Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Histoire

 

L'Amérique du Sud était habitée, en 1492, par des descendants de peuples venus d'Asie par le détroit de Béring alors asséché et l'Amérique du Nord. L'Amazonie était peuplée de chasseurs - cueilleurs nomades.

L'Empire inca dominait les Andes, à partir des cités de Cuzco et de Machu Picchu.

Après 1453, les turcs ayant conquis l'Empire byzantin et dominant l'est de la Méditerranée, les nations occidentales, principalement le Portugal et l'Espagne, se virent forcées de chercher une nouvelle route vers l'Orient.

Les Portugais, ayant déjà effectué un certain nombre de voyages d'exploration dans l'océan Atlantique en direction du sud, cherchèrent une nouvelle route en longeant la côte africaine et découvrirent le cap de Bonne-Espérance en 1486.

En 1492, Christophe Colomb tenta d'atteindre les Indes en naviguant vers l'ouest et en traversant l'océan Atlantique, mais il accosta dans la Caraïbe, ouvrant un nouveau monde au commerce et à la civilisation européenne.


Après le retour de Christophe Colomb en Europe, une controverse sur les droits territoriaux dans le Nouveau Monde éclata entre l'Espagne et le Portugal.

Le conflit fut réglé, en 1493, par le pape Alexandre VI qui alloua au Portugal tous les nouveaux territoires à l'est d'une ligne nord-sud dans l'océan Atlantique, à 100 lieues (environ 480 km) à l'ouest des îles du Cap-Vert et à l'Espagne tout le territoire à l'ouest de cette ligne. 

Cette ligne de démarcation fut modifiée en 1494 et repoussée à 370 lieues à l'ouest, donnant au Portugal toute suzeraineté à l'est de cette ligne; c'est ainsi que le Brésil devint portugais.


Le 1er août 1498, lors de son troisième voyage, Christophe Colomb atteignit l'embouchure de l'Orénoque et débarqua en Amérique du Sud. Après avoir longé les côtes pendant plusieurs jours, il prit conscience du caractère continental du territoire exploré.

Les explorateurs après Colomb

Le deuxième Européen à atteindre le continent fut le navigateur portugais Pedro Álvares Cabral. En avril 1500, une flotte sous son commandement jeta l'ancre au large de l'actuel Brésil, dont Cabral prit possession au nom du Portugal.

Les portugais, qui avaient entre-temps trouvé leur chemin vers les Indes en contournantl'Afrique, négligèrent le territoire découvert par Cabral pendant trente ans.

Au cours de cette période, les espagnols intensifièrent nettement leurs activités d'exploration et de colonisation du Nouveau Monde, consacrant la plus grande partie de leurs efforts des vingt premières années, à la Caraïbe et à l'Amérique centrale.

Différents explorateurs, principalement des navigateurs au service de l'Espagne, explorèrent la côte nord-est de cette partie du continent au cours des premières années du XVIe siècle.

Parmi les plus remarquables figurent Vicente Yáñez Pinzón, Alonso de Ojeda et Pedro Alonso Niño, le navigateur et géographe espagnol Juan de la Cosa, et le navigateur d'origine italienne Amerigo Vespucci.

À la fin de 1519, le navigateur Fernand de Magellan, à la recherche d'une route occidentale vers l'Extrême-Orient au service de la couronne espagnole, explora l'estuaire du rio de la Plata. Il reprit ses recherches l'année suivante en direction du sud.

Le 28 novembre 1520, il franchit, dans le sud du continent, le détroit qui porte aujourd'hui son nom, s'ouvrant ainsi la route vers les îles du Pacifique.

L'exploration de l'intérieur

Paradoxalement, l'exploration systématique de l'intérieur de l'Amérique du Sud fut d'abord entreprise par des Allemands. En 1529, Bartholomäus Welser reçut de Charles Quint, empereur du Saint Empire romain germanique, qui avait une dette envers lui, une vaste dotation territoriale.

Welser envoya immédiatement une expédition vers ce territoire qui couvrait l'actuel Venezuela. Environ dix-sept ans plus tard, la dotation de Welser fut révoquée, en partie à cause de l'extrême brutalité des colons allemands envers les indiens d'Amérique.

Le premier européen à pénétrer l'intérieur de la région fut le conquistador espagnol Francisco Pizarro. Partant du Panamá en direction du sud, il envahit l'empire des incas, riche en or, en 1531.

En l'espace de cinq ans, utilisant avec talent les armes et la trahison, Pizarro établit sa domination sur l'empire inca, qui englobait une grande partie de l'Amérique andine. Un de ses compagnons, Diego de Almagro, entreprit la conquête de l'actuel Chili.

La mainmise sur la région bordant le rio de la Plata commença en 1535 avec Pedro de Mendoza, qui, en 1536, s'établit sur l'emplacement actuel de Buenos Aires.

Entre 1536 et 1538, le conquistador espagnol Gonzalo Jiménez de Quesado soumit les Chibchas et fonda l'audiencia de Santa Fe de Bogota en 1538 (capitale de l'actuelle Colombie

En 1539, Gonzalo Pizarro, frère de Francisco, parti de Quito, traversa les Andes vers l'Amazone. Un de ses compagnons, Francisco de Orellana, suivit le fleuve jusqu'à son embouchure, atteignant l'océan Atlantique en 1541.

L'année précédente, le conquistador Pedro de Valdivia commença l'assujettissement systématique des Araucans, peuple autochtone du Chili. Pedro de Valdivia fonda Santiago en 1541.

Entre-temps (vers 1530), les Portugais avaient fondé des colonies le long de la côte du futur Brésil. Ils allaient finalement occuper tout le Brésil actuel.

XVIè- XVIIè siècle 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy