MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Environnement Naturel

 

L'Amérique du Nord a vaguement la forme d'un triangle dont la base serait la partie septentrionale. Sa masse occupe en grande partie les latitudes moyennes, avec une partie considérable au nord du cercle polaire Arctique et une partie plus petite au sud du tropique du Cancer.

Ce continent s'étire d'est en ouest sur près de 176° de longitude, de la longitude 12° ouest, à Nordost Rundingen ,pointe Nord-Ouest, au nord-est du Groenland, jusqu'à la longitude 172° est environ, à l'extrémité occidentale de l'île Attu, en Alaska.

Elle s'étend du nord au sud sur quelque 69°, de la latitude 83° nord, au cap Morris Jesup à l'est du Groenland, à la latitude 14° nord environ, dans le sud du Mexique.

L'Amérique du Nord est bordée au nord par l'océan Arctique, à l'est par l'océan Atlantique, au sud par le golfe duMexique, l'Amérique centrale et l'océan Pacifique, et à l'ouest par l'océan Pacifique. Cette masse continentale couvre environ 23,5 millions de kilomètres carrés.


Les côtes de
l'Amérique du Nord sont extrêmement irrégulières!; il existe quelques longues étendues côtières relativement régulières, mais, à plusieurs endroits, la côte est fortement dentelée, avec de nombreuses baies et de grandes îles au large.

La masse continentale présente trois grandes baies : la baie d'Hudson au nord-est, le golfe du Mexique au sud-est et le golfe d'Alaska au nord-ouest.

Il existe de nombreuses petites îles au large des côtes est et ouest, mais les îles les plus grandes se situent dans l'extrême nord.


Population

Jusqu'à une époque relativement récente, lesÉtats-Unis sont restés peu peuplés. Quant au Canada, la densité de la population y reste encore faible.

À l'exception des habitants des territoires centraux du Mexique (les plateaux et les vallées autour de l'actuelle ville de Mexico, les peuples de l'Amérique du Nord étaient dispersés et présentaient des cultures variées.

La colonisation de l'Amérique du Nord par les Européens transforma presque totalement sa géographie humaine, les Européens décimèrent et déplacèrent les Indiens, altérant de manière significative leur mode de vie. La population contemporaine d'Amérique du Nord est en majorité de descendance européenne.

Au moins 35 p. 100 des habitants du Canada ont des ancêtres originaires des îles britanniques et un quart de la population est de descendance française!; ces derniers se concentrent principalement au Québec.

Le pays compte également une importante population d'origine allemande, italienne, polonaise, ukrainienne, chinoise, néerlandaise et scandinave.

La population des États-Unis est plus diversifiée que celle du Canada. En 1990, la population de descendance anglo- irlandaise formait le groupe le plus important, représentant approximativement 29 p. 100 des habitants du pays.

Les Noirs, dont les racines sont en Afrique, constituent environ 12 p. 100 de la population, les Allemands environ 23 p. 100 et les populations hispaniques près de 9 p. 100.

Le pays compte également une importante population de descendance italienne, polonaise, française, russe, néerlandaise et scandinave. Les habitants d'origine asiatique ,en premier lieu des Japonais, des Chinois, des Philippins, des Indiens d'Asie, des Coréens et des Vietnamiens , constituent environ 2,9 p. 100 de la population des États-Unis  mais, depuis les années 1970, le nombre des Asiatiques a augmenté de manière significative en raison de l'immigration.


Les Indiens d'Amérique et les Inuits ,Eskimos, sont environ 1,8 million aux
États-Unis et approximativement 400 000 au Canada.

On pense que les ancêtres des Indiens d'Amérique migrèrent, il y a 30 000 ans, de l'Asie vers l'Amérique du Nord en passant par un isthme, qui, à l'époque préhistorique, traversait l'actuel détroit de Béring, au large de l'Alaska, et que les ancêtres des Inuits arrivèrent d'Asie par bateau il y a quelque 6 000 ans. Près de 30 000 inuits vivent au Groenland.


Environ 55 p. 100 de la population mexicaine sont des métis descendant d'Indiens d'Amérique et d'Européens (principalement des espagnols). Approximativement 30 p. 100 de ces habitants sont de descendance indienne et quelque 15 p. 100 sont de descendance européenne.


En 1990, les
États-Unis comptaient 248 709 873 habitants, le Mexique 84 275 000 habitants ,estimation de 1989, le Canada 27 296 859 habitants (1991) et le Groenland 55 400 habitants ,estimation de 1989.

La majorité de la population se concentre dans la moitié orientale des États-Unis et des régions adjacentes de l'Ontario et du Québec, sur la côte pacifique américaine et sur le plateau central du Mexique.

Au début des années 1980, près de 80 p. 100 des habitants du Canada, des États- Unis et du Groenland vivaient dans les villes, ainsi que 70 p. 100 des mexicains.

Les principales agglomérations se situent sur la côte atlantique des États-Unis, de Boston à Washington, dans la vallée du Saint-Laurent ,autour de Montréal, autour des lacs Érié et Ontario, à l'extrémité méridionale du lac Michigan, dans le nord et le sud de la Californie et dans Mexico et sa proche banlieue.

Les plus grandes villes sont Mexico, Guadalajara et Monterrey, au Mexique; New York, Los Angeles, Chicago, Houston, Philadelphie, San Francisco et San Diego, aux États- Unis, Toronto, Montréal, Vancouver, Ottawa et Edmonton, au Canada

Hormis les zones métropolitaines, la plus grande partie de l'Amérique du Nord est peu ou modérément peuplée. Au Mexique, la densité démographique globale est de 43 habitants au km2, aux États-Unis, elle est d'environ 72,2 habitants au km2 et, au Canada, elle est de 2,6 habitants au km2. La grande majorité des canadiens se concentrent sur une étroite bande longeant la frontière sud.


Au
Canada, comme aux États-Unis, le taux d'accroissement de la population est en déclin depuis les années 1950. La population canadienne augmentait de 1 p. 100 par an de 1980 à 1987, alors que la croissance annuelle des États-Unis était également de 1 p. 100 et celle du Groenland de 1,2 p. 100.

Le Mexique, par contre, a un des taux de croissance démographique les plus élevés avec 2,2 p. 100 par an et son taux de natalité (environ 30 naissances sur 1 000 en 1989) est environ deux fois plus élevé que ceux du reste de l'Amérique du Nord. Le taux de natalité brut était de 6 sur 1 000 au Mexique, de 7 sur 1 000 au Canada et de 9 sur 1 000 aux États- Unis.


La population de
l'Amérique du Nord est donc principalement issue de l'immigration. La grande vague commença en 1840 pour culminer au début du XXe siècle.

Au XIXe siècle, les immigrants provenaient surtout de l'Europe de l'Ouest, et notamment de Grande-Bretagne et d'Irlande!; au début du XXe siècle, ils venaient des pays d'Europe centrale et méditerranéenne. La déportation de Noirs d'Afrique se poursuivit jusqu'à la guerre de Sécession.


Des lois qui limitaient l'immigration ont été votées à partir de 1921, elles instituèrent des quotas d'entrée pour chaque nationalité. Les migrations internes restent importantes.

La mobilité des habitants est assez élevée aux États-Unis, où la croissance de la population des états du Sud et surtout de l'Ouest a été très forte ces dernières décennies.

 

Langues et religions

Informations supplémentaires