l'argent et à l'avidité, les accusant d'être cupides et de s'enrichir aux dépens des non-juifs en contrôlant le monde des finances et des affaires.

Ces théories furent développées entre autres dans Les Protocoles des Sages de Sion, un faux document attestant le projet de conquête du monde par les hébreux, ou dans le Dearborn Independent, un journal publié au début du XXe siècle par Henry Ford.

L'historien Derek Penslar explique que ces allégations s'appuient sur les imputations suivantes :

  • les hébreux sont naturellement incapables d'exercer un travail honnête.
  • les hébreux  dominent une cabale financière cherchant à assujettir le monde.

Penslar avance également l'idée l'antisémitisme économique se distingue aujourd'hui de l'antisémitisme religieux qui est lui  souvent feutré , alors qu'ils étaient liés jusqu'à maintenant, le second expliquant le premier.

Abraham Foxman relève quant lui six aspects communs à ces accusations :

  • tous les hébreux sont riches
  • les jhébreux sont avares et cupides
  • des hébreux puissants contrôlent le monde des affaires
  • la religion hébraîque prône le profit et le matérialisme
  • les hébreux n'hésitent pas à berner les goys
  • les hébreux utilisent leur pouvoir au service de leur communauté

Finalement, le mythe de l'hébreu et de l'argent est résumé l'assertion suivante de Gerald Krefetz,les juifs contrôlent les banques, la réserve monétaire, l'économie et les affaires  de la communauté, du pays, du monde.

Antisémitisme racial

L'antisémitisme racial se définit comme la haine des hébreux en tant que groupe racial ou ethnique plutôt que sur des fondements religieux Il considère que les hébreuxs ont une race inférieure à celle de la nation dans laquelle ils vivent.

Cette théorie se développe particulièrement dans les mouvements eugénistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle qui considèrent que les , Aryens , ou le peuple germanique sont racialement supérieur aux autres peuples.

Au début du XIXe siècle, des lois entrent en vigueur dans certaines pays d'Europe de l'Ouest permettant l'émancipation des hébreux.

Ils ne sont désormais plus obligés de vivre dans les ghettos, et voient leurs droits de propriété et leur liberté de culte s'étendre.

Pourtant, l'hostilité traditionnelle envers les hébreux sur des bases religieuses persiste et se déploie même à l'antisémitisme racial.

Des théories ethno-raciales comme celles de l'Essai sur l'inégalité des races humaines -1853-55- de Joseph Arthur de Gobineau participent à ce mouvement.

Ces théories plaçaient souvent les peuples  européens, et particulièrement la  race aryenne , au-dessus de l'hébreu.

Il s'agit donc d'une idéologie laïque prenant le relais du vieil antijudaïsme religieux et s'y substituant.

Les nouvelles formes d'hostilité qui s'en manifestent sont donc détachées de toute connotation religieuse, du moins dans la représentation que se fait d'elle-même cette idéologie.

Les nazis, mouvement néo-païen, ne firent d'ailleurs aucune différence entre les hébreux orthodoxes et laïcs, les exterminant qu'ils pratiquent le judaïsme ou soient baptisés chrétiens, voire engagés dans une vie religieuse chrétienne.

Antisémitisme politique

Les hébreux étaient accusés par les nazis de chercher à s'emparer du pouvoir à travers les partis communistes, le syndicalisme ou l'anarchisme.

L'antisémitisme politique se définit comme une hostilité envers les hébreux fondée sur leur supposée volonté de s'emparer du pouvoir au niveau national ou mondial, ou leur volonté dominer le monde au travers d'un  complot international .

Les Protocoles des Sages de Sion, un faux se présentant comme un plan de conquête du monde établi par les hébreux, sont généralement considérés comme le début de la littérature contemporaine de la théorie du complot hébraîque.

Daniel Pipes note que le document développe des thèmes récurrents de l'antisémitisme du complot.  

Les hébreux complotent toujours -  Les hébreuxs ont partout - -Les hébreux sont derrière chaque institution ., -Les hébreux obéissent à une autorité centrale, les vagues -Sages- et - Les hébreux sont proches de réussir-

L'antisémitisme politique se démocratise particulièrement durant l'entre-deux-guerres à la suite de la Révolution russe de 1917, notamment sous l'influence des Russesindo européens, avant d'être récupéré par l'idéologie nazie.

Il reposait sur l'idée que les  judéo-bolchéviques  tenteraient de prendre le pouvoir par le communisme ou l'anarchisme à travers le monde.

Le concept apparaît alors comme un renouvellement de la théorie du complot hébraîque qui se superpose, sans le remplacer, au mythe développé par l'antisémitisme économique du juif responsable du capitalisme.

Il s'appuie également sur le fait que des penseurs ou des révolutionnaires communistes se trouvaient être hébreux ou d'origine hébraique .

Les théoriciens Karl Marx et Rosa Luxemburg, ou les révolutionnaires bolcheviks Léon Trotsky, Lénine, Lev Kamenev, Grigori Zinoviev et Karl Radek.

Ainsi, pour certains des Russes favorables au régime tsariste, l'assassinat de la famille impériale par les Bolcheviks était forcément l'œuvre d'un  complot hébraique et cette interprétation contribua à alimenter le climat antisémite en Russie.

Les hébreux furent par ailleurs accusés, après la Première Guerre mondiale, d'être les responsables de la défaite allemande.

Ce mythe, nommé en allemand , Dolchstoßlegende ,  coup de poignard dans le dos , fut une tentative de disculper l'armée allemande de la capitulation de 1918.

En attribuant la responsabilité aux socialistes, aux bolcheviks, à la République de Weimar, et particulièrement aux juifs.

Nouvel antisémitisme

Les théoriciens du nouvel antisémitisme avancent que l'antisionisme peut parfois cacher une idéologie antisémite. Ici une manifestation contre la guerre de Gaza en Tanzanie, 2009.

Dans les années 1990 naît un concept inédit, celui d'un nouvel antisémitisme qui se serait développé aussi bien dans des partis de gauche que de droite, ainsi que dans l'islam radical.

Pour certains auteurs, ces  nouveaux antisémites  se cacheraient désormais derrière l'antisionisme et l'opposition à Israël, voire parfois même derrière l'anticapitalisme ou l'antiaméricanisme, pour exprimer leur haine des hébreux.

Les critiques de ce concept avancent quant à eux qu'il mélange l'antisionisme et l'antisémitisme, qu'il donne une définition trop étroite de la critique faite à Israël.

Et trop large de la diabolisation de sa politique, ou encore qu'il exploite l'antisémitisme dans le but de faire taire le débat.

En France, l'essayiste Alain Soral et l'humoriste Dieudonné sont par exemple accusés par les médias de se cacher derrière la critique du sionisme et du pouvoir supposé d'un lobby juif pour diffuser des idées antisémites.

Histoire

Selon les textes religieux hébraïques composés au fil des siècles et en voie de fixation vers le Ier siècle av. J.-C., l’oppression des hébreux en tant que peuple a existé de longue date .

ils présentent le peuple hébreu se constituant dans sa résistance contre l'oppression des Égyptiens.

Les textes relatent ensuite les attaques répétées auxquelles le peuple hébraîque doit faire face pour préserver son indépendance et le caractère singulier de sa foi.

Pour les historiens contemporains, ces éléments n'ont pas de valeur historique et Jules Isaac ne relève ainsi aucune  trace authentique, incontestable de l'antisémitisme prétendu éternel.  jusqu'au IIIe siècle av. J.-C..

Selon les travaux de Léon Poliakov, le phénomène remonte cependant bien au monde gréco-romain, particulièrement à l'Égypte ptolémaïque.

La nature précise de l'hostilité dont les hébreux sont alors l'objet, particulièrement à Alexandrie, théâtre de lutte factieuse, fait toutefois encore l'objet de débats.

Antiquité

Antiquité gréco-romaine

Selon Léon Poliakov, il n'existe aucune trace d'antisémitisme dans l'Antiquité avant le IIIe siècle av. J.-C., et le foyer de cet antisémitisme est l'Égypte ptolémaïque.

Encore peut-on ajouter, avec Jules Isaac, qu'il s'agit moins d'une hostilité envers les hébreux en tant que tels que d'une  haine envers les Asiatiques , ces derniers étant des Orientaux au sens large, et non pas seulement des hébreux.

Néanmoins des égyptologues comme Jean Yoyotte proposent des origines égyptiennes aux premières formes d'antisémitisme/antijudaïsme.

Remontant selon les auteurs à une période plus ou moins ancienne, à l'instar de Jan Assmann ou plus tardive, comme Alain-Pierre Zivie.

Plusieurs chercheurs voient dans une lettre privée du Ier siècle av. J.-C. adressée à un habitant de Memphis le témoignage le plus ancien de l'expression de l'existence d'un sentiment antisémite.

Au sein de la chôra égyptienne qui pourrait, selon certains chercheurs, puiser ses racines dès avant la conquête gréco-macédonienne.

Les premières expressions historiquement attestées de la  haine contre les hébreux  se trouvent rassemblées dans le Contre Apion, un ouvrage de l'historien hébraîque et citoyen romain Flavius Josèphe

Qui rassemble vers la fin du Ier siècle une anthologie des textes d'auteurs de l'Égypte gréco-romaine, parmi lesquels des détracteurs des hébreux, particulièrement Alexandrins.

Ainsi, dès le IIIe siècle av. J.-C., Manéthon propose une sorte de  contre-Exode  qui propage des fables à leur encontre, notamment celle suivant laquelle les hébreux auraient été des lépreux chassés d'Égypte.

Ces accusations, infamantes alors, sont néanmoins à contextualiser dans le cadre des tensions communautaires qui opposent à Alexandrie notamment.

Lles hébreux hellénisés aux égyptiens dont le culte animal est l'objet d'une véritable répulsion par les premiers.

On peut noter qu'au-delà de l'hostilité sur une base religieuse qui relève de l'antijudaïsme, l'association de critères physiques trace peut-être les contours d'une forme d'antisémitisme antique.

Les violences généralisées contre les hébruex n'apparaissent que sous la domination romaine. Au Ier siècle les hébreux d'Alexandrie réclament auprès des autorités romaines le droit de cité auquel les grecs alexandrins s’opposent.

Les tensions communautaires dégénèrent, la communauté hébraîqur est l'objet de persécution par le préfet d'Égypte Flaccus et la ville est le théâtre d'une crise inter-ethnique en 38.

Qui se traduit par de violentes émeutes contre les hébreux, qui seraient qualifiées aujourd'hui de  pogroms .

Les affrontements intercommunautaires deviennent monnaie courante et un nouveau pogrom se déroule en 66, sous les ordres de Tiberius Julius Alexander, lui-même d'origine hébraîque

La période hellénistique

Alexandre le Grand est l'initiateur de la présence hébraîque à Alexandrie d'Égypte, en tant que fondateur de cette ville.

L'un de ses généraux, qui lui succède comme souverain en Égypte, Ptolémée Ier, fait venir des hébreux pour peupler la nouvelle cité.

La Cœlé-Syrie se trouvant sous influence Lagide jusqu'à la 5e Guerre de Syrie. À Alexandrie, ils forment une entité politique séparée .

ils occupent deux quartiers sur cinq de la ville hellénistique, ils sont responsables devant une juridiction spécifique, l'ethnarque, s'occupant de commerce.

Ils édifient rapidement de grandes fortunes ce qui fait dire qu'ils sont avides d'or, ils se voient confier plusieurs fermes des impôts par les Lagides durant le IIIe siècle.

Formant des communautés fermées, en lien les unes avec les autres à l'échelle du monde méditerranéen.

Ils doivent non seulement faire face à l'animosité populaire: animosité contre le percepteur, contre leur richesse, mais aussi des prêtres et des philosophes/

Le Stoïcien Apollonius Molon les accuse d'anthropophagie rituelle, Les Sophistes leur reprochent de falsifier des textes grecs, ce qui, selon Bernard Lazare, semble ne pas être sans fondement.

Les persécutions contre les hébreux en tant que tels sont rares et ne peuvent jamais être attribuées à un antisémitisme d'État.

C’est ainsi que la première persécution connue de la religion hébraîque est perpétrée par Antiochos IVè Épiphane, descendant de l’un des généraux d’Alexandre le Grand.

Les hébreux se sont révoltés contre lui et ont vaincu les Grecs sous la direction des Maccabées.

Les motivations principales de cette  crise macchabéenne  ne sont pas nécessairement religieuses.

Cette crise résulte de la conjonction entre une crise politique au sein des élites judéennes pour le contrôle de la Grande Prêtrise (conflits entre les Oniades, descendants légitimes du Grand Prêtre Yéhoshoua.

Et les Tobiades, famille puissante mais privée de pouvoir politique et les conflits entre les grands empires ,séleucides, lagides, puis plus tard romains qui se déchirent pour le partage du Proche-Orient.

Les persécutions d'Antiochos IV n'interviennent pas soudainement, elles suivent la dégradation de la situation politique à Jérusalem .

Où les rivalités internes à la société hébraîque et les pressions économiques des souverains séleucides ont déjà plongé le pays dans la guerre civile.

La dynastie hasmonéenne tire parti de ces oppositions et fonde la dernière dynastie des hhébreux.

Ces événements ont par la suite symbolisé au sein de la communauté juive la résistance des hébreux face aux persécutions des  païens  et ont été à l'origine de la fête juive de Hanoucca.

L'Empire romain

Au Ier siècle av. J.-C., les Romains occupent la terre d'Israël et soumettent les hébreux.

Si les Romains détruisirent le Second Temple de Jérusalem, on ne peut parler initialement d'antisémitisme, puisque les Romains appliquaient le même procédé (répression des causes de désordre public à nombre de peuples conquis.

Les Romains sont dans l'ensemble assez tolérants en matière religieuse, n'exigeant pas des populations conquises qu'elles abandonnent leurs cultes.

Mais ils sont heurtés, comme une bonne part de l'Antiquité polythéiste, par l'aniconisme des Juifs.

Après la sacralisation de l'Empereur, le refus de ceux-ci de sacrifier à son culte, que le judaïsme rejette absolument, selon le principe de l'exclusivisme monothéiste est incompréhensible pour la plupart des peuples de l'Antiquité ,sauf par les zoroastriens.

Par ailleurs les autorités romaines ne peuvent appliquer l’Interpretatio romana au judaïsme ce qui était une cause de tension.

Néanmoins les Romains, en administrateurs pragmatiques, adaptent certaines de leurs coutumes aux hébreux, les dispensant ainsi partiellement du Culte impérial, privilège qui suscite des jalousies.

Certains hébreux peuvent devenir citoyens romains, à l'exemple de Paul de Tarse ou de Flavius Josèphe.

Et peuvent même accéder aux magistratures en acceptant de sacrifier aux dieux, à l'instar de Tiberius Julius Alexander.

D'après Tacite et Flavius Josèphe 4 000 hébreux furent exilés en Sardaigne.

Plus tard, Titus Flavius Clemens, un consul de la famille impériale des Flaviens aurait été exécuté pour ses sympathies envers le judaïsme ou le christianisme.

À la même époque le Contre Apion de Flavius Josèphe montre l'existence d'un antisémitisme structuré et ancien en Égypte.

L'attitude répressive des Romains est également exprimée par Titus écrasant la Judée lors de la première Guerre judéo-romaine.

Et surtout par Hadrien changeant le nom romain de Judée de cette partie de province que les rebelles hébraîque  nomment Israël dans leurs monnaies, en celui de Syria Palestina ,ou terre des Philistins.

Ce qui pourrait dénoter une orientation vers l'antijudaïsme dans une guerre de maintien de l'ordre dirigée contre des rébellions hébraîque.

Lors de la persécution des chrétiens dans l'empire romain, ceux-ci avaient d'abord été considérés comme une faction hébraîque, les premiers chrétiens dont Jésus et les apôtres étant des hébreux.

Suétone rapporte que  les hébreux  fomentaient des troubles , à l'instigation d'un certain Crestus , souvent lu Cristos.

Mais hébreux et chrétiens furent ensuite progressivement distingués les uns des autres notamment en raison de l'existence du Fiscus judaicus.

Et de la réaction des synagogues qui rejetèrent de plus en plus les hébreux reconnaissant Jésus comme Messie biblique et refusant la circoncision

L'empire chrétien

Au sein de la chrétienté, une opposition va se faire autour de deux passages de Paul de Tarse/

Dans l'épître aux Thessaloniciens, en effet, il considère les Juifs déicides et , ennemis de tous les hommes  /

- Vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus-Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu’elles ont soufferts de la part des hébreux.

Ce sont ces hébreux qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes.

Il écrit pourtant dans l'épître aux Romains que les hebreux sont , chers à Dieu , en précisant notamment  /

- Ils sont aimés à cause de leurs pères. Car Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel-

Paul était hébreu lui-même, ce qui peut aussi expliquer une plus grande liberté de ton quand il s'adresse directement à eux, que lorsqu'il en parle aux Romains convertis.

Dans la pratique, le pouvoir romain devenu chrétien saura utiliser les deux attitudes en fonction de ses intérêts du moment.

Dans le premier contexte, l’antijudaïsme devint religieux , la haine des hébreu xprit ici un tour nouveau, la religion officielle véhiculant l'idée que le judaïsme puisse être intrinsèquement pervers.

Les premiers chrétiens étant hébreux, ils rejettent leur ancienne religion et développent donc naturellement à son égard une haine d'ordre spirituel.

D'autant que la loi ébraîque, dont Jésus se réclamait, en tant que Rabbi aux termes des évangiles, continue de les solliciter à accepter les Dix commandements et l'incorporéité absolue de Dieu.

Par ailleurs, la continuité de l'existence des hébreux ,Ancien Israël, aux côtés de la nouvelle religion ,Nouvel Israël, était perçue comme la négation de fait de l'authenticité du message évangélique.

D'où le harcelèment envers les hébreux

Même une partie du clergé et quelques théologiens les présentèrent comme coupables collectivement du supplice de Jésus Christ.

Les hébreuxn'en restaient pas moins considérés comme destinés à se convertir et à participer à la Parousie.

Selon Jules Isaac, l'avènement de l'Empire chrétien au IVe siècle a eu pour effet immédiat de renforcer et développer l'action ou la réaction anti- hébraique, par l'étroite union des pouvoirs politiques et religieux.

  L'historien pointe ainsi certains Pères de l'Église , appliqués à traîner leurs adversaires dans la boue ,  par exemple, Jean Chrysostome ,Adversus Judaeos crée le mythe antisémite d'une  cupidité  des hébreux.

À cette période,  par la volonté de l'Église, l'hébreu est devenu l'homme déchu , on pourrait déjà dire l'homme traqué. 

Moyen Âge

Plus encore que l'accusation de déicide, ce qui fut âprement reproché aux hébreux par les chrétiens fut leur refus de se convertir à la foi nouvelle et de reconnaître Jésus comme messie.

Seuls les hébreux baptisés étaient laissés en paix et certains convertis devinrent d'ailleurs d'actifs prosélytes chrétiens, jouant souvent à leur tour un grand rôle dans les campagnes anti-hébraîque .

ainsi, l'archevêque Julien de Tolède, au VIIe siècle, lui-même d'origine juive, mena activement campagne pour la conversion forcée de ses anciens coreligionnaires en Espagne wisigothique.

Au Moyen Âge, nombre de professions furent interdites aux hébreux.

Ils furent exclus de toute fonction administrative, et surtout des corporations de métiers, et des confréries religieuses.

Il leur était interdit de posséder des terres pour les cultiver.

Ils vivaient donc dans les villes, où ne leur restaient comme possibles activités que celles qui étaient précisément interdites aux chrétiens.

Si bien qu’ils furent repoussés de presque tous les métiers, et contraints principalement de s’orienter vers le commerce et le prêt à intérêt, souvent interdit aux chrétiens d’Occident et aux musulmans.

On attribue à l’interdiction par les évêques du prêt à intérêt à Rome, une part de responsabilité dans la crise économique qui se termina par sa chute.

Constantinople n’eut pas ces scrupules et accueillit nombre d'hébreux chassés d'Espagne qui contribuèrent largement à la réussite de l'Empire ottoman.

Par exception, les hébreux pratiquaient aussi l’artisanat d’art ,orfèvrerie, la taille des pierres précieuses et la médecine.

C’est ainsi que des professeurs hébraîques de l’Université de Montpellier, pratiquaient secrètement la dissection afin d'améliorer leur connaissance du fonctionnement du corps humain.

Au Moyen Âge, ils donnèrent à l'Europe de nombreux savants, et furent des traducteurs et importateurs des textes anciens, grecs en particulier, qu'ils traduisirent.

Commentèrent et permirent à l'Europe de découvrir, également à partir de la langue arabe, lors de la grande période de l'Espagne andalouse ,Al-Andalus.

Où les échanges entre intellectuels hébraîques et musulmans atteignirent là leur plus haut niveau, dans le registre de la culture savante.

Cette époque fut aussi celle de la traduction des textes d'Aristote ,1120-1190, qui mobilisa des équipes composées de confessions des religions monothéistes.

A Tolède, et dans quatre villes d'Italie ,Pise, Rome, Palerme, Venise elle fut à l'origine de la Renaissance du XIIe siècle.

Au concile de Trente au XVIe siècle l'Église catholique romaine remet en question l'accusation de déicide contre le peuple hébraîque en précisant que le déicide est le chrétien qui renie le Christ par ses actes

L'antijudaïsme islamique

Massacre par les premiers Musulmans des Banu Qurayza, une tribu hébraîque de Médine, 627.

À l'époque de Mahomet, à Médine et dans la péninsule Arabique vivaient des tribus hébraîques que Mahomet s'efforça d'abord de convertir, sans succès il finit par les combattre et les chasser.

La position de Mahomet à l'égard du judaïsme est de considérer certaines prescriptions mosaïques comme étant en réalité coraniques.

Il considère que les hébreux sont des Arabes. Mahomet se fait donc fort de rappeler aux hébreux leur propre loi que le Talmud aurait falsifiée.

La religion véritablement originaire est l'islam, les prophètes hébraîque sont en réalité musulmans et ce n'est pas à Isaac mais à Ismaël que les bénédictions ont été accordées.

Les conditions de vie des hébreux en terre musulmane, quoique préférables à ce qu'elles étaient en Europe.

N'en étaient pas moins très dures , ils vivaient dans un état misérable parce qu'ils avaient rejeté la loi du Prophète.

En outre, dans la vie quotidienne, les hébreux étaient considérés avec mépris, supposés lâches et perfides, éléments de dissolution du corps social.

Il arrivait toutefois que des fonctions administratives ou financières leur soient confiées en cas de besoin, en raison de leur compétence.

À Bagdad et ailleurs, on forçait les hébreux à porter un insigne et un couvre-chef destinés à les distinguer .

Des milliers d'hébreux furent tués dans des pogroms organisés à Grenade en 1066 ou à Fez en 1465.

Des communautés hébraîques d'Afrique du Nord ont également été converties de force, et des synagogues ont été détruites.

De nouveaux pogroms eurent lieu à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, principalement en Afrique du nord.

Ce ne fut pas le cas dans l'Empire ottoman qui les accueillit pour le développement du commerce, après leur expulsion d'Espagne et du Portugal.

La dhimma est le statut que l'Islam décerne aux  gens du Livre , auquel font partie les hébreuxs.

C'est un statut de citoyen de seconde zone , ils avaient le droit de pratiquer leur religion, mais non ostensiblement, devaient s'acquitter d'un impôt spécial et étaient soumis à toutes sortes de restrictions.

Ils ne pouvaient être fonctionnaires ni porter d'armes, les hébreux dans la rue devaient céder la place aux musulmans.

Il leur était interdit de monter à cheval ou à chameau, s'ils acceptaient ce statut, les hébreux étaient tolérés.

Parfois l'antisémitisme émanait, selon l'époque et le lieu, des sphères dirigeantes ou du peuple.

Dans sa forme moderne, l'antisémitisme musulman n'apparaît qu'au XIXe siècle.

L'accusation de meurtre rituel, familière aux nations chrétiennes, était inconnue des musulmans jusqu'à l'affaire de Damas ,1840.

À partir de cette date commencèrent les accusations de crime rituel à l'encontre des hébreux dans l'Empire ottoman, en 1897 en Algérie, ou en 1901 au Caire notamment.

-Les Marranes-

En 1391, les royaumes espagnols furent théâtre des  baptêmes sanglants  qui virent de nombreuses conversions forcées d'hébreux sous la pression de pogroms populaires.

En 1492, les Rois catholiques, par le décret de l'Alhambra, expulsèrent tous les hébreux d'Espagne, mesure sans précédent à l'origine de la Diaspora séfarade.

Seuls restèrent les convertis ou ceux qui acceptèrent de le devenir. Mais le bruit se répandit que les hébreux convertis continuaient à pratiquer leur religion en secret.

Aussi, plusieurs professions furent-elles interdites aux nouveaux chrétiens.

Et cela bien que beaucoup de ces nouveaux chrétiens, instruits dans la religion catholique depuis plusieurs générations aient été sincères.

Si bien que, dans les familles ibériques, l’usage vint de demander des  certificats de pureté de sang  avant de contracter mariage, ou pour exercer telle ou telle profession.

Nombre d'entre eux s’efforcèrent de fuir les territoires hispano-portugais et, une fois relativement en sécurité en France.

En Turquie, au Maroc, aux Pays-Bas ou en Angleterre à partir de Cromwell, ils y redécouvrirent la religion de leurs ancêtres.

Ce fut le phénomène du marranisme, porteur d'une mémoire secrète, souterraine, cachée, malgré la disparition des synagogues, des textes, et l'impossibilité de suivre les rites.

Les marranes, accusés de  judaïser en secret  gardèrent, pour certains d'entre eux, la mémoire de leurs origines, avant d'y revenir parfois, c'est-à-dire lorsque la situation le leur permettait.

Nombre de descendants de marranes, ces chrétiens convertis de force, ont essaimé en Europe, avec des destins divers, et jusqu'en Amérique, ou même en Asie.

Où l'Inquisition continua à les poursuivre longtemps après leur départ du Vieux Continent, pour tenter de faire disparaître le judaïsme.

Du XVIIe siècle au XIXe siècle

En somme, dans toute l'histoire de la chrétienté, ou de l'Europe, et jusqu'au XXe siècle non compris, le sentiment anti-hébraîque et les persécutions et discriminations qui s'ensuivirent .

Furent le fait de l’antijudaïsme chrétien, même si l'antisémitisme de Voltaire n'est pas de source chrétienne.

Cependant, selon Hannah Arendt, au XVIIIe siècle, les hommes des Lumières, à l'exception de Denis Diderot.

Méprisent les hébreux comme trop attachés à leur religion, alors qu'ils sont mieux considérés par les conservateurs :

Les hommes des Lumières qui préparèrent la Révolution française méprisaient tout naturellement les hébreux .

Ils voyaient en eux les survivants de l’obscurantisme médiéval, les odieux agents financiers de l’aristocratie.

Leurs seuls défenseurs déclarés en France furent les écrivains conservateurs qui dénoncèrent l’hostilité envers les hébreux comme , l’une des thèses favorites du XVIIIe siècle-

L'antisémitisme n'était pas un sentiment général dans les milieux intellectuels du XIXe siècle comme on le voit notamment avec Friedrich Nietzsche qui écrit.

-Or les hébreux sont sans aucun doute la race la plus forte, la plus résistante, et la plus pure qui existe actuellement...

...ils savent s'imposer, grâce à certaines vertus dont on aimerait faire des vices, grâce surtout à une foi résolue-

C'est un fait que les hébreux s'ils le voulaient pourraient dès maintenant exercer leur prépondérance et même littéralement leur domination sur l'Europe.

C'est un fait qu'ils n'y travaillent pas et ne font pas de projet en ce sens. Ils aspirent à s'établir enfin quelque part où ils soient tolérés et respectés.

Cet antijudaïsme doit être distingué de l’antisémitisme moderne qui va s'exacerbant avec la crise des États-nations.

Et qui pointe avec l'affaire Dreyfus en France, les théories de Houston Stewart Chamberlain en Allemagne et qui va exploser en racisme avec le nazisme exterminateur  et la périodisation des différents formes de persécutions ant-hébraîquess.

Dans le monde moderne, avec le développement des grands États européens, certains banquiers hébreux comme les frères Péreire ou la dynastie des Rothschild.

Ont joué un rôle important dans le financement du développement industriel et de grands projets nationaux chemins de fer.

Cette place est assortie de privilèges, comme l'anoblissement, qui fait que, d'une part, les hébreux privilégiés sont en quelque sorte des hors-caste, sans que cela soit vu comme une marque d'exclusion.

Mais ces privilèges n'en suscitent pas moins les jalousies, d'autre part, ces hébreux privilégiés seront eux-mêmes défavorables à l'extension de leurs privilèges à ceux des hébreux qui pâtissent de ces mesures gouvernementales discriminatoires.

Dans l'ensemble, les hébreux riches bénéficient de cette manière d'une protection politique ce qui est fréquent dans leur histoire.

Comme on le voit au début de l'Islam qui protégea les hébreux et en fit des administrateurs.

Qu'il s'agisse des hébreux de Cour, ou de certains financiers du XIXe siècle.

Par exemple, Bismarck, qui tenait des propos antisémites dans sa jeunesse, y renoncera plus tard.

Par la suite, des antisémites l'accuseront d'être à la solde des hébruex.

Il apparaît ainsi que le développement de l'Europe, déjà tributaire de leur culture et de leur religion.

Fut tributaire de la puissance financière des hébreux les plus riches ; mais, comme le remarque Hannah Arendt.

Cette puissance s'accompagne d'une grande réticence à s'engager dans les événements du monde.

Contrairement à ce que diront les antisémites par la suite, avec la théorie du complot hébraîque.

Outre le rôle financier des hébreux dans l'Europe moderne, il faut remarquer que du fait de leur présence dans tous les pays d'Europe.

Les hébreux furent une communauté internationale, par opposition à la montée en puissance de l'isolement nationaliste des autres peuples.

Pour Diderot, un des rares philosophes des Lumières à ne pas détester les hébreux , ceux-ci sont selon lui le ciment indispensable des nations européennes.

Les hébreux étaient en effet parfois considérés comme les financiers des aristocrates , des socialistes du XIXe siècle, adhérant à l'antisémitisme, reprendront un argument similaire.

Selon Hannah Arendt encore, la gauche est majoritairement antisémite jusqu'à l'Affaire Dreyfus, où, par opposition aux cléricaux majoritairement anti-dreyfusards, elle défendra Dreyfus /

Les cléricaux se trouvant dans le camp antisémite, les socialistes français se déclarèrent finalement contre la propagande antisémite au moment de l’affaire Dreyfus.

Jusque-là, les mouvements de gauche français du XIXe siècle avaient été ouvertement antisémites-

C'est vers cette époque que débute le mouvement d'émancipation des hébreux d'Europe et au début du XIXe siècle.

 Dans certains pays, ils obtiennent l'égalité des droits, parce que la notion de citoyenneté est jugée plus importante et plus universelle que la question de savoir si un individu est uh hébreu ou non.

Mais ce caractère international fut interprété également dans le sens d'un complot dont la famille Rothschild, installée en France, en Autriche, en Angleterre.

Aurait été le symbole, alors qu'il est lié en réalité à la plus grande importance chez les hébreux de la famille par rapport à la nation.

Aussi les antisémites ont-ils projeté sur les hébreux des catégories de pensée qui sont étrangères à ces derniers.

Par la suite, au cours du XIXe siècle, l'influence financière des hébreux diminue fortement.

Et c'est à ce moment de leur histoire où les hébrux ne sont presque plus influents économiquement en ce qui concerne les affaires politiques.

Que naîtra cette haine virulente les accusant d'intentions qu'ils n'ont jamais réalisées quand ils l'auraient pu, et qu'ils n'étaient de fait plus capables de réaliser, même au cas où ils l'auraient voulu.

En revanche, c'est à ce moment que les hébreux obtiennent des postes en nombre plus importants, dans l'administration par exemple, ce qui sera encore une fois jugé comme une menace .

Ces accusations ne sont pas seulement des contre-vérités économiques et politiques.

Mais elles ignorent également cette tendance fréquente chez les hébreux à l'assimilation, à la dissolution même de la communauté hébraîque d'un pays.

Tendance freinée soit par un regain d'hostilité à leur égard, soit par une politique d'État visant à conserver le statut de l'hébreu, eu égard à son utilité indiquée plus haut.

Paradoxalement, on reproche aux hébreux leur particularité, leur isolement sociétal.

Et on les réprime lorsqu'ils entament des processus d'ouverture, d'assimilation à la société environnante.

Au moment où l'antisémitisme explose en Europe et s'organise ,vers 1870, après plusieurs vagues au cours du XIXe siècle, les hébreux n'ont donc plus la même importance.

Et l'existence même de l'identité hébraîque est en passe de disparaître, sans que la cause en soit une volonté délibérée de détruire leur culture.

L'organisation de l'antisémitisme commence donc dans les années 1870 - 1880. En Grande-Bretagne, l'afflux des réfugiés hébreux originaires de Russie.

Où se multiplient les pogroms durant les années 1880, finit par provoquer des émeutes antisémites à Londres, cependant isolées et réprimées par la police.

En Allemagne, les propos antisémites commencent à avoir du succès avec Stöcker, et avec Schönerer en Autriche.

Où la virulence de l'antisémitisme est plus grande du fait de l'opposition de la communauté allemande alors prépondérante contre l'État.

Le pangermanisme y est particulièrement exacerbé, et les hébreux sont, on l'a vu, associés à l'État dans ce genre de propagande ,le mouvement autrichien apparaît ainsi comme la véritable préfiguration du nazisme.

Un trait caractéristique de l'antisémitisme, à ce moment de son histoire, est son caractère supranational, ce qui peut apparaître paradoxal.

Le fait est cependant que les partis antisémites allemands et autrichiens se présentant comme des partis au-dessus des partis.

Donc des partis qui ont vocation à contrôler totalement l'État, à incarner la nation, se réunissent en congrès internationaux.

Et c'est à ce niveau qu'ils ont l'ambition de lutter contre les hébreux, qui sont alors le seul élément de dimension européenne.

En somme, les antisémites imitent les hébreux tels qu'ils les imaginent, et projettent de prendre le pouvoir occulte qu'ils leur attribuent.

L'agitation antisémite n'est toutefois pas durable, et il n'y a pas d'intensification constante de cette idéologie jusqu'à l'avènement du nazisme.

Ainsi Stefan Zweig nota-t-il que la période 1900 - 1920 sembla un âge d'or pour les hébreux, au point que les précédentes agitations contre ces derniers ne semblaient plus qu'un mauvais souvenir.

Le premier coup d’arrêt à l'antisémitisme en France fut la réaction à l’affaire Dreyfus ,1894 à 1906.

L’empire russe, lui, connaissait des vagues de pogroms successives, persécutions qui provoquèrent en réaction l'idée du projet sioniste créé par le journaliste, écrivain et homme politique Theodor Herzl.

Afin de faire accéder les hébreux au rang de peuple politique, susceptibles enfin de bénéficier des mêmes droits politiques que tout autre peuple ou nation se donnant son organisation politique .

Ainsi que des Droits de l'homme que les États européens qui abritaient les hébreux durant la période nazie, n'avaient pas convoqués ni su faire jouer pour les protéger des persécutions du nazisme.

On lira à ce propos avec intérêt les analyses de Hannah Arendt, soulignant l'absence de contenu de la notion de  Droits de l'homme  en l'absence d'un État pour les faire valoir et les appliquer à une nation donnée.

Avec les persécutions nazies, les Droits de l'Homme sont en effet apparus après-coup, comme étant équivalents aux , droits des peuples , dans le système de l'État-nation.

Les peuples sans État ,celui de leur nation, se trouvèrent là démunis, privés de tous droits, et leurs droits, en tant qu' hommes  n'étaient garantis par aucune institution. 

Des écrivains ont vivement pratiqué et encouragé l’antisémitisme : Charles Maurras, les Frères Goncourt, Édouard Drumont avec son pamphlet La France hébraîque ,1886, Brasillach, Céline à l'époque où l'Europe sombra dans le fascisme.

Charles Maurras donna à ses écrits une forme doctrinale, qui s'est développée dans le courant de l'Action française entre 1899 et 1939, et fut condamnée à deux reprises par le Vatican en 1914 et en 1926.

Cette doctrine rejetait les racines hébraîques du christianisme .

Mais à l'inverse d'autres écrivains, parfois catholiques comme Léon Bloy, soutiennent le rôle historique et religieux du peuple hébraîque et sa qualité.

Bloy écrit dans ses mémoires  quelques-unes des plus nobles âmes que j'ai rencontrées étaient des âmes hébraîques.

La sainteté est inhérente à ce peuple exceptionnel, unique et impérissable .

Historiquement, de nombreux motifs ont été utilisés pour justifier, perpétuer ou susciter l’antisémitisme, incluant des éléments sociaux, économiques, nationaux, politiques, raciaux et religieux. Notamment /

  • la théologie chrétienne du Vetus Israël/Verus Israël ,ancien Israël contre véritable Israël, développée par Augustin d'Hippone au IVe siècle.
  • Selon elle, le peuple chrétien serait désormais le véritable peuple de l’Alliance, car Dieu se serait détourné des Juifs. De ce fait, le judaïsme serait condamné à disparaître et les Juifs à se convertir.
  • Cette position théologique se nomme le supersessionisme ou théologie de la substitution.

Antisémitisme et sionisme

L'antisémitisme se retrouve en toile de fond de plusieurs événements de l'histoire du sionisme en Palestine mandataire entre la prise de contrôle du pays par les Britanniques en 1917 et la fondation de l'État d'Israël à la suite de la résolution 181 de l'Assemblée générale de l'ONU.

Historiquement, le Mandat britannique fut un facteur majeur qui permit l'établissement d'un foyer national juif en Palestine.

Selon l'historien Tom Segev, assez paradoxalement, le soutien initial des Britanniques au projet sioniste tient principalement à l’idée que les  hébreux contrôlent le monde  et que le Commonwealth se verrait récompensé en les appuyant .

Chaim Weizmann, parfaitement conscient de ce sentiment, aurait su l’utiliser pour faire avancer sa cause.

Dès l'arrivée des premiers immigrants vers 1900, le projet sioniste a vu l'opposition des Arabes de Palestine.

D'abord exprimée sous forme de plaintes aux autorités ottomanes, elle s'est muée en nationalisme pan-arabe puis palestinien dans les années 1920 et s'est rapidement accompagnée de dérives à caractère antisémite de plus en plus violentes.

Des massacres de hébreux eurent lieu lors des Émeutes de Jérusalem de 1920, des émeutes de Jaffa en 1921, des émeutes et du massacre d'Hébron en 1929 et lors de la Grande Révolte arabe en 1936-1939

Le contrôle de la Palestine par les Britanniques et la lutte contre le sionisme poussèrent également les nationalistes arabes dans le camp nazi. Plusieurs d'entre eux collaborèrent activement pendant la Seconde Guerre mondiale.

La propagande israélienne sut en faire usage en particulier dans le cas du Mufti de Jérusalem, en en amplifiant l'importance au point de marquer la conscience collective israélienne.

La Shoah est souvent présentée comme une des causes de la fondation de l'État d'Israël. Les historiens ne partagent pas ce point de vue.

Déjà avant la Seconde Guerre mondiale, les « bases sociales, politiques, économiques et militaires de l'État-à-venir étaient déjà fermement en place ; et un sens profond d'unité nationale prévalait.

Même si le choc, l'horreur et le sentiment de culpabilité ressenti par beaucoup généra un sentiment de sympathie envers les hébreux en général et le mouvement sioniste en particulier .

Après la Seconde Guerre mondiale, ce fut au tour des hébreux de passer à l'offensive et de s'attaquer aux Britanniques pour réclamer l'indépendance, notamment aux travers d'actions sanglantes organisées par l'Irgoun et le Lehi.

Près de 100 000 soldats britanniques furent dépêchés en Palestine avec à leur tête le Général Bernard Montgomery qui avait maté la Révolte arabe de 1936 et le Général Barker, antisioniste et pro-arabe convaincu.

Dans ce contexte, et malgré la mise en vigueur de certaines lois jugées  nazies , la crainte d'être accusés d'antisémitisme poussa les Britanniques à faire preuve de nettement moins de détermination et de brutalité qu'ils ne le firent à l'encontre des Arabes 10 ans plus tôt.

Certaines dérives antisémites se produisirent également, notamment dans le chef du Général Evelyn Barker qui émit un ordre d'interdiction aux soldats britanniques de fréquenter les établissements hébraîques, ce qui était un bon moyen de les combattre  en leur frappant au porte-monnaie, ce que la race déteste particulièrement .

Dans les différentes motivations à se retirer de Palestine, dont les principales restent le coût, l'impossibilité de résoudre le conflit entre Juifs et Arabes et la mort inutile de soldats britanniques, un Ministre britannique écrivit .

-La présence britannique expose nos garçons, pour aucune bonne raison, à des expériences abominables et nourrit l'antisémitisme à la vitesse la plus choquante-

En 1947, les leaders arabes sous-estimèrent la capacité des hébreux à mener une guerre

. Ce point de vue constitue une des causes de la victoire israélienne de la Guerre de Palestine de 1948.

Selon Ilan Pappé, cette vision des choses était due notamment à leur 'antisémitisme' qui toutefois n'était pas présent chez le roi Abdallah de Jordanie, par ailleurs conscient de la puissance réelle du Yichouv

Antisémitisme et conflit israélo-palestinien

L’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC) a publié en mai 2006 un document de travail sur l’antisémitisme dans l’Union européenne des quinze États membres de 2001 à 2005.

L’EUMC s’est donné pour tâche « d’observer le développement historique de l’antisémitisme, d’identifier le contexte social qui donne essor à la haine des agresseurs, mais aussi d’écouter avec sensibilité les peurs des communautés hébraîques.

Le rapport conclut que, dans de nombreux pays l'augmentation des incidents antisémites est le fait plus de musulmans au Danemark, en France, en Belgiqueque de l'extrême-droite. Ce serait moins le cas aux Pays-Bas, en Suède ou en Italie

L’EUMC estime que  les évènements au Moyen-Orient, les activités et le discours de l’extrême-droite et jusqu’à un certain point de l’extrême-gauche peuvent influer sur le nombre d’actes antisémites

Si  les études montrent que les stéréotypes anti-hébraîques ont peu changé, les manifestations publiques d’antisémitisme dans la politique, les médias et la vie quotidienne ont changé récemment.

Surtout depuis le déclenchement de l’Intifada Al-Aqsa en septembre 2000 .

Concernant l’antisionisme, l’EUMC note que , En Europe, l’antisémitisme secondaire et l’utilisation de l’antisionisme comme un moyen de contourner le tabou antisémite dominent parmi les extrêmes gauche et droite.

Le révisionnisme et le négationnisme sont devenus un élément central du répertoire propagandiste des organisations d’extrême-droite dont l’antisémitisme forme un élément central dans leur formation.

C'est bien cette convergence entre antisionisme et antisémitisme qui amène une trentaine de familles hébraîques à quitter, en 2009, Malmö en Suède après des incidents antisémites dont l'incendie d'une synagogue

En 2014, la presse internationale rapporte une augmentation des incidents antisémites dans le monde, liée à l'opération Bordure protectrice.

Ainsi USA Today signale-il des incidents antisémites dans plusieurs pays européens (Allemagne, Angleterre, Italie, Belgique, France et en Turquie.

Ces incidents sont déplorés par le secrétaire général de l'ONU, Ban-Ki-Moon qui dénonce  la flambée d'attaques antisémites, notamment en Europe, en lien avec les manifestations concernant l'escalade de la violence à Gaza .

Et estime que  le conflit au Proche-Orient ne doit pas fournir un prétexte pour une discrimination qui pourrait affecter la paix sociale n'importe où dans le monde -

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel dénonce l'antisémitisme lors d'une manifestation à la Porte de Brandebourg, à Berlin : « La vie hébraîques fait partie de notre identité et de notre culture ».

Législation

Institutions internationales

En 1993, les chefs d’États membres du Conseil de l'Europe établissent la Commission européenne contre le racisme et l'Intolérance  et décident de mettre en œuvre une politique commune de lutte contre le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme.

À la suite de la croissance de l'antisémitisme en Europe, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe adopte en 2007 la résolution 1563 , Combattre l'antisémitisme en Europe , qui met l'accent sur le danger immense de l'antisémitisme et demande aux États membres...

...de mettre systématiquement en œuvre une législation criminalisant l'antisémitisme et les autres discours de haine.

Elle leur demande aussi de condamner toutes les formes de négation de l'Holocauste.

En 2008, c'est l'Union européenne qui adopte la décision-cadre 2008/913/JHA concernant la lutte contre le racisme et la xénophobie.

En vertu de cette décision, Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la justice, demande, lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste en 2014,  à tous les États membres...

...de l’UE d'agir afin de transposer intégralement la décision-cadre de l’UE et de garantir son application sur le terrain.

L'Assemblée générale des Nations Unies tient une session extraordinaire le 22 janvier 2015 consacré à la lutte contre l'antisémitisme, la première de son histoire.

Informations supplémentaires