Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

Reunion-Martinique-Guadeloupe-Guyanne

 

Superficie , 2 510 km²
Population ,  
530 000 habitants environ.
Origines ethniques très diverses.
à
9300km de Paris, 800 km de Madagascar,
3000 km de l'Afrique du Sud et
150 km de l'île Maurice.

Superficie ,  1 102 km²
Population ,
330000 habitants.
à
6 800 km de Paris, 4 000 km de NewYork,
1 500 km de la Guyane,
450 km du Venezuela,
130 km de la Guadeloupe.
Découverte en
1502 par Christophe Colomb.

 

Superficie : 1 780 km²
Population
 : 330 000 habitants.
Archipel (Grande-Terre, BasseTerre,
Marie-Galante, Saintes, Désirade,
Saint-Martin, Saint Barthélemy).
à
6 800 km de Paris, 4 000 km de New York,
130 km au nord de la Martinique.
Découverte en
1493 par Christophe Colomb.

 

Superficie ,  90000 km²
Population ,
73 022 habitants

7 000 km de Paris

 
 
 

Martinique / Guadeloupe /Réunion /Guyane. -MGRG-

des économies en pleine décrépitude

Dotés de structures coloniales , ces pays auraient dû être mis en mesure, par tous les moyens, de faire victorieusement face aux nécessités du monde moderne, en demeurant concurrentiels, dès lors qu'ils ont été placés :

  • d'abord, peu à peu, en situation d'osmose économique avec la France....ensuite, progressivement, dans une situation de concurrence mondiale accrue...
  • enfin, au sein du Marché commun....

Or, il n'en a rien été. Peu à peu, leurs économies se sont étiolées. Ils ont perdu leur aptitude à répondre aux défis économiques, sous l'effet conjugué de plusieurs mécanismes /

  • les hausses des charges salariales ont été supérieures à celles de la productivité, et de ce que permettait la concurrence, situation qui a relativement surenchéri lesproduits locaux et amoindri leur compétitivité
  • les progrès des transports ont facilité la pénétration des produits importés et cela d'autant plus qu'ils étaient plus compétitifs au niveau même de leurs prix de production,

l'exiguïté des marchés de ces colonies s'est de plus en plus fait sentir.Face à une telle évolution, les reconversions et les efforts de productivité qui eussent été nécessaires n'ont pratiquement pas été opérés dans ces pays

Pour rendre l'agriculture compétitive, il eût fallu irriguer, mécaniser, diversifier, c'est-à-dire transformer des peuples de petits planteurs de cannes (ouvriers spécialisés) en une catégorie de petits agriculteurs polyvalents; même sur quarante années, la tâche eût été importante,et profitable.

L'expérience n'a pas été véritablement tentée, en raison de son coût financier et humain, car il eût fallu accomplir une révolution des modalités de travail, des modes de pensée et, finalement, voir la population active agricole diminuée, plus vite qu'elle ne l'a fait.

En France, la main-d'œuvre "libérée" du secteur primaire, a été employée dans le secteur secondaire.

Dans ces pays,vers quel secteur viable, la main-d'œuvre quittant l'agriculture pouvait-elle trouver à s'employer ... Nulle part, sans avoir été au préalable, formée .Et formée à quels métiers ?

Il aurait fallu organiser le développement d'un secteur secondaire qui n'eût gardé sa compétitivité qu'à condition de mécaniser, d'automatiser et de comprimer ses coûts ,dont les profits notamment.

Tout cela eût impliqué un effort de formation d'autant plus intense que cette formation était, en 1946, à un niveau bien plus bas qu'en France.

Rien de tout cela ne se fit. La France qui s'est imposée, sous la IVème République, des efforts de formation, de recherches et de productivité, dans le cadre d'une planification assez volontariste, bien que souple, pour reconstruire ses ruines et sortir de la décadence de l'entre-deux-guerres, n'a ni pû ni voulu penser un processus de développement adapté à ces pays.

Au lieu de réaliser une révolution économique et sociale dans ces colonies, faute d'y avoir pensé, faute aussi d'avoir accepté d'y mettre le prix, et de crainte des conséquences socio-politiques que cela eût pû susciter...

...les IVème et Vème Républiques, ont opté, à dessein et délibérément, pour la mort lente de ces économies, accompagnée de médications sociales adoucissantes et de compensations en terme d'équipements publics ,routes, ports... et de développement de prestations ,tourisme par exemple ,ayant peu de rapport avec le bien être des autochtones

La France y a mis

  • beaucoup d'argent, ce qui a permis une forte hausse de certains niveaux de vie, sans guère de rapport avec le substrat économique local, suscitant une incontestable insatisfaction que l'on retrouve à l'origine de revendications politiques justifiées,en terme de dignité de responsabilité,et de souveraineté.

mais cependant trop peu et bien mal orienté, pour que les niveaux de vie rattrapent ceux de la France, suscitant, là encore, une légitime desillusion.

Personne ne s'est intéressée à un authentique développement de ces pays; il suffisait d'y maintenir la paix civile, d'y entretenir, de la façon la moins onéreuse possible, des clientèles politiques, et de conserver ces pays comme territoires d'exportation pour des entreprises françaises.

Cela se paye finalement

  • par une assez lourde addition, chaque année pour le budget de la France, ce qui, objectivement, constitue un handicap pour ce pays, dans la mesure où ces dépenses ne préparent pasl'avenir
  • néanmoins par le maintien d'un niveau de vie relativement bas pour une partie importante de la population de ces pays, sans grande perspective d'amélioration, faute de structures la permettant,

et par l'exode, vers la France, de nombreux originaires de la Caraïbe, la Guyane et la Réunion.

Depuis des décennies, les économies de ces territoires ne produisent plus qu'une part de plus en plus faible de ce qu'elles investissent et consomment.

Autrement dit, la richesse produite à la Martinique, la Guyane, la Réunion et la Guadeloupe, en biens matériels et en services, ne représente, en valeur, qu'une fraction toujours plus faible de ce qu'utilise leur population.

Proclamation

 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy